Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Vide sanitaire/grippe aviaire : la filière gras inquiète, la Région mobilisée

23/01/2016 | Alain Rousset est venu écouter les producteurs à la ferme Loupret des Ducasse à Toulouzette

RoussetLandes

Face à une filière gras bien soucieuse, Alain Rousset a annoncé samedi, dans les Landes, 4 mesures visant à soutenir les producteurs et entrepreneurs au cœur de la crise de la grippe aviaire : création d'une cellule de crise à la région pour un accompagnement personnalisé aux sociétés en difficulté, comité de pilotage en lien avec l'Etat pour suivre la crise, formation des salariés en chômage technique pour préparer la reprise d'activité, et accompagnement des futurs investissements si de nouvelles règles de biosécurité sont mises en œuvre.

Au 20 avril, Bernard et Evelyne Ducasse qui élèvent et gavent 5.000 canards chaque année, n'auront plus aucun palmipède sur leur ferme à Toulouzette, entre Mugron et Saint-Sever. Comme tout le reste de la filière, en plein cœur de la Chalosse comme ailleurs dans le Sud-Ouest, ils sont contraints au vide sanitaire post-grippe aviaire. « On a besoin d'une date pour le retour des canards. Si on sait quand on pourra reprendre, ça ira mieux », explique l'éleveur qui espère des indemnisations et surtout « pouvoir servir tous ses clients en fin d'année pour les fêtes ».
Avances de trésorerieUn arrêt de production de trois à quatre mois peut se chiffrer à 300 millions d'euros de perte de chiffre d'affaires sur le Sud-Ouest dont 100 millions pour le seul département des Landes. Un éleveur présent, victime du virus qui a stoppé toute son activité au 22 décembre, a parlé pour son cas de 100.000 euros de pertes de marges brutes sur les 130.000 de prévisionnel...

CanardsAlors qu'une réunion cruciale se tiendra mardi au ministère de l'Agriculture autour de Stéphane Le Foll, Alain Rousset est venu samedi chez Ducasse, puis au siège de Maïsadour, faire un point sur les besoins pour les faire remonter auprès du ministre. Le président de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes entend notamment demander à M. Le Foll une estimation précise du coût de la crise, avec un détail par secteur, notant que les petits transformateurs de la filière gras craignent de passer à coté des indemnisations. Déjà, une cellule de crise régionale qui sera en place lundi, doit aider, via des avances de trésorerie, les entreprises les plus en crise de manière transitoire le temps que le plan de l'Etat soit opérationnel, a annoncé M. Rousset, avec une priorité aux accouveurs dont l'activité a été arrêtée net au 18 janvier.
Intégrisme sanitairePour les Landes, premier département producteur en France (8 millions de palmipèdes en gavage chaque année), « le plus urgent c'est que le système en autarcie soit reconnu », a souhaité Dominique Graciet, président de la chambre d'agriculture. Un système propre aux petites exploitations où élevage et gavage sont faits en toute autonomie. Il faudrait aussi pouvoir « redémarrer par anticipation avec des canetons sains dans les zones IGP deux semaines avant la fin du vide sanitaire » pour gagner un peu de temps, a-t-il demandé, quand des exploitants veulent aussi un abaissement de la durée de gavage et l'augmentation de la densité de canards par m2 pour rattraper les baisses de production.
Les petits éleveurs s'inquiètent aussi de se voir imposer des « bandes uniques » au lieu des multibandes, pour n'avoir que des animaux de même âge sur une exploitation, dans le cadre de futures mesures de biosécurité qui seront sans doute exigées bientôt. De l'« intégrisme sanitaire ! », a jugé l'un d'eux. « La bande unique ça fait très peur, selon Bernard Ducasse : Accepter ça, ce serait l'uniformisation des canards alors que notre argument commercial dans les fermes, c'est de proposer un produit différent des industriels ».
« On ne sait pas à quelle sauce on va être mangés », « il ne faut pas qu'on se serve de la crise sanitaire pour flinguer les petits producteurs », a résumé Christophe Mesplède, du syndicat agricole Modef, inquiet qu'on demande de nouveaux investissements après le vide sanitaire qui aura déjà coûté très cher à toute la filière. Soulignant que « la biosécurité (allait) peser sur les éleveurs », Alain Rousset a promis que la région accompagnerait ces investissements au travers de son Plan de compétitivité et d'amélioration des exploitations agricoles.

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
4984
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr