Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

08/02/2018 | A la veille d'une réunion à Paris sur la réforme des zones défavorisées, les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques ont mené des opérations escargots ce jeudi 8 février dans et autour de Pau.

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées

Après les manifestations de leurs voisins d'Occitanie, mais aussi Lot-et-garonnais ces derniers jours, les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques ont à leur tour partagé leur colère quant au projet de réforme des zones défavorisées. Venus des quatre coins du département et pour quelques un des Landes, ils étaient 150 à 200 à s'être mobilisés, tout au long de la matinée et une partie de l'après-midi ; tracteurs, fumier et pneus à l'appui, sous les couleurs de la FDSEA et des JA. Une inquiétude bien comprise au niveau politique régional : Jean-Pierre Raynaud, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Agriculture, rencontrera Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, demain vendredi 9 février à Paris. Objectif : demander un réexamen du zonage proposé par l'Etat dans la région.

Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs français travaillent, à la demande de la Commission européenne, à une redéfinition des zones défavorisées, afin d'avoir une meilleure harmonisation de ces aides au niveau européen, tout en mettant à jour un classement élaboré en 1976. Une réforme de la cartographie de ces zones qui ne va pas sans faire de mécontents dans les campagnes de France et de Nouvelle-Aquitaine. Et pour cause, de cette cartographie dépendent des compensations touchées par les agriculteurs, principalement des éleveurs, qui sont installés sur ces zones dites défavorables.
La Nouvelle-Aquitaine serait la région la plus impactée par cette nouvelle cartographie, avec 2.000 éleveurs qui ne bénéficieraient plus de l'Indemnité Compensatrice de Handicaps Naturels (ICHN) dès 2020, « ce qui représenterait pour ces exploitations une perte nette de 15 M€ par an », calcule le Conseil régional.
Concrètement, plusieurs zones importantes d'élevage de Dordogne, de Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques perdraient le bénéfice de cette indemnité qui, bien souvent, représente une part substantielle du revenu de la majorité des éleveurs concernés. De même, selon les données du Conseil régional, l'ensemble du département des Deux-Sèvres serait déclassé...

De 121 à 150 communes classées: une amélioration de façade
Dans les Pyrénées-Atlantiques, ce qui provoque le colère du Président de la FDSEA, c'est qu' « aux critères de handicaps naturels tels que par exemple, les sols pierreux, donc moins fertiles, les pourcentages de pentes, les zones à sécheresse récurrentes, etc, on nous impose des critères économiques, qui entraînent des déclassements de zones. Il ne faut pas dépasser 1858€ de revenu par hectare et par an. Notre département a un revenu à l'hectare qui est supérieur à ça, mais si on regarde les revenus par exploitations, nous sommes au 84ème rang national... » Un double constat qui s'appuie explique-t-il, sur des productions à forte valeur ajoutée, mais réalisées par des exploitations de petite taille, là où d'autres départements français connaissent certes des exploitations agricoles ayant des revenus à l'hectare moins importants, mais s'étendant sur de bien plus grandes superficies.
Sur le classement de 1976, 121 communes des Pyrénées-Atlantiques sont classées. Désormais depuis un an, ce sont 150 communes qui ont pu être « récupérées » dans la cartographies, précise le syndicaliste. Mais, l'augmentation du nombre de communes classées, n'est qu'une amélioration de façade pour les manifestants de ce jeudi. Et pour cause : le nombre de communes, n'est pas proportionnel au nombre d'éleveurs bénéficiaires de l'ICHN. « Les 121 communes classées sous le régime encore en cours représentent 1266 éleveurs, les 150 communes classées par la réformes en représentent 1145. », pointe Bernard Layre. « Sur les 121 communes, 49 sont sorties du classement par la réformes et 80 sont ajoutées. Mais dans ces nouvelles communes classées, il y a des villes qui n'ont pas d'agriculteurs, comme Bayonne, Biarritz ou Anglet par exemple... ça n'a aucun sens! », s'agace avec lui Iban Pebet, Président des JA 64.

« Prêt à agir ou réagir »
Quoi qu'il en soit, 120 ou 150, l'objectif pour les deux hommes est d'obtenir le classement de 300 communes du département, car au-delà de l'obtention de l'aide de compensation qui représente un enjeux de 4000 à 5000 € par an par éleveur, c'est aussi une question d'aménagement du territoire, soulève Iban Pebet. « Ces terres ce sont principalement des zones d'élevage. Si elles ne sont pas classées au titre des handicaps naturels, l'élevage de ces coteaux va petit à petit disparaître, et elle ne vont plus être entretenues ». Un risque aussi d'une désertification rurale accentuée, d'autant que le critère du classement entre aussi en ligne de compte pour la dotation jeunes agriculteurs. Pour les candidats à l'installation dans ces zones, l'aide à l’installation peut se voir majorée jusqu'à 5000 €, précise le président des JA du département. « A tous les points de vue, c'est un combat vraiment légitime », conclut Gérad Layre qui se dit « prêt à agir ou réagir », en fonction de l'arbitrage final qui sera connu mercredi 15 février prochain. « On peut faire comme en Occitanie, on peut organiser des blocages pendant plusieurs jours. Aujourd'hui ce n'est qu'un échantillon !» ajoute-t-il d'autant plus motivé que les occitans ont obtenu gain de cause auprès du gouvernement ce jeudi.

La Région au côté des agriculteurs
En attendant la date fatidique du 15 février, les politiques se sont eux-aussi mobilisés. Outre la réunion de demain, en présence de Jean-Pierre Raynaud, Alain Rousset a d'ores et déjà fait part auprès du Premier Ministre de sa « vive inquiétude suite aux dernières propositions de révision de zonage formulées par ses services », et l'a alerté sur les conséquences sociales, financières et environnementales de cette réforme. Au côté des agriculteurs, il demande à ce que les propositions de zonage soient réexaminées. « Elles auraient pour conséquences, si rien n'était fait, d'entraîner une régression notable de l'élevage dans des zones intermédiaires, de conduire à des pertes significatives d'emplois en milieu rural et d'aboutir à des impacts négatifs sur l'environnement et sur l'attractivité de nos territoires. » indique-t-il dans un courier en date du 6 février.

En 2016, 11.500 éleveurs ont bénéficié de cette ICHN en Nouvelle-Aquitaine pour un montant total de 92 millions d'euros. Ils représentent plus de 20% des bénéficiaires.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
27485
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr