Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/20 | Un marché de producteurs médocains à Ludon

    Lire

    Le jeudi 24 septembre, de 18h30 à 19h30, l’AMAP des Baillots médocains organisera son premier marché des producteurs sous les arbres situés entre l’église et l’école primaire de Ludon. Ce marché des producteurs, permettra aux ludonais, et voisins, de déguster et acheter des légumes eysinais de saison, des huîtres du Cap Ferret, des confitures solidaires de Parempuyre, de la bière de Labarde, du fromage de chèvre de l’Entre-deux-mers, des produits d’entretiens bio 100 % girondins… tout en respectant les prescriptions préfectorales imposées par la situation sanitaire.

  • 22/09/20 | Une troisième journée sans voiture sur l'île Madame

    Lire

    Le mercredi 23 septembre, de 12 heures à 18 heures, l’accès à l’Île Madame par la Passe aux Bœufs, ne sera autorisé qu’aux piétons, cyclistes et utilisateurs de modes de transport doux. Une calèche et des vélos seront mis à disposition. Cette opération s'inscrit dans le cadre du classement de l'agglomération de Rochefort comme Grands sites de France, qui récompense les collectivités qui promeuvent un tourisme durable sur leur territoire. L'agglo a officiellement reçu cette distinction le 21/09.

  • 22/09/20 | Poitiers: L'Université veut favoriser la poursuite des études post bac

    Lire

    L'université de Poitiers est lauréate d'un nouveau financement du Programme d'investissements d'avenir-PIA avec le projet CODA, à la CrOisée Des pArcours, fruit d'un partenariat avec l'université de La Rochelle, le Rectorat de l'Académie de Poitiers et le Crous de Poitiers. Ce projet vise à créer une dynamique de préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur au plus près des possibilités d'orientation des lycéens sur tous les types de territoires. Objectif : favoriser le taux de poursuite d'études après-bac.

  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | [Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

02/03/2020 | Le stand de la Nouvelle-Aquitaine a remporté un franc succès lors du Salon International de l'agriculture de Paris qui s'est déroulé du 22 au 29 février.

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés.

Situé au pavillon 1 du salon international de l’agriculture de Paris, le stand de la Nouvelle-Aquitaine a attiré la foule du 22 au 29 février. Un stand qui accueillait d’un côté les races à viande régionales : Limousines, Bazadaises, Blondes d’Aquitaine, Parthenaises., de l’autre, des produits néo-aquitains. Du fromage bien sûr, avec entre autre, le Cabécou du Périgord ou le fameux Ossau-Iraty. De la viande avec l’agneau de lait des Pyrénées. Un peu plus loin, c’est le chef bordelais, Frédéric Coiffé, qui éveille les papilles des visiteurs en préparant de goûteux mets avec évidemment des produits de Nouvelle-Aquitaine. Retour en images sur le stand de la Nouvelle-Aquitaine.

La foule ne désemplit pas sur le stand de la Nouvelle-Aquitaine du Salon International de l’Agriculture de Paris (SIA). D’un côté, admiration, contemplation des animaux de la part des visiteurs qui osent parfois quelques questions aux éleveurs des races à viandes locales. Que ce soit les Limousines, les Bazadaises, les Blondes d’Aquitaine ou encore les Parthenaises. Chacune a sa spécificité.

Dégustation et promotion du Cabécou du Périgord 

De l’autre côté, les produits sont mis à l’honneur. Au niveau du Cabécou, les curieux goûtent. L’objectif : les convaincre d’acheter ce produit périgourdin. Christophe Roux est éleveur de chèvres, mais aussi transformateur de fromage. Sa ferme est située sur la commune de Razac-d’Eymet, au sud de Bergerac. Il arbore plusieurs casquettes ,puisqu’il est également président de l’interprofession Cabécou du Périgord. Pour Christophe, c’est la deuxième année qu’il vient à Paris au SIA. Il est ici dans le but de promouvoir le fromage, le faire découvrir au plus grand nombre. Pour les convaincre, il tend une assiette. Il s’agit de son fromage fermier au lait cru. Un peu coulant, comme il faut. Les gens dégustent et apprécient. Il en profite pour donner quelques explications (voir vidéo ci-dessous). « Ce fromage de chèvre est fait avec du lait de terroir sur la zone géographique du département de Dordogne. Il est transformé sur cette zone. Pour être un Cabécou du Périgord, il faut suivre un cahier complet ». Christophe rencontre sur le salon des consommateurs, mais aussi des professionnels des métiers de bouche qui pourraient valoriser ce fromage de chèvre. Il échange également avec les autres acteurs de la filière pour essayer de progresser et de se renouveler.  


L'Ossau-Iraty, fromage des Pyrénées Atlantiques 

Juste à côté, c’est un autre fromage qui est dégusté. Un fromage au lait de brebis. Il s’agit de l’Ossau-Iraty produit dans les Pyrénées-Atlantiques. Au stand, c’est un jeune étudiant d’Agro Paris Tech, Thomas Picq. Sur le salon, il est stagiaire et vient donner un coup de main. Il a découvert l’Ossau-Iraty et, en cette fin de semaine, il maîtrise son sujet. (voir vidéo ci-dessous) « C’est un fromage de brebis. Ici, on n’en propose qu’au lait cru », explique-t-il à cette personne intéressée. Il lui tend une assiette de fromages. « Celui-ci est un fromage laitier affiné quatre mois ». Il en propose deux autres à la dégustation et à la vente. « Il y en a un fait en estive en altitude qui est un peu plus humide et un autre plus typé, avec un affinage plus sec. Il vient du Pays-Basque », précise le jeune étudiant ». Finalement, sur le stand, beaucoup de visiteurs découvrent le produit. D’autres, qui le connaissaient déjà, sont étonnés par sa diversité. Il y a toujours quelque chose à apprendre finalement.

 

L'agneau de lait des Pyrénées, produit réputé et recherché

La visite du stand se poursuit. Désormais ce n’est plus du fromage, mais de l’agneau de lait des Pyrénées. Là encore, le public est plutôt curieux et s’arrête pour demander quelques explications sur le produit. Souvent ça se conclut par une vente. Sur le salon, près de 75 agneaux de lait des Pyrénées ont été écoulés. De quoi ravir David Carpentier, qui est animateur de l’association régionale des éleveurs ovins viande et lait d’Aquitaine. Il gère notamment les filières agneau de lait des Pyrénées et agneau du Périgord. « Ce sont deux produits spécifiques, précise-t-il. Ils ont, tous deux, des signes de qualité que sont l’IGP et le label rouge. L'agneau des Pyrénées est le seul produit nourri au lait de la mère avec des races rustiques locales. Ce produit est réputé et recherché par les chefs cuisinier notamment ». David anime un deuxième stand sous le pavillon 3, celui des produits et saveurs de France. Il est consacré à l’agneau du Périgord. « Nous avons un peu plus de difficultés sur ce stand-là, mais on essaie d’équilibrer ».

 

Des mets néo-aquitains cuisinés par le chef Frédéric Coiffé

La déambulation continue. Cette fois-ci, les narines sont mises en alerte. Une odeur de cuisine. Derrière la plancha, le chef Frédéric Coiffé est aux commandes. Il est peu avant midi, les estomacs commencent à se manifester. Le SIA a tendance à creuser les appétits. Ce jour-là, le chef cuisinier prépare des produits landais. Une belle côte de boeuf de Chalosse cuite sur la plancha. Frédéric Coiffé est un habitué du salon de l’agriculture de Paris. « Cela fait déjà quelques années que je viens sur le stand de la Nouvelle-Aquitaine, confie-t-il tout en poursuivant la cuisson de la côte de boeuf. C’est assez plaisant de préparer ces plats à la vue de tous. On me pose des questions. Je peux y répondre. Ça attire pas mal de monde ». C’est vrai que ça commence à s’agglutiner devant lui. Tous sont impatients de goûter à cette spécialité de Nouvelle-Aquitaine. La cuisson terminée, place au dressage avant la dégustation. « Attention vous vous servez et vous vous écartez pour en laisser aux autres », avertit Frédéric Coiffé. En tout cas, les produits néo-aquitains semblent remporter un franc succès. Il n’y a aucun reste. Et lorsqu’on interroge les visiteurs du salon ils confirment qu’ils se sont bien régalés. 

 


Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
14116
Aimé par vous
78 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr