aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

06/02/16 : Le grand cross de Pau Reverdy, première étape du challenge européen de cross country qu'est la Crystal Cup, se disputera le dimanche 7 février sur l'hippodrome du Pont Long, à Pau. Il constitue la course la plus spectaculaire du meeting d'hiver.+ d'info

05/02/16 : A630: en raison des travaux de mise à 2X3 voies la rocade intérieure sera fermée à la circulation entre l’échangeur 12 (Beutre) et l’échangeur 9 (Magudas), lundi 8 et mardi 9 février 2016 de 21h00 à 6h00.

02/02/16 : Plusieurs dizaines d'agriculteurs dénonçant les difficultés de la profession ont entassé pneus, et enflammé des balles de paille, ce matin devant une villa préfectorale de Pau. Les manifestants se sont aussi rendus devant l'hypermarché Leclerc

01/02/16 : Après la mobilisation des services de l'Etat et des collectivités, soulagement et maintien de la vigilance sur le littoral landais après la réussite de l'opération de remorquage du cargo panaméen qui pourrait relier le port de Bilbao mercredi.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/02/16 | Les batailles lycéennes d'oeufs et de farine interdites à Pau

    Lire

    Trop c'est trop. Les batailles d'œufs et de farine qui opposent chaque année les élèves des lycées Saint-Cricq et Barthou ont été interdites par François Bayrou, le maire de Pau, ainsi que les tirs de pétards qui les accompagnent. Cela, après que des passants, des commerces et des policiers aient reçu des projectiles. La Police nationale a fait savoir qu'elle infligera une contravention de 11 € à toute personne qui ne respectera pas l'arrêté. Les parents des auteurs mineurs devront par ailleurs indemniser les victimes pour les dégâts subis.

  • 05/02/16 | En Dordogne, les conseillers départementaux adoptent le budget sans l'oppostion

    Lire

    Ce matin, les élus du département de la Dordogne ont adopté un budget en diminution. Les élus de l'opposition on voté contre, tout en faisant des propositions d'économies sur le personnel, l'insertion et les subventions aux associations. Le budget primitif 2016 s'élèvera à 503.211.657 €, en baisse (-1,5%) par rapport au budget primitif 2015. Comme annoncé, lors du débat budgétaire, la fiscalité augmentera sur le foncier bâti sur 2016 et 2017, cela représentera 4,3 M€ de recettes supplémentaires.

  • 05/02/16 | Gironde: Pierre Garmendia est décédé

    Lire

    C'est une figure de la vie politique girondine, et singulièrement de la rive droite, qui s'est éteinte ce 5 févier à l'âge de 91 ans. Pierre Garmendia d'abord élu à Cenon en 1965, puis conseiller général et régional tout en étant à 4 reprises député de la 4e circonscription de la Gironde et Maire de Floirac de 1995 à 2001. Hommage d'Alain Rousset: Il a partagé la transition entre André Labarrère et Philippe Madrelle au service de l'Aquitaine; Il a accompagné affectueusement mon parcours, y compris dans les phases difficiles. Il représente l'intégration d'une famille basque espagnole fuyant la dictature venue s'épanouir en Gironde."

  • 03/02/16 | La fin annoncée du centre culturel de Ribérac

    Lire

    A travers un communiqué, l'association qui gère le centre culturel de Ribérac (24) a annoncé sa dissolution. « Nos discussions avec la mairie s'arrêtent là », annonce-t-elle, affirmant qu'il va être procédé au licenciement économique des trois salariés. Un conflit oppose la municipalité et la structure : en cause une baisse notable des subventions municipales, de 75 000 euros maximum contre 123 500 l'an passé. Un rassemblement de soutien est prévu le 6 février, à 10h30, place du Général-de-Gaulle.

  • 02/02/16 | Bus "Macron": Dangereux concurrents pour les TER

    Lire

    La région ALPC réagit à la création de nouvelles dessertes, la loi Macron ayant libéralisé le transport des voyageurs par autocar, au risque de porter atteinte à l'équilibre économique de certaines lignes Ter. En tant qu'Autorité organisatrice de transport, la Région a saisi l'ARAFER (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) pour 4 liaisons: Limoges-Brive-la-Gaillarde (société Flixbus) : demande de limitation; Niort-Poitiers (sté Flixbus): demande d'interdiction; Brive-la-Gaillarde Périgueux (sté « Courriers Rhodaniens ») : demande d'interdiction; Mont-de-Marsan-Pau (sté Starshipper) : demande de limitation

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Xavier Beulin Président de la FNSEA en Dordogne et Gironde auprès des agriculteurs sinistrés

14/08/2013 | Ce 13 août le président de la FNSEA a pris la mesure en Dordogne puis dans l'Entre-deux-Mers des dégâts liés aux orages et a promis de plaider pour une dotation élevée du Fonds de Calamités.

Xavier Beulin président de la FNSEA répondant aux questions des journalistes à l'issue d'une réunion publique à Sainte Magne de Castillon

Ce n'était pas forcément la visite du président national de la FNSEA qui allait résoudre, par un coup de baguette magique, l'étendue des difficultés que doivent affronter les exploitants de Dordogne et de Gironde. Mais au moins a-t-elle permis de témoigner en direct auprès d'un haut responsable de la détresse ressentie. Et des incertitudes pour l'avenir. Ce fut le cas ce 13 août, notamment à Sainte Magne de Castillon où il rencontrait les viticulteurs de cet Entre Deux-Mers et Côtes, accablés par les conséquences de l'orage de la nuit du 2 au 3 août. Et, au-delà des échanges souvent émouvants, on a commencé à penser à s'organiser pour faire face à court terme et poser franchement la question de l'assurance obligatoire.

Mais chacun, d'abord, était bien conscient lors de cette réunion qu'animait Bernard Artigue, président de la Chambre d'agriculture de la Gironde avec à ses côtés Xavier Beulin et Patrick Vasseur, président départemental de la Fédération, que la priorité des priorités consiste à ouvrir au plus vite le dispositif en uasge pour les calamités. Xavier Beulin l'a dit sans détour en demandant rendez vous à Stéphane Le Foll, le minsitre de l'agriculture. Celui-ci, on le sait, est très attendu prochainement sur le terrain, fortement sollicité par les élus locaux et les professionnels. On imagine qu'il ne viendra pas les mains vides, au regard de l'ampleur de la zone sinistrée, des pertes de récolte et des remises en question qu'elles entraînent. Chacun le répète comme un leitmotiv: " à situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle". En contrepoint à des témoignages au bord des larmes, Patrick Vasseur a laissé entendre qu'à l'horizon 2014 le Fonds ouvert pourrait compenser jusqu'à 35 % des pertes avançant l'espoir d'un objectif de 50%. A court terme encore, l'une des possibilités pour les exploitants ayant tout perdu ou presque, c'est l'achat de vendange; celui-ci est d'ores et déjà acquis et les syndicats viticoles sont habilités à faciliter leur mise en oeuvre. Un des viticulteurs présents a témoigné de l'importance de ce dispositif qui, cependant, requiert un sens aigu le la solidarité au sein de la profession: " En dix ans j'ai été grêlé quatre fois; j'ai été sauvé par l'achat de vendange..." Des achats de vin sont également envisageables.

 Assurance: vers un Fonds de mutualisation...

Les enjeux de la recherche de ces solutions d'urgence sont considérables, non seulement pour tout un territoire mutilé mais aussi pour l'ensemble de la filière viti-vinicole. Cela a été rappelé avec vigueur; en effet ce sont à court terme de l'ordre de 4.000 hectares qui sont plongés dans une situation de non production, avec des risques réels de pertes de marché, y compris pour le vrac ce qui ne devrait pas laisser indifférent le négoce. Le président national de la FNSEA l'a dit avec une manière de faux étonnement: " Comment une appellation, aussi prestigieuse que Bordeaux, forte des ses grands crus ne permettrait pas à l'autre production bordelaise de rebondir?.." Bernard Farges, le nouveau président du CIVB, ne pouvait dans son for intérieur qu'aquiescer... Reste que la question qui fâche, le sujet jusque-là tabou de l'assurance, est venue au coeur du débat de Sainte Magne de Castillon. Ce n'est pas simple en effet de crier au secours, à l'égard des pouvoirs publics et même de la filière, quand on n'a pas fait ou pas pu, économiquement, faire le choix de s'assurer. L'idée d'un Fonds de mutualisation évoquée par Xavier Beulin est dans l'air : " Je le dis tout net, a-t-il affirmé : vous auriez tout intérêt à soutenir un système assurantiel de masse supporté par l'ensemble de l'agriculture. je vais prendre l'initiative en fin d'année de réunir un pool d'assureurs pou les faire entrer dans ce dispositif." Le chantier qui s'ouvre ainsi ne sera pas aisé mais il mérite absolument d'être ouvert face aux aléas climatiques qui deviennent de plus en plus lourds de conséquences économiques et sociales.

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
79
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/08/2013

bon courage pour le pool d'assurance. d'autres ont essayé par le passé. lenteur calculé des assureurs pour répondre, parce que si ils multiplient les assurés, ils augmentent certes les primes reçus, mais ils sont aussi sur d'être obligé de verser des compensations de pertes tous les ans, et ça, ils aiment moins

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires