Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Viticulture : un boîtier GPS au service des exploitations

24/10/2019 | Plusieurs viticulteurs se sont donnés rendez-vous à Saint-Émilion ce jeudi pour découvrir un outil leur permettant de gagner un temps considérable.

Le boîtier Karnott

Karnott est une entreprise fondée en 2016 par Antoine Dequidt et Alexandre Cuvelier. Ce dernier est un agriculteur du nord de la France. Il a imaginé un concept de boîtier GPS à brancher sur les machines agricoles pour suivre et garder plus facilement une trace précise du travail effectué et ainsi d’éviter de perdre de longues heures à traiter des données parfois incorrectes manuellement. D’abord destiné aux grandes cultures, Karnott s’oriente désormais vers la viticulture. L’entreprise est allée à la rencontre de viticulteurs du Saint-Émilionnais, avec l’aide de son partenaire Banton & Lauret, une entreprise de prestation de service viticole.

Un compteur automatique, connecté et géolocalisé, pour mettre fin au fastidieux et chronophage carnet de notes du viticulteur. Voici comment décrire Karnott brièvement. Son co-fondateur, Antoine Dequidt, explique avoir eu cette idée en se retrouvant confronté à trois problèmes : la saisie manuelle des données, la crainte des agriculteurs concernant le suivi du chantier et les difficultés de pilotage. Sa solution : un boîtier automatique à installer sur le tracteur. Au printemps, l’entrepreneur, agriculteur de formation, a fait plusieurs aller-retours pour découvrir la vigne et ses méthodes de travail. « Jamais je n’aurais imaginé qu’il y avait un tel besoin dans le monde viticole », s’étonne Antoine Dequidt. En effet, pour la majorité des viticulteurs présents ce jeudi matin, le secteur accuse, en termes d’outillage, un retard de près de 10 ans sur les grandes cultures.

Une qualité de service qui repose sur le retour d’expérience

Le boîtier fabriqué par Karnott a trois utilités : c’est d’abord un outil de collecte et de traitement de données, un moyen de suivre les chantiers (traitement, tonte, décavaillonage, etc.) en temps réel et une aide au pilotage [par exemple pour se rendre aux parcelles à travailler depuis la propriété]. D’après Antoine Dequidt, au début, la fiabilité des données est de 60 à 80 %. « La fiabilité des données remonte ensuite jusqu’à 98 % grâce au retour d’expérience, c’est un aspect primordial pour corriger l’algorithme du boitier », poursuit l’entrepreneur. Ce dernier a voulu faire témoigner ses clients. Parmi eux, Mariette Veyssiere, responsable d’exploitation au Château Quintus, à Saint-Émilion. La jeune femme explique perdre du temps régulièrement à saisir les données de travail [quelles parcelles ils ont travaillées, avec quel outil, quand il faudra retourner sur ces parcelles, etc.] et appeler les tractoristes pour savoir où ils sont. En juillet, l’entreprise s’est dotée de quatre boîtiers, un pour chaque tractoriste. Les boîtiers envoient les données à une application, soit smartphone, soit en ligne. Sur cette plateforme, il faut au préalable désigner sur une carte le parcellaire de la propriété, lister les outils dont dispose l’entreprise (pulvérisateur, tondeuse, etc.) et c’est ensuite le tractoriste qui renseigne où il se rend avec quel outil par le biais de l’application. Cette dernière permet ensuite de suivre en temps réel le trajet et le travail des tractoristes dans les parcelles (photo).

 

Capture d'écran de la carte sur l'application de Carnot
Un exemple de la carte vue sur l'application Karnott. Les parcelles travaillées apparaissent hachurées de vert
 

Pour Benjamin Banton, gérant de l’entreprise de prestations viti-vinicoles Banton & Lauret, Karnott est bienvenu dans la viticulture, un monde selon lui « pauvre d’outils ». L’entreprise s’est équipée d’une dizaine de boîtiers en mai, et là aussi le ressenti est positif. « les chauffeurs sont demandeurs, ça leur fait gagner du temps. Lorsque les parcelles à travailler sont déjà renseignées sur l’application, les prestataires ne perdent pas de temps à apprendre tout le parcellaire du domaine ». D’après Benjamin Banton, le boîtier permet une plus grande souplesse de travail, que ce soit pour le prestataire ou le gérant de la propriété. Il reste tout de même plusieurs points à améliorer pour Benjamin Banton : la possibilité d’inclure le volume de produits phytosanitaires utilisés pour traiter les parcelles et ainsi éviter le gaspillage, ou encore la possibilité d’alerter les entreprises en cas de panne. Ainsi, un tracteur proche équipé du même outil pourrait se rendre directement sur place terminer le travail le temps des réparations.

« Ne peut être utilisé pour surveiller les salariés »

« J’avais une crainte, c’était comment les tractoristes accepteraient le matériel. Ce qui est innovant ne rassure pas forcément, et puis ça peut passer pour du flicage », poursuit Mariette Veyssiere. Ces craintes se sont vite estompées, « les chauffeurs ont immédiatement préféré le boîtier, plutôt que colorier, à la main, une carte du domaine pour savoir où ils en sont. Concernant le volet « surveillance du salarié », Antoine Dequidt tempère. « C’est un boîtier par tracteur, pas par ouvrier. N’importe quel ouvrier peut prendre n’importe quel tracteur d’un jour à l’autre suivant ce qu’il a à faire. De toute façon, dans la mesure où c’est un boîtier automatique, donc sans bouton ‘on’ ou ‘off’, la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) protège les salariés de cet usage ». A ce jour, Karnott a commercialisé près de 3 000 boîtiers, dont la majorité en France (2900). L’entreprise est également présente au Canada et en Allemagne. Pour ce qui est des vignobles girondins, une vingtaine de châteaux sont équipés. Le boîtier Karnott est vendu 349€ et est accompagné d'un abonnement de 35€ pour l'application. Le tarif de cet abonnement est dégressif en fonction du nombre de boîtiers dont dispose une même entreprise.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
3528
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr