aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Une initiative exemplaire née en Lot-et-Garonne : Thematik'eau pour une gestion pluriannuelle de l'eau

21/10/2013 | « L'ambition première du GIE est d'aborder l'eau sous le forme d'une gestion pluriannuelle concertée avec l'ensemble des acteurs du territoire ».

Thématik'eau

Créé par huit coopératives agricoles, agroalimentaires et économiques lot-et-garonnaises, au début des années 2000, le Groupement d'Intérêt Economique « Filières Qualité Services », aujourd'hui appelé « Thématik », a pour ambition première de mettre en commun ses pratiques et ses savoir-faire pour trouver des solutions individuelles ou collectives. Après avoir travaillé sur la traçabilité informatisée et le développement durable, aujourd'hui, le GIE s'attaque à la problématique de l'eau. Explications de Franck Brosset, animateur du GIE Thématik...

@! : Depuis 2010, le GIE réfléchit autour de la question de l'eau. Pourquoi ?
F. B. :
Les travaux du GIEC, le Groupement des experts intergouvernementaux sur le climat, ont confirmé que le changement climatique était inéluctable. Aussi, avec les phénomènes climatologiques des années 2003, 2007 et 2011, les préoccupations communes du GIE se sont tout naturellement tournées vers l'eau, la ressource en eau, l'usage de l'eau, les relations et les éventuelles gestions de conflits autour de l'eau en agriculture, agroalimentaire. Et pour mieux aborder ces questions, le GIE a accueilli de nouveaux membres. Aujourd'hui, 16 entreprises et coopératives le composent pour réfléchir et agir autour de cette problématique.

@! : En 2012, le SIAD, le Salon international de l'agriculture durable d'Agen, portait sur la thématique de l'eau. Quelle place a tenu le GIE dans ce salon ?
F. B. :
Le SIAD fut la première initiative qui fit écho à notre travail. Pour l'occasion, nous avions réalisé un outil mettant en avant les engagements et les actions de chaque membre du GIE sur le dossier de l'eau. Pour nous, cette participation fut une sorte de formalisation de nos travaux. Après le SIAD, nous avons entrepris un travail de recensement de nos activités et de nos engagements, de nos preuves sur les volets quantitatifs et qualitatifs. Ce qui nous a menés à la réalisation du document « thematik'eau » en juin 2013, qui s'adresse aux acteurs et décideurs de l'eau.

@! : Que dit ce document ?
F. B. :
Ce document met en avant les 6 engagements du GIE : promouvoir notre gestion innovante et économe de l'eau, s'adapter à un climat de type méditerranéen, créer des réservoirs de « nouvelle génération », préconiser une recharge gravitaire des nappes alluviales et karstiques, préférer des pratiques respectueuses de la qualité de l'eau et climatiser les villes.

@!: Vous avez déjà rencontré de nombreux acteurs locaux. Avez-vous des exemples concrets d'échanges probants ?
F. B. :
Notre légitimité nous a été confirmée après le SIAD 2012 lorsque nous avons rencontré des acteurs de terrain. A partir de l'automne 2012, nous avons été conviés et acceptés dans des discussions autour de l'observatoire hydrologique départementale pour le Lot-et-Garonne, de la prospective Garonne 2050 avec l'Agence de l'Eau, de la préparation du prochain arrêté cadre départemental sur la gestion de crise sécheresse et de travaux au niveau régional sur l'eau et le climat. Nous séduisons, car notre initiative est unique et originale. Nous sommes un collectif d'acteurs économiques qui se prennent en main et qui proposent des solutions ou des pistes de travail et de réflexion.

@! : Existe-t-il, aujourd'hui, une vraie prise de conscience des conséquences du réchauffement climatique ?
F. B. :
Oui ! Il existe une vraie prise de conscience du changement climatique, de ses impacts sur la ressource en eau et de ses impacts sur les activités économiques notamment agricoles. L'ambition du GIE est bien d'aborder l'eau sous la forme d'une gestion pluriannuelle concertée avec l'ensemble des acteurs. Nous ne voulons pas réfléchir à une crise quand elle est là sous nos yeux. Notre réflexion porte sur comment mettre en œuvre les outils et moyens pour éviter les crises du mois d'août et faire en sorte de réutiliser l'eau stockée à bon escient, pendant les périodes excédentaires, dans les périodes déficitaires. Grâce à cela, nous n'aurons plus ces périodes déficitaires et conflictuelles. Et nous répondrons aux besoins de tous les acteurs et enjeux économiques.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Thématik

Partager sur Facebook
Vu par vous
391
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires