Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/03/19 : La Rochelle : Suite à la découverte de tags anti-islam et pro-nazi dimanche matin sur les murs du Stade Armand Bouffenie à La Rochelle, le Maire J-F Fountaine condamne avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme et de discrimination. Une plainte s

23/03/19 : Naufrage du Grande America : deux oiseaux mazoutés par les hydrocarbures provenant du navire marchand ont été retrouvés dans les Landes et en Pays Basque, annonce ce matin la préfecture de Région.

23/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérées de trouble à l’ordre public au Vieux Port".

23/03/19 : Dordogne : Mardi 26 mars, le tribunal administratif de Bordeaux doit se prononcer sur l'arrêt définitif ou non du chantier de la déviation de Beynac, 14 mois après l’autorisation préfectorale et près de trois mois après sa suspension par le Conseil d’Etat

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

Le député européen et la pomme de terre canadienne

Et d'un seul coup d'un seul Eric Andrieu, député europeen de la grande circonscription sud ouest, et président de la commission pesticides au Parlement européen, a monté d'un ton son propos pour faire un sort à la pomme de terre canadienne, traitée à la clothianidine. A la Commission européenne qui prévoyait d’augmenter les limites maximales de résidus de plusieurs néonicotinoïdes dont la clothianidine et l’haloxyfop-R, respectivement insecticide tueur d’abeilles et herbicide toxique pour la santé humaine, le Parlement a dit non. A une large majorité, et bien au delà du groupe des sociaux-démocrates auquel Eric Andrieu (PS) appartient. Bras d'honneur argumenté au CETA auquel l'Europe et la Commission ont souscrit avec le Canada. Belle illustration du rôle que peut jouer un député européen. Et, ceci, dans une assemblée dont on oublie, ou dont on ne sait pas, à moins que l'on ne veuille pas savoir, que face à la Commission de Bruxelles qui propose des lois, elle les vote ou... ne les vote pas, à Strasbourg, en assemblée plénière. Et notre député européen d'enfoncer le clou :« Une fois de plus, l’exécutif européen se retrouve à vouloir abaisser ses normes sanitaires, afin de les faire coïncider avec les traités commerciaux qu’elle a signés. La Commission européenne ouvre notre marché intérieur à des produits de pays tiers traités à la clothianidine, alors que cette substance est interdite dans l’ensemble de l’UE depuis 2018. C’est totalement inacceptable ! »


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/03/19 | Ukraine: la tournée des JPS s'annonce

    Lire

    Ils vont arriver en Gironde pour leur tournée de Printemps..Ils? Ce sont les Joyeux Petits Souliers: 36 jeunes danseurs parmi les meilleurs de l'Ukraine. Accueillis dans des familles à l'initiative de "Haute Gironde Ukraine" les jeunes originaires de la ville de Lviv se produiront le 4 avril à 15h au Vox à Saint Christoly, le 5 à 20h30 à l'Ange Bleu à Gauriaguet, le 6 à la Salle des fêtes de Libourne, le 7 à Ermitage Compostelle au Bouscat. Et seront accompagnés par les 8 chanteurs du groupe Orpheus qui se produiront par ailleurs en concert le 4 et le 7 dans les églises de Cubnezais, Lapouyade et Cézac. Les recettes de ces spectacles sont destinées aux hôpitaux et orphelinats de Lviv.

  • 24/03/19 | La LPO met à disposition deux unités mobiles pour recueillir les oiseaux mazoutés

    Lire

    La Ligue de protection des oiseaux (LPO) tient prêts deux camions aménagés pour aller au-devant des zones où des oiseaux mazoutés pourraient être retrouvés. A l'intérieur, tout le matériel est intégré pour leur donner les premiers soins. En fonction de l'afflux et de la localisation des zones d'impact, les oiseaux seront ensuite répartis dans les 9 centre de soins de la faune sauvage de la côte Atlantique, entre Brest et les Pyrénées-Atlantiques. 500 bénévoles se tiennent prêts en renfort.

  • 23/03/19 | La Rochelle : Fountaine prend des mesures pour la manifestation des gilets jaunes

    Lire

    Le maire de La Rochelle a pris des mesures complémentaires à celles de la préfecture concernant les manifestations de ce samedi. Des policiers municipaux sont mobilisés en renfort pour la circulation et des vigiles sur le chantier de l'hôtel de ville. Les entreprises ayant des chantiers sont invitées à faire de même et à enlever tout projectile par destination. Un Arrêté municipal a été pris pour interdire les terrasses du Vieux Port, la Motte Rouge incluse, dès 13h30. Les bus seront aussi déviés.

  • 23/03/19 | Le fioul du Grande America fait ses premières victimes

    Lire

    Deux oiseaux ont été retrouvés mazoutés cette semaine, souillés par des hydrocarbures dont les analyses ont fini par attester qu'il s’agissait bien du fioul du Grande America, annonce ce matin la préfecture de région. Le premier, un fou de bassan, a été retrouvé mort sur une plage d'Hendaye le 19 mars. Le deuxième, encore vivant, a été découvert à Messanges dans les Landes. Il a été pris en charge par le centre de soins Alca Torda à Pouydesseaux pour nettoyage.

  • 22/03/19 | Grande America : la toxicité des produits à bord se confirme

    Lire

    La préfecture maritime a publié hier soir la liste des produits contenus à bord du Grande America, confirmant que la pollution ne sera pas liée qu'aux hydrocarbures. Le navire contenait à son départ 365 conteneurs dont 45 de matières dangereuses: de l'Hydrogénosulfure de sodium, du White Spirit, du phosphate de zinc, du polyéthersiloxane, du prothioconazole, du chloro-méthyl, de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et divers aérosols.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Start-up à succès : votremachine.com améliore le revenu des agriculteurs

27/02/2018 | Améliorer les revenus agricoles, un sujet pour le moins d'actualité... Votremachine.com propose d'agir sur les coûts de mécanisation. C'est du vécu pour son créateur, Jean-Michel Lamothe.

Jean-Michel Lamothe agriculteur et co-fondateur de la startup votremachine.com

Dans les Landes, Jean-Michel Lamothe est multi-entrepreneur. Agriculteur céréalier, viticulteur en Bas-Armagnac, et depuis 2015, PDG fondateur d'une start-up de location de matériels entre agriculteurs : votremachine.com. Une entrée dans le monde entrepreneurial du numérique pour le chef d'exploitation comme une suite logique de son parcours agricole, poussé par l'obsession d' améliorer les conditions de vie des agriculteurs en leur proposant de diminuer leurs charges de mécanisation. Combiner numérique et location de matériels, une double révolution des esprits dans le monde agricole qui peu à peu trace son chemin.

Depuis tout jeune, passionné par la terre et le matériel, Jean-Michel Lamothe, non issu du milieu agricole n'avait pourtant qu'un souhait, devenir agriculteur. Après une formation adéquate, et une fois passé son service militaire, il achète son premier foncier et s'installe à 21 ans en tant que céréalier, « avec l'obligation de s'équiper ». Pour alléger la charge, il crée une CUMA avec trois autres agriculteurs. La structure coopérative, permet ainsi l'achat du matériel en commun sur un engagement de 5 ans. Objectif : « pouvoir avoir un prix de mécanisation le moins cher possible à l'hectare ».
En temps qu'exploitant agricole, son parcours est plutôt réussi ; il achètera d'autres fonciers et en louera, lui permettant au fil du temps de renforcer et d'agrandir son exploitation. Il le reconnaît volontiers, il a désormais « une grosse structure ». Sur ses activités agricoles, il emploie cinq personnes, et a notamment contribué à installer un jeune en hors cadre familial, en le prenant comme associé.

Des charges de mécanisation passées de 35% à 15%
« Pour autant, il y a toujours des périodes avec des volatilités de prix qui sont importantes. Mon premier gros coup dur a été en 2008-2009, se souvient-il. Les cours des matières premières se sont effondrés à une période où je devais assumer des investissements importants, dont l'achat de terres coûteuses avec irrigation. J'ai vraiment pensé qu'on n'allait pas résister. » C'est à cette période qu'il décide de louer son matériel agricole et engage son groupe d'agriculteurs à faire de même avec le matériel de la CUMA. Une logique qu'il n'a, depuis, pas quittée. « Je fais tourner mon matériel au maximum, et je le rénove tous les 3 ans ». Conséquence : ses charges de mécanisation, avec l'utilisation intensive de son matériel, représentent entre 12 et 15% des coûts de son exploitation. « En moyenne dans les fermes françaises, on est d'avantage de l'ordre de 35% des coûts totaux.... » En fait synthétise-t-il, « il faut penser en notion d'usage du matériel, plutôt que de propriété ».

Un déclic, devenu mantra, qu'il a tenu à diffuser auprès de sa profession. Mais pour permettre cet usage intensif des machines d'une exploitation à l'autre, il manquait l'outil permettant la mise en relation entre agriculteurs. Un manque qu'il a voulu combler en s'associant à son frère ingénieur informaticien, alors que les BlablaCar, Airbnb, et autres sites d'économie collaborative commençaient à fleurir sur le net. « Nous avons commencé à y travailler en 2012, mais c'est en 2015 qu'on s'est vraiment lancé avec votremachine.com. »

Avec ce site, les agriculteurs peuvent en effet proposer à la location tout leur matériel agricole, de la débroussailleuse, à la charrue, en passant par la bétonnière, du matériel viticole ou des tracteurs de 400 chevaux... La start up se charge de classer le matériel et de lui estimer une valeur locative (à l'heure) grâce à un algorithme qui prend en compte par exemple les différentes options du matériel, et la demande du matériel au regard de la saisonnalité. Pour autant précise Jean-Michel Lamothe, c'est un prix indicatif, le propriétaire, n'est pas obligé de le suivre. « Mais notre rôle est aussi de conseiller l'agriculteur pour qu'il soit le plus compétitif possible. Si son prix est trop élevé, il ne parviendra pas à louer son matériel... »

Les équipe de votremachine.com se déplace aussi pour rencontrer les agriculteurs

Proximité et réactivité pour accompagner l'évolution des mentalités
Dans le processus de location, votre machine.com, s'engage, à « sécuriser le paiement le soir même de la location, à sécuriser le matériel et les hommes grâce à une assurance ad hoc, et à s'occuper de l'administratif c'est à dire la préparation du contrat, de la fiche d'état des lieux et de la facture ». A noter que « sur les 407 locations réalisées via le site en 2017, aucun sinistre n'est à déclarer », annonce non sans fierté l'agriculteur-startupper. Une fois le prix de la location fixée par le propriétaire, le tarif indiqué sur le site intégrera 6% d'assurance et 15% de commission pour le compte de la start-up.

Mais l'arrivée de cet « outil de gestion du matériel agricole », comme le désigne son créateur, suppose une évolution de l'état d'esprit des agriculteurs, reconnaît volontiers Jean-Michel Lamothe. « Quand l'agriculteur s'inscrit sur notre site, il doit accepter de gérer différemment son matériel... Pour certains c'est difficile de prendre cette décision de mettre à disposition leurs machines et outils. Mais ceux qui ont franchi le pas une fois, poursuivent ensuite l'expérience. Quand un tiers des agriculteurs touchent 350 euros par mois, louer son matériel, bien sûr ça ne résoudra pas tout, mais ça peut être une bouée d'oxygène sur les charges de mécanisation... »
Mais comme le pas est parfois un peu difficile, l'accompagnement des agriculteurs inscrits mais en proie au doute, passe beaucoup par téléphone, idem pour ceux qui souhaitent utiliser le matériel proposé sur le site. En plus des mises en relation fournies par le site, une permanence téléphonique est donc assurée tous les jours, « dimanche compris ». Et pour cause, la start-up, qui compte une dizaine de collaborateur dont six salariés, s'attache à être la plus réactive possible. « On pense souvent à nous quand il y a des pannes, et notamment le dimanche. Or les agriculteurs ont besoin de pouvoir continuer leurs travaux au plus vite, tant que la météo leur permet... » Une logique de proximité et de réactivité qui paye, pour l'heure 5800 agriculteurs sont inscrits sur le site et 9000 machines sont proposées à la location.

Du côté des utilisateurs du matériel, votremachine.com est aussi une solution pour les jeunes installés, tant pour diminuer un investissement de départ, que l'achat de matériel vient alourdir un peu plus, mais aussi pour tester les différents types de matériel existant sur le marché, avant éventuellement de passer le pas de l'achat...

Objectif: mailler progressivement le territoire, et les collectivités
Après s'être développé dans le Sud-Ouest, à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, votremachine.com ambitionne de mailler progressivement le territoire. prochain objectif : la Bretagne, « même si nous avons déjà des demandes ailleurs en France ». Mais l'idée est de parvenir à un développement concomitant de l'offre et de la demande par territoire, pour ne pas perdre en crédibilité et assurer que le service de mise en relation entre deux agriculteurs soit véritablement effectif. Le mot clef est celui de « structuration », « notamment par le biais de partenariats avec des coopératives pour mettre leur matériel en ligne ». Plus inattendu peut-être la start-up, qui a au départ reçu les craintes des CUMA, voyant en votremachine.com un concurrent à leur principe même de partage de matériel, passe désormais des partenariats avec certaines d'entre elles. Un est en cours avec la fédération des Cuma 64 et 40, et un prochain s'annonce avec celle des Cuma 32 et 65. « Malgré les réticences initiales, ça marche très bien, et ça leur permet à eux aussi de diluer des coûts, qui parfois restent importants, sur de plus larges périmètres ».
Au-delà des projets d'extension géographique, la start-up vise aussi son déploiement auprès des collectivités... Une expérimentation est en cours dans les Landes, et « ça fonctionne », se satisfait le PDG. De même, si les agriculteurs et viticulteurs sont les utilisateurs cibles du site, rien n'empêche un particulier de faire appel à votremachine.com pour louer du matériel. Une seule condition : que le particulier soit détenteur du permis nécessaire à la conduite de certains engins... « Mais pour louer un sécateur électrique par exemple, c'est bien sûr possible sans condition. »

Bientôt des royalties pour des agriculteurs ?
Toujours au titre des projets, la startup est en cours de finalisation d'une nouvelle application, « beaucoup plus intuitive et simple, pour utiliser le site depuis son téléphone ou sa tablette », promet son président, signature électronique, comprise. Elle devrait arriver pour l'été. Mais cet été marquera aussi un pas financier important pour votremachine.com, qui s'apprête à réaliser une levée de fonds de 500 000 € pour poursuivre son déploiement, et atteindre 1 M€ de chiffre d'affaires pour 2018. Et Jean-Michel Lamothe a déjà une idée bien précise sur le futur actionnariat : « nous voulons faire rentrer des agriculteurs au capital. L'idée est qu'ils soient prescripteurs. Et si l'entreprise est rentable, je préfère que ce soient des agriculteurs qui touchent des royalties plutôt qu'un fond de pension... C'est cohérent avec notre objectif de générer du revenu auprès du monde agricole, ça fait partie de nos valeurs », insiste-t-il.
Enfin, l'agenda de l'entrepreneur qui ne s'arrête jamais est réservé pour 10 jours par le Salon International de l'Agriculture de Paris où sa start-up est présente sur le stand collectif de la Ferme Digitale. L'occasion, espère-t-il, de croiser quelques Ministres mais surtout de continuer à se faire connaître auprès des professionnels comme des institutionnels. En mai, un passage sera également prévu sur le Salon de l'Agriculture de Bordeaux sur le stand du Village by CA, dont la start-up landaise est membre.
Espérons pour l'agriculteur qu'est encore Jean-Michel Lamothe qu'il trouvera un moment, malgré tous ces projets, pour prendre le volant de son tracteur. Un passage obligé, en ce qui le concerne « pour se détendre de cette belle mais néanmoins stressante aventure » entrepreneuriale.

L'équipe votremachine.com

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr et votremachine.com

Partager sur Facebook
Vu par vous
29333
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr