Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Tech Ovin : succès pour le salon du mouton de Bellac

07/09/2019 | La 11e édition de Tech Ovin s'est déroulée ces 4 et 5 septembre à Bellac en Haute-Vienne. 15 000 visiteurs se sont rendus à ce salon professionnel du mouton.

Ces 4 et 5 septembre s'est déroulée la 11e édition de Tech Ovin à Bellac (Haute-Vienne)

Tech Ovin a fêté son vingtième anniversaire ces 4 et 5 septembre à Bellac en Haute-Vienne. La fréquentation de ce salon professionnel du mouton reste stable avec 15 000 visiteurs. Les exposants (plus de 200) semblent satisfaits, tout comme les organisateurs qui tirent déjà les premiers bilans. Petit tour du salon avec les nouveautés de cette onzième édition, l’habituelle inauguration et quelques réflexions et inquiétudes soulevées par certains agriculteurs auprès du président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Au loin, on entend quelques bêlements... Bellac, ces 4 et 5 septembre, était véritablement la cité du mouton puisque la sous-préfecture de Haute-Vienne a accueilli Tech Ovin. Un salon unique destiné en premier lieu aux professionnels de la filière ovine, aux élèves en formation, mais aussi au grand public. La foule s’est déplacée en nombre pour cette onzième édition qui marquait également le vingtième anniversaire de cette manifestation.  

Ce mercredi 4 septembre a débuté par l’inauguration du salon. Claude Souchaud, président de Tech Ovin, a fait le tour des exposants et des stands accompagné  par notamment Alain Rousset, le président du conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine, le préfet de Haute-Vienne, le président du Conseil Départemental, le maire de Bellac, de nombreux officiels. Les agriculteurs ont interpellé à plusieurs reprises Alain Rousset lors de cette déambulation. Premier sujet d’inquiétude : l’eau. La sécheresse préoccupe notamment les Jeunes Agriculteurs qui aimeraient qu’on réfléchisse à des solutions face à ce problème qui devient de plus en plus fréquent. Ces derniers utilisent déjà les réserves de nourriture de l’hiver « Il y a un changement climatique, on ne peut pas le nier, confie Clément Courteix, vice-président à l’installation des JA Dordogne et des JA Nouvelle-Aquitaine. Depuis juin, il a très peu plu. Il faut prendre des mesures concrètes pour stocker l’eau et pour pouvoir s’en servir après, car nous avons un besoin d’eau même pour pratiquer de l’agroécologie ». Autre sujet épineux, celui  de l’ours et du loup qui attaquent des troupeaux. Le président de la région a clairement dit que ce dernier était présent en Nouvelle-Aquitaine. Le préfet de Haute-Vienne a légèrement nuancé le propos en utilisant le terme de chiens hybrides. Cependant, ils sont d’accord pour mettre en place un plan de lutte contre les attaques de troupeaux. La déambulation a duré une heure avec bien évidemment des dégustations de viandes ou de fromages. 

Le salon Tech Ovin a été le lieu de signature d'une feuille de route en faveur de la transition écologique entre la région et la filière ovine

La filière ovine en faveur de la transition écologique

Le salon Tech Ovin a été le lieu d’une signature importante aussi bien pour la région Nouvelle-Aquitaine que la filière ovine. A l’échelle régionale, cette dernière concentre 5 000 éleveurs pour 1,3 million de brebis allaitantes et lait. Cette filière représentée par l’Association Régionale Ovine de Nouvelle-Aquitaine (ARONA) a décidé de parapher une feuille de route, Néo Terra, pour s’engager en faveur de la transition écologique. « Avec cette signature, nous mettons en avant les pratiques agroécologiques. Nous voulons nous adapter face au changement climatique et contribuer à diminuer la pollution, tout en développant le bien-être animal », explique le président de l’ARONA, Patrick Soury. La filière ovine est la première du monde agricole à signer cette convention avec la région. « C’est un signe de qualité, souligne Alain Rousset. Nous allons accompagner la filière dans cette transition et rechercher des solutions qui permettent de sortir de certaines impasses ». Cette feuille de route se développe autour de quatre axes : la filière ovine s’engage vers la sortie des pesticides et généralise les pratiques agroenvironnementales ; elle s’adapte au changement climatique et participe à son atténuation ; elle valorise le bien-être animal et optimise l’utilisation d’intrants vétérinaires ; elle se voudra pérenne et résiliente.

