01/07/22 : Envie de découvrir Biarritz cet été sans craindre les bouchons? Une astuce, le parking relais d’Iraty, gratuit, de 700 places, relié en 10 minutes au centre-ville par la ligne 7 Express, tous les jours. La ligne fonctionne de 8h45 à minuit.

28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/07/22 | Le Jardin de Gabriel rouvre ses portes pour l'été

    Lire

    A partir du 5 juillet, le Jardin de Gabriel à Nantillé (17), rouvre ses portes pour une nouvelle saison. Cette année marque le retour de la statue de la danseuse, après 18 mois de travaux, à travers une exposition de photos qui met en exergue le travail de restauration. Du 26 juillet au 23 août, le Jardin de Gabriel, ce menuisier qui se rêvait artiste, et ses quelque 400 statues, seront en fête avec un programme qui évoquera l’histoire et le patrimoine de Nantillé. Pour les plus jeunes, des ateliers d’arts plastiques, des balades contées ou encore un escape garden « Sauvez le Jardin de Gabriel » seront proposés.

  • 01/07/22 | Un « jumeau numérique » pour le traitement des maladies vasculaires

    Lire

    Nurea à Bordeaux développe une solution logicielle à destination des chirurgiens et radiologues pour les patients atteints de maladies vasculaires. Réalisé au sein de l'Inria Bordeaux, le projet SMecH permet le traitement de l'image, l'intelligence artificielle et la modélisation du « jumeau numérique » vasculaire. Cette nouvelle technologie permet l'extraction automatique d'indicateurs prouvés comme cliniquement pertinents, prévenant les accidents cardiovasculaires.

  • 01/07/22 | Une nouvelle halte ferroviaire au coeur du Pays basque

    Lire

    À partir de samedi 2 juillet, la ligne TER 54 qui relie Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port comptera un arrêt supplémentaire avec la réouverture de la halte d’Itxassou. Avec 10 trains par jour en semaine, cette halte TER permet de répondre aux besoins de déplacements quotidiens pour se rendre au travail ou sur son lieu de formation, en toute facilité et sans encombre. La réouverture de cette halte, alternative efficace à la voiture, avait été demandée par un collectif citoyen étant parvenu à réunir 500 signatures dans la commune.

  • 30/06/22 | Dordogne : des voitures pour les aides à domicile

    Lire

    La Dordogne compte 57 000 personnes de plus de 75 ans, dont beaucoup vivent chez elles. Pour ces dernières, le recours à des services d’aides à domicile est précieux. Ces professionnels utilisent leurs véhicules personnels, avec des remboursements de frais ne couvrant pas les coûts réels. Le Conseil départemental a décidé de les doter de véhicules de service. 1 300 voitures ont été commandées à Citroën et Renault. Elles seront louées pour un montant de 4 millions d’euros par an, financés par la collectivité.

  • 30/06/22 | Dominique Reymond et Charles Berling lisent du Mauriac à Saint-Maixant

    Lire

    En juillet, la lecture prend ses quartiers d’été dans le parc de Malagar, à Saint-Maixant(33). La Nuit de la Lecture invite deux comédiens à poser leur voix le temps d’une soirée sur une sélection de textes de François Mauriac. Après Jeanne Cherhal et Jacques Weber en 2021, samedi 2 juillet 2022, ce sera au tour de Dominique Reymond et Charles Berling de "se prêter au jeu" sur une sélection de textes de François Mauriac, Marcel Proust et ils rendront hommage à Michel Bouquet ! La soirée se déroule de 19 heures jusqu’à un peu plus de 23 heures, en 3 temps.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | VitiREV : actions, objectifs et finances

17/11/2019 | À l'occasion de la journée Innovaday, nous avons interrogé le coordinateur du projet régional VitiREV visant la sortie des pesticides dans la vigne, encore en phase de construction.

1

Le 13 septembre dernier, le projet VitiREV visant une sortie des pesticides dans la viticulture a été retenu dans le cadre de l'appel à projet national "Territoires d'innovation Grandes Ambitions" parmi 24 projets d'innovation territoriale accompagnés par l'État à hauteur de 450 millions d'euros. À l'occasion de la journée Innovaday qui s'est tenu le 13 novembre, nous sommes revenus avec Yann Raineau, coordinateur du projets, sur les réalités de sa mise en place et la philosophie fédératrice qui s'y cache. Premiers éléments de réponses, à quelques mois du début des hostilités.

Les objectifs de VitiREV sont multiples, mais on peut notamment citer la certification de 85% des surfaces en Bio, HVE ou ISO 14 001, le développement d'un "modèle agroécologique" s'appuyant sur une réduction massive des intrants (de 14% de CMR utilisés aujourd'hui à moins de 1%) et l'objectif d'atteindre 80% des surfaces agricoles non-traitées par désherbage chimique, le tout à échéance 2030. Des vingt-quatre lauréats, il est le projet national ayant reçu le plus d'aides (73,6 millions d'euros débloqués sur dix ans). En Nouvelle-Aquitaine, la vigne pèse lourd : 120 000 emplois directs et indirects, sept milliards d'euros de chiffre d'affaires et 216 000 hectares de surface, soit 26% de la surface viticole nationale. Yann Raineau n'a pas été nommé coordinateur du projet par hasard : ingénieur agronome et docteur en sciences économiques, il est l'auteur d'une thèse visant à effectuer une "analyse comportementale des blocages et des leviers d'action" des défis environnementaux de la viticulture. Ingénieur de projet et économiste à Bordeaux Sciences Agro, il est rattaché à la région Nouvelle-Aquitaine en charge du "développement des approches comportementales". Il revient avec nous sur le vaste chantier dans lequel la région Nouvelle-Aquitaine est en train de s'engager.

@qui.fr - Qu'est-ce qui a suivi l'annonce de VitiREV en tant que lauréat de l'appel à projet national ? Où en est-il aujourd'hui ?

Yann Raineau, coordinateur du projet VitiREV - Avant tout, c'est une grande joie, celle de tous les partenaires du projet de voir leur ambition reconnue au niveau de l'État. Vitirev est le lauréat ayant obtenu la plus grande subvention parmi les 24 lauréats, ce qui est une marque de confiance et de reconnaissance.

De façon plus prosaïque, on est en ce moment dans une phase de conventionnement avec l'État et la Banque des Territoires pour ouvrir le canal des subventions vers l'ensemble du projet. Il y a eu un redimensionnement au vu du regard qu'a porté l'État et le comité de sélection et plusieurs actions sont encore à revoir et a réadapter au budget. En parallèle, on va entrer dans phase de travail du comité d'investissement vers les entreprises qu'on avait fléché dans le cadre du projet et mettre en place plusieurs fonds d'investissements spécifiques à VitiREV. 

@qui.fr - Ça veut dire que des entreprises (de moins de huit ans) ont déjà été retenues pour bénéficier de ces fonds (de 500 000 à 5 millions d'euros par "ticket" et par entreprise) ?

Y.R – Oui, on nous a demandé de flécher un certain nombre d'entreprises qui étaient en stade de levée de fonds, que ce soit sur du moyen ou long terme. On a réussi à en identifier treize qui interviennent dans la transformation agroécologique de la viticulture et des territoires. Ces 13 entreprises ont déjà été contactées par la Caisse des Dépôts pour voir dans quelles mesures elles étaient intéressées par les investissements, sous quelle forme et à quel timing. Maintenant, la balle est dans leur camp, elles doivent remporter l'adhésion du comité. Parmi elles, on retrouve Vegetal Signals, Exinnov ou encore Elicit Plant ou Immurise.

On les a choisies parce qu'on a confronté différents regards sur ces entreprises (ceux des chambres d'agricultures, d'Agri Sud-Ouest Innovation, du cluster Innovin ou de la recherche), on s'est accordés pour en saisir l'intérêt et le potentiel. Elles étaient partantes pour ouvrir leur capital à l'État dans un temps assez proche. 

Cela dit, peut-être que d'autres entreprises qui avaient été retenues au départ mais pas sélectionnées reviendront vers le projet, notamment à travers des fonds d'investissement qui vont nous permettre d'aller vers les entreprises tout au long de la vie de VitiREV. Pour être lauréats, on avait besoin d'afficher des entreprises qui allaient être en connexion directe. Mais tout l'intérêt des fonds d'investissement VitiREV qu'on est en train de créer, c'est de pouvoir accompagner des entreprises qu'on connaissait déjà où qu'on va découvrir dans deux ou trois ans et des entreprises qui n'avaient pas besoin d'investissement au moment de l'écriture du projet mais qui vont potentiellement connaître des stades de levées de fonds.

@qui.fr - Vous avez évoqué trois types de fonds spécifiques, qui viendront abonder les nombreux dispositifs d'aides déjà existants en Nouvelle-Aquitaine : un fonds innovation (doté de 30 à à 40 millions d'euros), un fonds dédié aux exploitations pour les accompagner vers la transition agroécologique (25 millions d'euros) et un fonds Terra pour le portage foncier (25 millions d'euros). Pouvez-vous nous en détailler les futurs usages ?

Y.R - C'est vraiment global, ça englobe des actions qui vont de la transformation numérique au soutien à la prise de risque à des actions sur la formation et l'attractivité des métiers. L'investissement sur les entreprises innovantes est un morceau à part entière, mais il s'englobe dans un écosystème plus large. Notre souhait sur la politique d'investissement, c'était d'avoir une part des fonds fléchés par l'État dans l'investissement qui transite par des fonds d'investissement ayant une gouvernance partagée entre la région et l'État. On a trois fonds mais deux cibles. D'abord, les entreprises qui présentent des innovations pour la filière. Ce ne sont pas des entreprises agricoles mais elles proposent des innovations dans les domaines du machinisme, des outils d'aide à la décision, du numérique et d'autres domaines comme le biocontrôle. La deuxième cible, ce sont les exploitations agricoles, elles peuvent être face à des difficultés financières liées à leur transformation agroécologique et aux risques qu'elles prennent dans cette transition.

Pour toucher les exploitations, on propose soit d'intervenir dans leur capital comme on le fait pour les entreprises, soit d'œuvrer à des solutions de portage foncier de court ou moyen terme où on propose d'intervenir pour générer du cash. Ce sera très règlementé, l'idée n'est pas de spéculer sur les terres, ce sera fait en adéquation avec un conventionnement passé par la FNSAFER pour border le processus. Ce cash pourrait aider les exploitations à financer leurs périodes de transition, elles récupèreraient leur foncier au bout de quelques années. On va passer par des sociétés de gestion pour gérer ces fonds. Demeter déjà lancé un fonds Agri Innovation sur Ag Tech) et Labelliance Invest, qui ont déjà lancé leurs propres fonds à destination de l'innovation agricole mais que l'on va davantage flécher vers la viticulture.

@qui.fr - À quoi va ressembler VitiREV en action ?

Y.R - On a défini aujourd'hui une soixantaine de fiches action. Pour avoir un filtre de lecture, disons que l'enjeu principal est celui de la transition agroécologique, de l'expérimentation et de l'innovation sur les territoires. On veut mettre le paquet pour qu'ils puissent avoir un meilleur score environnemental. Ça passe par des expérimentations, du soutien à la recherche et développement, aux entreprises et à la recherche notamment. On souhaite aussi au travers de ces actions regagner un peu de fierté. Aujourd'hui, la profession agricole et viticole est stigmatisée par son utilisation des pesticides, il faut qu'on arrive à montrer qu'elle peut réussir le pari de se transformer en restant proche des attentes sociétales et qu'elle peut redonner de l'attractivité à la profession. Il y a aujourd'hui des tensions sur certains métiers dans la vigne, notamment les tractoristes ou les vendangeurs, parce qu'il faut aussi que la filière retravaille les promesses de vie accrochées à ces métiers. Il y a donc un fort enjeu sur la formation et pour faire en sorte que Vitirev soit un pari gagnant et transforme vraiment les choses. Enfin, le troisième volet, c'est la transformation numérique. On a un gros chantier sur une plateforme numérique, baptisée le VitiData, à travers laquelle on va essayer de développer de nouveaux services pour accompagner la filière et qui permettra d'avoir une meilleure vision de ses performances environnementales et sanitaires.

On souhaite miser sur la concertation au niveau local, d'où l'idée des quatorze laboratoires d'innovation territoriale. L'idée, c'est de ne pas avoir un modèle plaqué qu'on passe au travers d'un appel à projet pour que seuls ceux qui en ont entendu parler se positionnent. On est plutôt sur un soutien à des approches émergeantes. On a laissé se construire sur le territoire des projets locaux, qui vont de la commune, Saint-Chistophe des Bardes (village vigneron en transition) à l'appellation (interprofession des vins de Bergerac). On a laissé les acteurs se positionner, qu'ils soient des collectivités, des coopératives, des syndicats de vignerons ou des organismes de recherche comme l'INRA. La région Nouvelle-Aquitaine s'impose en garant de la méthode. Pour que ce soit de vrais living-labs, il faut qu'il y ait une construction collective et une participation de différents types de publics : société civile, entreprise ou autres, pour les accompagner. On souhaite qu'ils expérimentent assez vite et qu'on puisse évaluer collectivement ces démarches. 

@qui.fr En termes de calendrier de déploiement, quelles sont les prochaines échéances ? Des évènements publics de lancement sont-ils prévus ?

Y.R - Actuellement, on finalise notre conventionnement avec la Banque des Territoires pour ouvrir le canal de subvention entre l'État et la Région, qui est chef de file. C'est un processus qui devrait nous emmener jusqu'en mars avant que la région ne reçoive les premières tranches de subventions et puisse les renvoyer vers les partenaires. Certains ont un peu de fonds de roulement, d'autres attendent vraiment ces financements pour démarrer.

Ensuite, à plus court terme, il y a des rendez-vous, pas forcément encore très ouverts mais action par action, qui vont se dérouler. Le rendez-vous qui réunira l'ensemble des LIT (laboratoires d'innovation territoriale) aura lieu fin novembre pour que tout le monde soit près au démarrage en 2020. On a un comité d'orientation stratégique avec huit personnalités extérieures qui donnent leur avis sur le projet qui va se réunir une fois par an pour en suivre l'évolution, la première réunion aura lieu en janvier. Ensuite, il y aura une assemblée générale courant 2020, très ouverte à l'ensemble des territoires pour s'informer sur le lancement du projet. On a travaillé un plan de communication et d'évènementiel avec les services de la région, on souhaite avoir des phases très marquées de réunions pour présenter le projet et ses avancements à la société civile et aux différents partenaires. Le LIT de Bergerac fait un évènement le 20 novembre. Innov Invest fait sa propre communication, pareil sur VitiData qui aura ses propres moments de rencontre avec du public. Ça se fait dans une logique décentralisée.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
16258
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole

Concours national bazadais sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2022

Un Concours National Bazadais porté par la jeunesse !

AgorAgri : La joyeuse parade des métiers et pratiques agricoles sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 27/05/2022

AgorAgri : La joyeuse parade des métiers et pratiques agricoles sur le Salon de l'agriculture

Les animaux ont la cote auprès du grand public Agriculture | 26/05/2022

Aquitanima : le salon professionnel de l'élevage fait les yeux doux au grand public

Etats-généraux de l'innovation 2022 : Le président de la Chambre d'agriculture Luc Servant a insisté sur l'accompagnement des agriculteurs dans leur évolution des pratiques Agriculture | 26/05/2022

Agriculture et innovation: Le sol, au centre des réflexions

S'installer en production sous label de qualité offre des avantages et présente aussi des contraintes. Mais la conférence organisée dans le cadre de la journée Installation-Transmission, confirme que les efforts fournis par le producteur sont reconnus par Agriculture | 25/05/2022

L'installation sous démarche de label qualité, un ingrédient éthique pour les jeunes agriculteurs