Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

24/03/2020 | Face à l'épidémie de coronavirus et au contexte national de confinement, le salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2020 est annulé et remplacé par une "semaine de l'agriculture".

Salon agriculture 2020

Ce mardi 24 mars, le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine a pris la décision d'annuler sa formule traditionnelle, qui devait se dérouler comme chaque année sur le Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux-Lac. En lieu et place du salon et alors que la décision d'annulation de la Foire de Bordeaux n'est toujours pas tranchée, les organisateurs ont choisi une nouvelle formule, une "semaine de l'agriculture" qui se tiendra du 14 au 22 mai prochain. Que contiendra-t-elle ? Quelles conséquences pour l'organisation et les exposants déjà engagés ? Nous avons interrogé le Président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet, et le commissaire général du salon Bruno Millet, pour en savoir plus.

L'épidémie de coronavirus, qui se poursuit en France et dans le monde, touche aussi l'organisation et la tenue de très nombreux évènements qui devaient avoir lieu dans les prochains mois. La décision était attendue, elle a finalement été officialisée ce mardi 24 mars : le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine tel que le connaissaient ses visiteurs et ses partenaires n'aura pas lieu en 2020. La question d'un éventuel report, depuis tranchée, a été remplacée par la tenue d'un évènement réduit, une "semaine de l'agriculture", à la fois à destination des professionnels du secteur (pour qui les conférences et grands temps forts resteraient maintenus) et du grand public au travers des réseaux sociaux et de la web tv du salon, inaugurée en 2019. Pour en savoir plus sur les conséquences de cette annulation et sur la manière dont va s'organiser ce nouvel évènement, aqui.fr a interrogé le commissaire général du salon, Bruno Millet. Nous évoquons avec lui les grands temps forts de cette semaine, son volet organisationnel et budgétaire, le sort des manifestations qui devaient se dérouler en parallèle et la stratégie de communication mise en place pour essayer, même sans présence de visiteurs physiques, d'informer le plus grand nombre de personnes possibles sur une agriculture en plein bouleversement. 

 

 

@qui.fr - Vous avez annoncé aujourd'hui l'annulation de l'édition 2020 du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine et la mise en place sur une semaine (du 14 au 22 mai) d'une "semaine de l'agriculture". Comment la décision a-t-elle été tranchée sur cette annulation ? Quelle forme va prendre cet évènement ? 

Bruno Millet, commissaire général du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine - On a fait une analyse objective de la situation, on a consulté nos partenaires pour les interroger sur leurs intentions. On a également réuni le comité opérationnel et le bureau du salon et en conscience, considéré que le risque était trop élevé pour nous de maintenir cette manifestation même si à mi-mai les choses reviendront peut-être à la normale, mais c'est de moins en moins sûr. Nous n'étions pas en mesure d'assumer ce risque, d'autant plus qu'un certain nombre d'acteurs nous avaient déjà indiqué qu'ils ne seraient pas en mesure d'être présents à cette période. Par contre, ils nous ont assuré de leur soutien; c'est pour ça qu'on a décidé de maintenir une communication autour de l'agriculture, sans salon physique mais avec un semaine de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine en utilisant les réseaux sociaux et les médias pour parler de l'agriculture positivement et montrer qu'elle a été présente au rendez-vous de la crise sanitaire dans laquelle on est, qu'elle est en phase avec la société et qu'on était bien content de la trouver à ce moment-là. 

@qui.fr - Congrès et Expositions de Bordeaux a-t-il pris sa décision de son côté concernant la foire de Bordeaux ? 

B.M - Non, la foire fait partie de notre environnement proche et a participé à cette décision puisqu'elle est membre du bureau du salon. La décision pour elle de se maintenir était en suspens mais elle sera communiquée dans quelques jours. Elle n'aura pas lieu en mai et sera reportée, c'est donc de façon conjointe qu'on a décidé ça ensemble. La date du report de la foire n'est pas encore définie mais comme on sait que ce sera en deuxième partie d'année, on savait que nous ne serions pas en mesure de reporter le salon de l'agriculture.

@qui.fr - Qu'est-ce qui a motivé votre préférence pour une annulation du salon plutôt que pour un report, comme cela pourrait être le cas pour la foire ?

B.M - La période au niveau du climat sera plus incertaine qu'en mai alors que le salon de l'agriculture se passe en extérieur ou sous une halle ouverte. On aurait eu beaucoup d'évènements professionnels autour des animaux en septembre-octobre, il y aurait donc eu beaucoup de difficultés pour remobiliser les éleveurs, notamment pour assurer Aquitanima. Si nos partenaires nous suivent, un nouveau salon va revenir en 2021, on ne voudrait pas que nos partenaires n'aient plus les moyens de nous suivre l'année prochaine. 

@qui.fr - En termes purement budgétaires, on imagine que le financement de cette manifestation sera grandement réduit. Quelle incidence cela aura-t-il sur votre organisation et sur les agriculteurs et partenaires qui s'étaient déjà engagés financièrement ?

B.M - Il est clair que le fait qu'on n'organise pas physiquement un salon de l'agriculture fait que nous avons moins d'engagements à prendre et moins de financements à mobiliser. L'objectif avec cette semaine de l'agriculture, c'est que nos partenaires continuent de nous accompagner sur cette opération. Je n'oublie pas non plus la Région qui nous a assuré de son intention de nous suivre. Le budget n'aura rien à voir, mais on va essayer de mobiliser les moyens nécessaires à la fois pour prendre en compte les engagements qu'on avait déjà pris au niveau du salon habituel et pour permettre de tenir cette opération qui va notamment reposer sur de la production de contenu sur plusieurs supports. 

En intégrant le concours des vins, un salon comme celui-là coûte environ 2,2 millions d'euros. Pour l'édition 2020, pour l'instant, le coût final de la semaine de l'agriculture n'est pas arrêté. L'incidence sur les agriculteurs et les exposants sera une perte de chiffre d'affaire qu'ils avaient l'habitude de faire sur cette manifestation. On ne va pas les pénaliser, même ceux qui s'étaient déjà inscrits. On va rembourser ceux qui avaient déjà versé une participation financière. Vis-à-vis de nos fournisseurs, on verra comment on honore nos commandes, ça pourrait être par une avance sur dépenses pour l'année prochaine. Les acteurs historiques du salon sont déjà suffisamment pénalisés par la situation globale, on ne va pas en rajouter. On fera tout pour qu'ils n'aient pas de charges afférentes aux engagements qu'ils avaient pu prendre.

@qui.fr - Cette "semaine de l'agriculture" prévoit de maintenir les rendez-vous professionnels habituels du salon de l'agriculture. Les thèmes de ces différents rendez-vous resteront-ils les mêmes ? Vont-ils nécessairement se dérouler physiquement ?

B.M - On espère que cette nouvelle forme va nous permettre d'organiser les rendez-vous professionnels habituels que nous avions dans le cadre du salon, à savoir les assises de l'origine, la journée installation-transmission et les États généraux de l'innovation que l'on souhaiterait pouvoir tenir physiquement. On continue à travailler avec nos comités de pilotage pour mobiliser des intervenants pour ces évènements professionnels. En fonction de la tournure des évènements et à un moment opportun, on prendra la décision de les tenir ou non physiquement si on estime que la sortie de la crise sera suffisamment précoce et qu'il n'y aura plus d'interdiction de rassemblement au-dessus d'un certain niveau. Si ce n'est pas le cas, on n'a pas encore la formule mais on essaiera, en gardant la mobilisation des intervenants mobilisés, d'organiser des conférences virtuelles ou de reporter à une autre période de l'année. On ajustera l'offre en fonction des décisions gouvernementales mais pour l'instant, la décision n'est pas prise et la construction des évènements continue. 

Les États généraux de l'innovation seront essentiellement centrés sur la question de l'autonomie protéique et du cycle de l'azote de façon plus large, pour essayer de trouver des solutions au niveau de la région et des exploitations pour trouver une plus grande autonomie sur l'approvisionnement en protéines dont on a besoin pour l'élevage. Pour les assises de l'origine, on est sur une question que nous n'avions jamais traité jusqu'à présent autour du paysage comme signe de qualité et comme patrimoine vivant. On va essayer de voir quels sont les liens entre les signes de qualité et d'origine et les paysages que nous connaissons sur nos différents territoires. On a des intervenants issus de l'UNESCO, du Conseil Régional du Tourisme ou d'ODG. Enfin, la journée installation-transmission évoquera l'implication du réseau des coopératives dans cette installations, pour qui c'est un enjeu majeur d'aider et d'accompagner des transmissions qui se déroulent bien. On aura des témoignages d'installations réussies d'agriculteurs engagés dans des coopératives.

Le concours des vins fait partie intégrante du salon de l'agriculture, même s'il y a une dissociation en termes de date pour être plus utile aux viticulteurs. La manifestation du 18 avril n'aura donc pas lieu mais un report est à l'étude, plutôt au début de l'été, en fonction de la disponibilité des équipements du Palais des Congrès. Un comité de pilotage devrait se tenir très prochainement pour trancher sur cette décision. 

@qui.fr - Comment va s'organiser votre stratégie de communication à l'égard du grand public ? Dans quelle mesure l'Agri WebTV, mise en place pour la première fois l'an dernier dans le cadre du salon, va-t-elle y contribuer ?

B.M - Le pari, c'est de mobiliser l'ensemble des réseaux sociaux dans lesquels les agriculteurs sont impliqués et de produire des contenus fondés sur des reportages, des débats, des interviews d'experts qui seront portés à la connaissance du public au travers des réseaux sociaux et au travers de cette agri-web tv dédiée à l'agriculture en Nouvelle-Aquitaine, qui va dépasser son cadre initial. On va essayer de répondre aux questions que les citoyens se posent au travers de leurs attentes sociétales, montrer en quoi l'agriculture est bien en phase avec ces questions, les a bien prises en compte et est en transition avec des agriculteurs engagés qui font tout pour que leur activité évolue. On compte notamment mobiliser des interventions d'experts sur des thématiques comme l'eau et le changement climatique et montrer en quoi l'agriculture s'adapte à ces nouvelles contraintes tout en faisant en sorte que les agriculteurs puissent continuer à vivre de leur métier.

L'ambition de la web tv était d'abord de tester notre capacité à produire des contenus et de les diffuser. L'an dernier, on s'est appuyés essentiellement sur le salon, moment riche de rencontre avec les professionnels et le grand public et initier des débats. L'agri-web tv sera la plaque tournante mais utilisera d'autres réseaux pour diffuser son contenu. Nos partenaires vont pouvoir puiser dans les contenus qu'on va générer et pouvoir être une caisse de résonance.

Julien Privat, Romain Béteille
Par Julien Privat, Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13809
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951

INRA Bordeaux, conférence sur l'agroforesterie Agriculture | 23/02/2020

L'agroforesterie, un pas de plus vers la transition écologique