Retour dans les allées du salon Tech Ovin. Pour la première fois, un concours de découpe de viande d’agneau est organisé. Neuf équipes de deux bouchers, composées le plus souvent d’un professionnel et d’un jeune en formation, s’affrontent. Elles viennent d’un peu partout en France, du Limousin, bien sûr, mais également de l’Auvergne, de la région PACA ou encore des Hauts de France. Pour les départager, ils doivent réussir plusieurs sujets tels que la fente d’agneau, la découpe et la préparation de pièces de boucherie. Ils vont utiliser un agneau entier et seront notés sur la technique et la préparation. Jean-Claude Picavet, responsable d’unité pédagogique boucherie, est venu des Hauts de France avec deux équipes qu’il encourage et manage. « Ces concours mettent en valeur le travail des jeunes. Je fais attention aux gestes, à leur technique, je ne peux que conseiller et je n’ai surtout pas le droit de toucher au couteau », explique-t-il. Munis de couteaux, d’une scie, d’une feuille, de leurs gants de protection et d’un tablier, les bouchers sont concentrés sur leur découpe et le travail de la viande. Le jury fait le tour, observe la technique, note la découpe, le désossage, le parage, la présentation. Autour quelques curieux les regardent travailler avec passion cette viande d’agneau et découvrent l’envers des boucheries.

C'est la première qu'était organisé un concours de découpe de viande d'agneau durant le salon Tech Ovin

Des chiens de troupeau vendus aux enchères

A l’autre du bout du salon, une parcelle grillagée. C’est le terrain de jeux des chiens de berger.  Un troupeau de brebis pâture dans le champ qui reste encore un peu vert. C’est l’association ADUCT 87 (Association Départementale d’Utilisateurs de Chiens de Troupeau) qui proposent des démonstrations. « Les éleveurs peuvent venir avec leur chien. Nous avons deux formateurs qui peuvent les guider sur les  compétences en chien de troupeaux. On ne s’en rend pas forcément compte, mais les chiens représentent un outil de travail essentiel qui rend service, et permet à la fois d’avoir plus de confort et de sécurité. De plus, les animaux changent de comportement et gagnent en docilité,», explique Marion Couedou, membre de l’ADUCT 87 et éleveuse de brebis en Haute-Vienne. Pour le vingtième anniversaire de Tech Ovin, l’ADUCT 87 a décidé de marquer le coup en organisant pour la première fois une vente aux enchères de six chiens de troupeau (5 borders collies et un berger de Beauce). Avant que ces chiens ne deviennent des chiens de travail, il a fallu les dresser entre 12 à 18 mois. « Certains éleveurs aimeraient que les chiens soient opérationnels de suite. C’est notamment pour cela que nous avons organisé cette première vente aux enchères sur des chiens totalement formés ». Tous ont passé des épreuves de sélection et des tests oculaires et vétérinaires. Les meilleurs ont été gardés et sont donc aptes à devenir immédiatement des chiens de troupeau.

Sous trois chapiteaux, à quelques encablures de là, est présentée la grande majorité des races de moutons. De quoi découvrir des sélections de géodes ou de races rustiques comme le mouton d’Ouessant, noir, c’est le plus petit mouton au monde, comme son nom l’indique il est originaire de l’île bretonne située dans le Finistère. « La majorité des races françaises sont là », confirme Nathalie Lebraut qui travaille à la chambre de d’agriculture de Haute-Vienne et qui chapote les races de moutons durant le salon.

Un éleveur ovin sur deux en retraite d’ici 10 ans

Sur le stand des Jeunes Agriculteurs, il y a foule. Quelques conférences sont organisées avec plus de 650 jeunes en formation, venus le plus souvent de lycées agricoles. « Ce sont de futurs agriculteurs qui sont peut être voués à s’installer un jour, explique Clément Courteix. Ils ne connaissent pas forcément tous les accompagnements et les aides que nous proposons. C’est un métier d’avenir, nous avons besoin d’agriculteurs pour nourrir le pays ». Au niveau de la filière ovine, d’ici 10 ans, un éleveur sur deux va prendre sa retraite, il faut donc renouveler. Chaque année en Nouvelle-Aquitaine, 10% de ceux qui demandent une dotation aux JA sont en ovins.

La onzième édition de Tech Ovin a encore fait le plein avec une fréquentation stable. 15 000 personnes se sont rendues ces 4 et 5 septembre à ce salon professionnel unique en France et même bientôt en Europe. « Nous avons eu une grosse journée le jeudi », confie soulagé Claude Souchaud. « Tout s’est bien passé, tout le monde est content, les indices de satisfaction sont bons, nous avons donc gagné le droit de refaire un autre salon », sourit le président de Tech Ovin. (Avec sans doute l’envie de prendre de l’ampleur et peut-être d’européaniser ce salon du mouton). Avec le Brexit (l’autre salon du mouton est le Sheep Day, il est organisé à Malvern au Sud-Ouest de l’Angleterre, à la limite avec le Pays de Galles), le Tech Ovin de Bellac sera l’unique rendez-vous européen pour les professionnels du mouton. Rendez-vous donc en septembre 2021 pour la douzième édition de Tech Ovin.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13047
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

Le vignoble Les Hauts de Talmont, en biodynamie depuis 2011, le long de l'estuaire de la Gironde Agriculture | 04/11/2020

Mois de la Bio : la conversion a le vent en poupe

La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest