Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/10/21 | Tolkien se tisse à Aubusson

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson en Creuse a signé un partenariat afin de réaliser en 4 ans une série exclusive de 14 tapisseries et 2 tapis à partir de l'oeuvre graphique originale de J.R.R Tolkien. Le 22 octobre, elle a dévoilé la 12ème œuvre et la 1ère issue du livre du Seigneur des Anneaux : « Moria Gate ». D'environ 8m2, elle a nécessité plus de 1000h de travail.

  • 27/10/21 | Jean Prou nommé président du Parc Marin de l'estuaire et des pertuis

    Lire

    Mi-octobre, le conseil de gestion du Parc Marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des pertuis charentais a élu Jean Prou à sa tête. Ancien directeur du centre Ifremer de La Tremblade (17), Jean Prou y siégeait jusqu'alors en qualité de personnalité qualifiée sur les sujets conchylicoles. Il a fait part de sa volonté de "reconstruire un lien solide et efficient entre les équipes du Parc, de l’OFB (Office français de la biodiversité, ndlr) et le nouveau conseil", notamment en vue de "rendre opérationnel le plan de gestion"

  • 27/10/21 | Un jeu de sensibilisation aux cyber-attaques

    Lire

    La société Game Partners à Niort, spécialiste du game design, est en train de développer un jeu de sensibilisation aux cyber-attaques. Ce jeu va permettre aussi d'éduquer les utilisateurs face aux risques de cyber-attaques. L'expérimentation de ce jeu sera effectuée en entreprises mais également dans l'enseignement supérieur de Nouvelle-Aquitaine, dont l'IRIAF à Niort et Excelia à La Rochelle.

  • 27/10/21 | L'excellence néo-aquitaine au Carrousel du Louvre

    Lire

    A l'occasion de la 26ème édition du Salon International du Patrimoine Culturel qui se tiendra du 28 au 31 octobre au Carrousel du Louvre, 12 entreprises néo-aquitaines des métiers d'art représenteront la région Nouvelle-Aquitaine sur la thématique « Patrimoine et Territoires ». Issue d'un partenariat entre la Région, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, la présence de ces artisans mettra en avant le savoir-faire, l'innovation et l'expertise de Nouvelle-Aquitaine.

  • 26/10/21 | Le festival de Ménigoute rempile du 26 octobre au 1er novembre

    Lire

    Annulé l'an dernier à la dernière minute, le festival du documentaire animalier à Ménigoute, dans les Deux-Sèvres, revient pour sa 37e édition. Une quarantaine de films du monde entier sont à découvrir, dont un certain nombre prévus l'an dernier. La plupart sont suivis d'une rencontre avec le réalisateur. Des débats sont prévus par ailleurs avec des naturalistes. Plusieurs animations nature sont également au programme, comme une sortie découverte à la réserve de Moeze Oléron (17).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Un rallye en sud Haute-Vienne pour découvrir la bio

01/10/2021 | Une quinzaine d’élus et de futurs agriculteurs ont découvert la ferme bio « Lou Gabissou », avant de se rendre à Coussac-Bonneval où la cantine municipale sert 25% de bio dans ses menus

Dans le cadre du ralye bio territoire, une quinzaine d’élus et de futurs agriculteurs ont découvert la ferme bio Lou Gabissou à Saint-Yrieix la perche

Partir à la découverte des hommes et des femmes qui font la bio, voilà la démarche du rallye bio territoires, le 29 septembre en sud Haute-Vienne organisé par la Fédération régionale d'agriculture bio, Agrobio 87, Manger bio local et la Région. Une quinzaine d’élus et futurs agriculteurs ont visité la ferme « Lou Gabissou » qui produit des céréales et oléagineux transformés en farine, pâtes et huile. Ils ont ensuite découvert la démarche bio initiée par la commune de Coussac-Bonneval qui porte un projet de régie agricole puis la CUMA d’abattage et de transformation d’éleveurs implantés autour de Saint-Yreix-la-Perche. Enfin, le rallye s’est achevé au bistrot épicerie de Saint-Jean-Ligoure qui se fournit en produits bio et locaux.

A la ferme « Lou Gabissou », les abeilles accueillent les visiteurs mais Tiphaine de Tienda et son père Régis n’ont pas le temps de s’occuper de la récolte du miel confiée à un apiculteur local. Leurs journées sont bien remplies avec 50 ha de grandes cultures à gérer pour une production de blés modernes et anciens, sarrasin, petit épeautre, tournesol, cameline, triticale, maïs doux et 4 ha de chanvre prochainement récoltés pour la première fois.

Rachetée en 2018 par les deux associés, l’exploitation compte une seconde ferme de 10 ha située à 4 km qui appartenait à son grand-père, 25 ha achetés à quelques kilomètres où pâturent 30 brebis limousines. Tiphaine valorise une partie de la production en farine, pâtes et huile. Une auberge est ouverte le dimanche pour déguster les produits de la ferme. L’agricultrice a élaboré son projet d’installation durant ses études d’ingénieur agronome avec des idées plein la tête que la réalité s’est chargée de pondérer. « J’avais beaucoup d’idéaux mais je me suis heurtée à la réalité financière et à la pratique avoue-t-elle, trois ans après, je suis tout de même contente car on se rapproche de ce que j’avais prévu ». Les deux associés se partagent les tâches, Régis produit, Tiphaine transforme sur place, un salarié à 80 % les seconde et le recrutement d’un apprenti est prévu.

 Conserver les qualités nutritionnelles

La rotation des cultures sur l’ensemble des parcelles et l’incorporation de prairies leur permettent de se passer d’intrants et de lutter contre les mauvaises herbes. « Mon père a transformé son outil pour couper l’herbe moins profondément explique-t-elle, en bio, il faut tester et s’adapter au sol, c’est plus complexe et technique ». Après la récolte, le blé tendre est stocké en cellules ventilées, trié et brossé, une étape primordiale pour retirer la poussière, « la garantie d’une qualité technologique et sanitaire » assure la jeune femme. Les grains sont moulus sur la meule en granite d’un moulin Astreia pour conserver toutes leurs qualités nutritionnelles. Une partie de la farine est commercialisée (boulangers, épiceries, Biocoop, marchés), le reste est utilisée pour les pâtes de blé tendre. Les oléagineux sont pressés à froid pour produire de l’huile de tournesol, cameline et bientôt de chanvre. Les tourteaux sont vendus à un éleveur de chèvres. « Les prochains objectifs sont de développer le réseau de magasins et de changer le packaging » annonce la dynamique cheffe d’entreprise.

Les blés anciens et modernes sont moulus sur pierreA la ferme Lou Cabissou, les blés anciens et modernes sont moulus sur pierre

Plus de bio à la cantine

A Coussac-Bonneval (1350 habitants), la municipalité a développé la bio dans les menus servis aux 80 écoliers avec notamment de l’agneau élevé sur place. « Un employé communal gère notre troupeau de 18 brebis limousines précise Thierry Chibois, conseiller, nous avons converti en bio 5 ha de notre réserve foncière de 17 ha et planté un verger d’arbres fruitiers et de petits fruits rouges voilà un an pour servir les fruits aux enfants ». Un choix responsable guidé par la loi Egalim qui impose aux restaurants collectifs publics d’atteindre 50 % de produits durables et de qualité dont 20 % en bio d’ici le 1er janvier 2022. « Le premier palier pour être certifié écocert est atteint avec 25 % de bio depuis le 1er janvier et 27% de produits locaux contre 3 % en 2018 ».

Le verger bio de Coussac-Bonneval planté voilà un anLe verger bio de Coussac-Bonneval planté voilà un an

La prochaine étape est double : mettre en place un potager bio et une régie agricole. « Il faut que le projet mûrisse pour qu’il soit durable au-delà du mandat assure-t-il, la réflexion est en cours avec différentes pistes que ce soit au niveau de la communauté de communes ou en installant un jeune qui fournira la cantine ». D’ici février, celle-ci sera modernisée grâce à un investissement de 35.000 € soutenu par France Relance (30%) et la dotation d’équipement des territoires ruraux (50%) pour l’achat de matériels de cuisson et de refroidissement moins énergivores.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
3487
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr