Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/07/19 | Le Phare de Cordouan élu phare de l'année

    Lire

    En attendant la décision de l'Unesco sur son éventuel classement au patrimoine mondial, le Phare de Cordouan a été élu "phare de l'année" par l'association internationale de la signalisation maritime". Ce trophée purement symbolique a été remis ce jeudi à la présidente du Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) Françoise de Roffignac, par la nouvelle préfète de région Fabienne Buccio. De quoi patienter en attendant le verdict de l'Unesco, dans un an.

  • 18/07/19 | Emmaüs Gironde réintégrée

    Lire

    Le tribunal de grande instance de Bobigny vient d'annuler les décisions de l'assemblée générale d'Emmaüs France du 23 mai actant l'exclusion d'Emmaüs Gironde face à ce que l'instance nationale dénonçait comme une "gestion opaque". "Le tribunal considère que les conditions d'exclusion n'ont pas été régulières et que l'importance des manquements d'Emmaüs France dans le traitement de ce dossier, a porté préjudice à l'image d'Emmaüs Gironde et à sa crédibilité sur le territoire", a ainsi souligné l'avocat d'Emmaüs Gironde, maître Galinat. Un administrateur judiciaire a été demandé, la décision doit être rendue le 29 juillet prochain.

  • 18/07/19 | Une AMAP arrive à Ludon-Médoc

    Lire

    En Gironde, des "consomacteurs" de Ludon et du Pian adhérents de l’AMAP de Parempuyre ont décidé d’en ouvrir une nouvelle à Ludon-Médoc. Grâce à la mise à disposition d’un local par la Mairie de Ludon ainsi qu’au soutien des maraîchers eysinais Aurore et Philippe Sournac, l’AMAP a pu voir le jour. L’objectif est de rassembler des agriculteurs et les consommateurs. Deux réunions d’information vont avoir lieu à cet effet ; une le 22 juillet à Ludon et une le 24 juillet au Pian.

  • 18/07/19 | Les Jeudis de l'océan de Biarritz proposent six soirées gratuites

    Lire

    Depuis quelques années, pendant l'été, Biarritz Evénement propose des spectacles gratuits diurnes - à partir de 18 heures- et nocturnes dans les Jardins de la Cité de l'Océan, au sud de la ville quartier Ilbarritz. Six sont programmés à partir de ce soir et jusqu'au 29 août. Danse, chansons, films en constituent le menu. Le 16 août sera dédié au 50e anniversaire du Festival de Woodstock et le répertoire des chansons mythiques du Flower Power. Ce soir, la Biarritz Dance School et le Léon Newars show. Sur fond de coucher de soleil….

  • 18/07/19 | "AVC tous concernéS" sur les plages de NA

    Lire

    Du 21 au 27 juillet, "AVC tous concernéS" mène une action de prévention des AVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine baptisée "#MinibusAVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine pour prévenir les AVC auprès des vacanciers". Ainsi, de 10h à 17h le 21 jt à Saint-Trojan (17), le 22 jt à Lacanau (33), le 23 jt à Lège-Cap-Ferret (33), le 24 jt à Arcachon (33), le 25 jt à Mimizan (40) le 26 jt à Moliets-Plage (40) et le 27 jt à Anglet (64).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Vendanges au Château Bertinerie: de la vigne au chai la promesse et la naissance d'un millésime magnifique

07/10/2018 | La récolte a pris fin ce 5 octobre au château Bertinerie comme dans beaucoup de vignobles girondins. C'est au chai, aussi, que se joue la naissance d'un millésime.

Eric Bantegnies surveille une benne pleine de  cabernets sauvignon

La vendange bat son plein ce 3 octobre, sur les buttes de Landreau, par une douce matinée qui fleure l'automne. Le temps est venu de cueillir les cabernets sauvignon après les cabernet francs et les merlots. Et, bien sûr, les sauvignons blancs. Eric Bantegnies qui tient avec son frère Frantz les rênes du château Bertinerie, à Cubnezais, l'un des fleurons de l'appellation Blaye-Côtes de Bordeaux, veille à la qualité du travail d'une équipe de 60 coupeurs et leurs porte-hotte. Ici, dans un vignoble planté en lyre, le plus grand de France, une singularité en Gironde qui requiert, à plusieurs étapes de la culture, et bien sûr à celle de la cueillette, une main d'oeuvre attentive et expérimentée.

C'est la dernière ligne droite de vendanges amorcées de bonne heure, le 7 septembre, par la récolte du sauvignon, le cépage royal du blanc dans des vignes qui, depuis trente ans, sont à la source d'un très grand vin. Des parcelles en coteau, ayant par la grâce de quelques courants d'air miraculeux, évité le désastre du gel d'avril 2017 qui avait anéanti une grande partie de la récolte des rouges. Ce Haut Bertinerie blanc, objet de toutes les délicatesses, vinifié en barriques neuves sur lies fines avec batonnage en tête, désormais, d'une gamme de trois vins pour mieux rencontrer le consommateur. Un leader accompagné, non seulement de la Grande Cuvée Bertinerie, élevée en cuve sur lies fines, mais du "petit frère" comme le qualifie Eric Bantegnies, l'Esprit, dont le millésime 2017 a bénéficié dans le magazine "Vigneron" d'une critique plus qu'élogieuse, limite dithyrambique de Jean-Luc Barde: " séduisant en diable, une affolante gourmandise, aromatique, frais et vif avec de la mâche, un panier de fruits tapissants et salins."

Cette année, les blancs comme les rouges auront manqué d'un peu d'eau, en août, pour que le grain du raisin, dont la pellicule, aujourd'hui, est épaisse, prenne un peu plus de volume et autorise les rendements maximum. L'ensoleillement exceptionnel et la chaleur ont entraîné une évaporation dont l'impact est estimé à quelques 10% sur la récolte quand même conséquente: sans doute 3200 hectolitres pour les rouges et 700 les blancs. "Ce ne sera pas l'année du siècle confie Eric Bantegnies, un millésime aussi fin que 2016, mais en terme de structure 2018 a tout pour être "un millésime magnifique". Entendons par là que tous les constituants sont réunis pour faire un grand vin: la qualité des jus, une maturité phénolique parfaite que l'on a plaisir à vérifier à la vigne en dégustant une baie dont les pépins sont bien marrons, des tanins puissants qu'il va falloir dompter sans parler des degrés qu'il faut, si possible, contenir. Conséquence directe de ce réchauffement climatique que l'été et son complément indien semblent confirmer? En tout cas, sans même parler de l'avenir du vignoble bordelais, rappelons-nous que la finesse de ses vins rouges et leur renommée sont indissociables d'un degré alcoolique final de l'ordre des 12 -13 plutôt que des 15.

Le rôle du chai comme toujours

L'un des grands défis de cette vendange 2018, cette année encore, devra être relevé au chai. Et, notamment, dans la qualité du dialogue qui doit se nouer entre le vigneron et leur oenologue. Et si l'on dit cela, aussi, les mauvaises années pour sauver une récolte, ce n'est pas moins vrai lorsqu'on a le bonheur d'en rentrer une très bonne. Pour avoir été témoin, ce 3 octobre, en fin de journée, une fois la vendange rentrée, éraflée et mise en cuve, du dialogue entre Eric Bantegnies, son frère Frantz et Hervé Romat leur oenologue, nous pouvons témoigner, verre à déguster en main, que d'un échantillon à l'autre de toutes les cuves en fermentation, correspondant chacune à un cépage et une parcelle, l'échange fut à la fois aussi vif que professionnel. Certains mots résonnent, à eux-seuls, comme une invitation à la raison: extraction par exemple. Ou comment garder le meilleur des moûts en macération, sans être tentés à la faveur de remontages fréquents d'extraire de la fermentation le maximum de couleur?... Comment ainsi conserver le meilleur des arômes et la finesse propre à un cépage, le merlot en premier lieu? A quel moment précis réaliser, cuve après cuve, l'écoulage? Autant de défis singuliers qui doivent être abordés, entre résolution et sagesse, en pensant à la gamme des vins que l'on commercialisera et qui seront le résultat de subtils assemblages. Hervé Romat le souligne sans détour : "on ne peut malheureusement faire aucune confiance aux apparences comme prendre la concentration pour une qualité absolue et s'efforcer de découvrir sous l'opulence la réalité qualitative." Et, citant deux grandes figures disparues de l'oenologie bordelaise, il ajoute:" Emile Peynaud en son temps, et souvent repris par Denis Dubourdieu, disait d'un vrai grand vin que l'essentiel de la qualité n'était pas dans la concentration mais, surtout, dans l'élégance et l'équilibre. Je rajouterai que le corollaire de cette exigence nécessaire pour la meilleure évolution, et malheureusement de plus en plus d'actualité, est que la stabilité et la fiabilité en soient la quintessence!" (1)

De la pertinence des choix faits au chai, au  moment crucial de la naissance d'un vin va dépendre, en effet, la rencontre avec le consommateur. C'est ainsi qu'à Bertinerie, où le rapport qualité-prix guide fortement la déclinaison de la gamme des vins, et où l'on fait grand cas des goûts de ceux qui le boivent et de l'attente de la restauration, on mise beaucoup, en complément des "Hauts Bertinerie, de la Grande cuvée, de l'Esprit",  sur un trio "Des Lyres": blanc, rouge, rosé: "des vins sur le fruit, faciles à boire, de convivialité" vinifiés à basse température pour garder beaucoup de gras sans excès de tanins. Une étiquette façon "dernière minute" d'un quotidien avec ce sous-titre en manière de clin d'oeil : "Des vignes hors du commun pour des vins plaisir plus!"

1. in Vitisphère juin 2017

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11908
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
BANTEGNIES ERIC | 08/10/2018

Joêl a parfaitement compris les enjeux de ce millésime dont le comportement en cuve montre qu'il n'y a jamais 2 années qui se ressemblent, c'est à chaque fois "une première fois" !

Joël Aubert | 08/10/2018

Et c'est heureusement aussi une histoire d'amour...merci Eric

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr