19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

15/09/17 : L'île d'Oléron a été choisie pour accueillir les prochaines Rencontres inter-îles, du 24 au 26 novembre. Ce rendez-vous autour des problématiques liées au maintien de l'agriculture dans les îles aura pour thématique l'accès au foncier.

15/09/17 : L'ancien maire socialiste de Cenon, Alain David, ayant été élu à l'Assemblée nationale c'est son successeur Jean-François Egron qui prend le relais en tant que vice-président de la métropole aux Ressources humaines et à l'administration générale

14/09/17 : Le comité olympique et sportif de la Dordogne a fêté hier, l'annonce officielle de l'attribution des Jeux Olympiques à Paris en 2024, en présence Manon Hostens, championne du monde en Kayak et Yoann Kowal, champion d'Europe 2014 du 3000 m steeple.

14/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre accueillera place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

14/09/17 : Le tennis bordelais est en deuil. Jean-Louis Gachet, Commissaire Général du Tournoi BNP Paribas Primrose, est décédé vendredi dernier après une longue maladie, annonce dans un communiqué hommage Bernard Dupouy, Président de la Villa Primrose.

12/09/17 : En Dordogne, ce mardi matin, plus de 1500 personnes ont manifesté à Périgueux contre la loi travail. La CGT et la FSU ont pris la tête du cortège auquels participaient également Solidaires, le mouvement Attac et quelques militants Force ouvrière.

11/09/17 : En Charente-Maritime, la CGT a appelé à manifester contre la loi travail à Saintes à 10h30 devant le Palais de Justice, à Rochefort à 10h30 Place Colbert et à La Rochelle à 14h devant la gare.

11/09/17 : Lors de la journée d'action nationale du mardi 12 septembre, la Ville de Périgueux met en place un service minimum d’accueil dans les écoles qui seront en grève, pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire.

11/09/17 : Mobilisation du 12 septembre : en Dordogne, deux manifestations sont prévues mardi à 10 h 30 devant le palais de justice de Périgueux et à 15 h devant celui de Bergerac, à l'appel de la CGT, de la FSU pour dénoncer les ordonnances de la loi Travail.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/09/17 | Création d'une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires au CD47

    Lire

    Engagé depuis des années dans la valorisation des itinéraires et promenades de randonnés, notamment à travers un plan départemental, le CD de Lot-et-Garonne vient de créer une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires réunissant les acteurs évoluant dans le domaine des sports nature. « Cette instance de réflexion et de concertation aura à cœur de promouvoir et de favoriser le développement maîtrisé des sports de nature, au bénéfice des acteurs et des usagers de la nature ».

  • 18/09/17 | Michèle Larroque présidente du festival du film de Saint-Jean-de-Luz

    Lire

    La comédienne Michèle Larroque sera la présidente du jury du Festival international du film de Saint-de-Luz qui aura lieu dans la Cité des Corsaires du 3 au 7 octobre. Elle sera assistée de Hugo Becker, Lola Doillon, Marc Fitoussi, Gringe, Anne Marvin et Sarah Stern. Un joli casting qui sera enrichi par la présence du réalisateur Claude Lelouch. Michèle Laroque présentera en clôture du festival son premier film "Brillantissime" d'après la pièce "Mon brillantissime divorce" en avant-première mondiale. Programme: https://www.fifsaintjeandeluz.com/

  • 16/09/17 | Paris: La Maison de la Nouvelle Aquitaine est née

    Lire

    La Maison de la Nouvelle-Aquitaine remplace l’association de la Maison de l’Aquitaine et la SEM Maison du Limousin, dissoutes toutes deux en assemblées Générales extraordinaires le 13 septembre à Paris. Philippe DORTHE, Conseiller Régional de la Nouvelle-Aquitaine en est le président. Elle est dédiée notamment à l’attractivité, au développement économique, à la valorisation et la promotion touristique des destinations et territoires de la région Nouvelle-Aquitaine et offre des services en particulier un centre d'affaires et d'animation économique pour les entreprises.

  • 15/09/17 | Charente- Maritime : de nouvelles arrivées de migrants attendues en septembre

    Lire

    La rumeur courrait depuis plusieurs jours, elle a été confirmée par le nouveau préfet Fabrice Rigoulet-Roze et son secrétaire général Pierre-Emmanuel Portheret. La Charente-Maritime va accueillir de nouveaux migrants. Un nouveau centre d'accueil et d'orientation (CAO) sera donc créé à La Tremblade, en vue d'accueillir une vingtaine de migrants, portant le nombre de CAO à 5 sur le département, soit 178 places, réparties entre les bassins de La Rochelle, Rochefort et le Pays royannais.

  • 15/09/17 | Sécheresse : la Charente-Maritime reste en état d'alerte malgré les pluies

    Lire

    Alors que l'interdiction de remplissage des marres de tonnes vient d'être levée, la Charente-Maritime reste "en état de sécheresse" (depuis juin) pour la préfecture. Le préfet Fabrice Rigoulet-Roze compte lancer une réflexion pour changer les pratiques dans l'usage de l'eau, dans tous les secteurs d'activités, de l'agriculture au tourisme. Il s'est dit prêt notamment à envisager des aménagements de retenues d'eau, "en concertation avec les usagers", collectivités, associations, syndicats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Vin Bio : sur le marché, un vin comme les autres … ou presque

28/11/2012 | Le vin Bio est commercialisé sur le marché mondial du vin comme n’importe quel vin, au détail près qu’il évite les intermédiaires. Un détail «révolutionnaire».

Conférence Vinitech-Sifel "Quel(s) marché(s) pour les vins Biologiques?"

Ce mercredi 28 novembre, l’une des nombreuses conférences organisées durant les 3 jours du Salon Vinitech-Sifel, s’est plus particulièrement consacrée à la viticulture biologique. L’opportunité pour les intervenants invités par ARBIO, l’Agence Bio, Interco et le Syndicat des vignerons bio de faire le point sur les marchés, la stratégie commerciale ou encore la promotion mise en place autour des vins bio. Parce que vendre un vin bio, ce n’est pas tout à fait la même chose que vendre un vin conventionnel, cette matinée a ainsi pu mettre en exergue les spécificités de la commercialisation des vins bio.

Comme le souligne Fabrice Chaudier, consultant chez Nemesis Conseil, avant de mettre en place une «stratégie commerciale, il faut d’abord bien connaître le marché», une vérité qui vaut aussi pour les vins bio. Un marché présenté par Elisabeth Mercier, Directrice de l’agence Bio. En quelques chiffres généraux, elle rappelle que le vin issu de raisins biologiques représente en 2011, 10% de la valeur du marché des produits bio en France. Coté ventes, la progression est forte puisqu’elles ont augmenté de 90% entre2005 et 2011, et désormais un tiers de français consomment régulièrement ou occasionnellement du vin Bio.
Si les modes de distribution sont très diversifiés, entre vente directe (33%), magasins spécialisés (31%) et pour une moindre part grande distribution (20%), 94 % des grandes surface référence des vins Bio, ainsi, selon une étude de SudVinBio qu’environ 75% des restaurants gastronomiques. Mais si ces vins sont présents, ils sont bien souvent peu ou pas mis en valeur regrette Elisabeth Mercier.

"La vente directe: une spécificité, un atout"
Pour autant, derrière ces chiffres sur la distribution, apparaît une des spécificités du vin Bio. En effet, comme le souligne Fabrice Chaudier, le vin Bio, depuis ses « origines », fonctionne beaucoup sur la vente directe, sans passer par des interlocuteurs. Une habitude qui va dans le sens contraire à la commercialisation du vin traditionnel, et plus particulièrement des vins de Bordeaux dont le dispositif historique repose sur la puissance du négoce et des intermédiaires.
Un élément distinctif qui est véritablement un atout, selon le consultant. En effet, les coûts de production du vin Bio étant plus élevés que ceux du vin traditionnel, l’absence assez généralisée d’intermédiaires, permet de maintenir une certaine marge sur leurs produits tout en assumant des prix plus élevés que les vins classiques. Le tout, précise Fabrice Chaudier,  «en restant, dans l’esprit des consommateurs, des vins qui ne sont pas automatiquement plus chers que des vins issus de l’agriculture conventionnels» ! Autre avantage que beaucoup envieraient : « il n’y a pas de déconnection entre prix du marché et prix des cours».

Travailler le réflexe de consommation

Quant aux consommateurs s’ils semblent relativement bien percevoir les valeurs de la viticulture Bio, notamment le respect de l’environnement, un travail de communication et de dégustation important reste encore à faire selon Elisabeth Mercier. Pour elle, "il faut travailler le réflexe de consommation du vin Bio". Un "réflexe" qui pourrait d’ailleurs être facilité si l’identification et la valorisation du label Bio était davantage réalisé tant dans les restaurants qu’en grande surface. Si les syndicats professionnels,  tel que le Syndicat des Vignerons Bio d’Aquitaine  mène déjà des actions de promotion nombreuses auprès des professionnels et du grand public, Fabrice Chaudier considère lui aussi, qu’ il y a encore «beaucoup d’argent à mettre pour valoriser le «discours Bio», rendre les vins plus visibles et les vendre plus loin».
Pourquoi pas aux Etats-Unis, où il y a «un marché à renforcer» selon Elisabeth Mercier. Un pays où, en outre, «des importateurs importants, tels que la chaîne World Food, sont prêts à discuter directement avec les producteurs» assure Fabrice Chaudier. Pour lui, cette absence d’intermédiaires sur le marché français comme à l’export, c’est une véritable « révolution » commerciale annoncée dans le monde du vin.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
775
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr