28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/06/22 | Le centre de vaccination de Pau ferme ses portes

    Lire

    Ce 29 juin marque le dernier jour d’activité du Centre de Vaccination de Pau, qui fermera ses portes à 18h. Si depuis le début de l’année 2022, la Ministère de la Santé a réorienté la stratégie vaccinale vers la médecine de ville, il a été décidé en lien avec l’ARS et la Préfecture, que la Ville de Pau poursuivrait son activité jusqu’à la fin du mois de juin pour finaliser les parcours vaccinaux des patients. Même si une accélération des contaminations est en cours, la baisse de la demande y est notable depuis plusieurs semaines. Ouvert depuis le 18 janvier 2021, 258 630 actes de vaccination y ont été réalisés.

  • 29/06/22 | L'édition 2022 du Festival du film ornithologique se prépare

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, Ménigoute Animation Internationale Nature Environnement porte un projet fédérateur autour de la protection de l'environnement notamment au travers du Festival International du Film Ornithologique (FIFO). Pour l'édition 2022, le FIFO revient sous une forme classique avec notamment la diffusion de la trentaine de films en compétition. Elle verra également la reconduction de deux appels à projets en partenariat avec France 3 Nouvelle-Aquitaine et Ushuaia TV à destination de réalisateurs de films documentaires animaliers.

  • 29/06/22 | Agriculture : 80 M€ débloqués par l'Etat suite au gel 2021

    Lire

    Le Conseil de bassin viticole «Bordeaux-Aquitaine», avec Fabienne Buccio, préfète de la région, des représentants des vignobles de Bordeaux, de la Dordogne et d’une partie du Lot-et-Garonne, vient d'activer plusieurs dispositifs d’accompagnement des agriculteurs, dont les viticulteurs touchés par les épisodes de gel de la campagne 2021. Sur la région, l’État a débloqué près de 80 M€: 60M€ pour l’activation exceptionnelle du régime de calamités agricoles en viticulture, 12M€ en soutien à l’aval, 2M€ pour un fonds d’urgence, 4,1 M€ pour un dégrèvement de Taxe Foncière sur les propriétés non bâties en Gironde.

  • 28/06/22 | Le Festival et Académie Maurice Ravel se renouvellent

    Lire

    En septembre 2020, l'Association Musique en Côte-Basque et l'Académie Maurice Ravel ont fusionné pour devenir l'Académie Internationale de Musique Maurice Ravel. A Saint-Jean-de-Luz, l'Académie a pour projet de conjuguer la formation et la mise en réseau de jeunes interprètes et compositeurs avec la programmation de concerts et la mise en œuvre d'actions de médiation auprès des jeunes publics et des publics éloignés de l'offre culturelle. L’édition 2022 du Festival et Académie Ravel qui s’inscrit dans ce nouveau projet aura lieu du 19 août au 11 septembre à Biarritz.

  • 28/06/22 | Budget participatif de Bordeaux : derniers jours pour déposer des projets

    Lire

    Plus que quelques jours pour proposer, dans le cadre du budget participatif de la ville de Bordeaux, un projet en lien avec la thématique « Ensemble et solidaires », sur la plateforme participation.bordeaux.fr, ou dans les urnes dédiées dans les mairies de quartier. Toute personne à partir de 7 ans, en collectif (associatif ou non), est invitée à proposer ses idées sur participation.bordeaux.fr, avant le 10 juillet. Le montant total affecté au budget participatif 2022/2023 est de 2 millions d’euros HT avec un montant maximum de 150 000 € par projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Idées neuves en Nouvelle Aquitaine

Les dossiers d'Aqui

Idées neuves en Nouvelle Aquitaine : dernier article publié

Société | Interview - Françoise Jeanson: La Nouvelle Aquitaine face au grand chantier de la Silver Economie

10/12/2017 | La silver économie est un des secteurs de la vie sociale, économique des territoires les plus porteurs de besoins futurs et de développement. possible:

1

Au sein du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine Françoise Jeanson est déléguée à la Santé et à la Silver Economie. Une responsabilité de premier ordre dans un immense territoire où la population vieillit mais qui a la chance de bénéficier d'un potentiel de recherche important, de formations de qualité, d'entreprises de haut niveau et de PME innovantes. Au delà de la santé et du médico-social, appartiennent aussi à la silver économie, le maintien et l'autonomie à domicile, les transports et la mobilité, le bien-être, l'habitat adapté, les loisirs et le tourisme adaptés... Un véritable éco-système qu'il faut bien connaître pour prendre les bonnes décisions. Françoise Jeanson fait le point du travail en profondeur engagé depuis le début de l'année.

@qui! : Françoise Jeanson, au début de l’année la Nouvelle-Aquitaine qui abrite deux des anciennes régions labellisées « Silver Région » ( Aquitaine et Limousin) , et est à la pointe de la réflexion sur la Silver Economie et sur ce qu’on appelle l’E-Santé, se donnait une feuille de route. Où en est-on au terme de 2017 ?

Françoise Jeanson – Nous avançons sur plusieurs sujets. D’abord sur ce qui est un gros mot, la structuration de la filière, parce que c’est important que les acteurs puissent être soutenus par un certain nombre d’outils. Sur cette structuration de la filière, nous avions un acteur important, Autonom’Lab (1). Il y en a d'autres et, déjà, des groupes de travail en Nouvelle-Aquitaine.

Nous n'avons pas achevé cette structuration parce que c’est quelque chose de compliqué; les enjeux sont nombreux et il nous a fallu le temps d’explorer tout cela, en profondeur. Nous sommes en train de travailler avec Autonom’Lab et un cabinet qui nous aide à définir les orientations que nous donnerons à Autonom’Lab dont le cœur de métier est de se pencher sur les tests d’usage à domicile. Un test d’usage, c’est lorsqu’il y a une innovation, un nouvel outil qui va par exemple détecter les présences et éclairer sur le passage des gens, un robot. Ce sont des outils et des technologies qui naissent en entreprise; elles peuvent avoir l’air extrêmement utiles et pour autant se révéler totalement inadaptées, ou pas tout à fait adaptées, lorsqu’on essaie de les utiliser, au quotidien. C’est pour cela qu’il faut que tous ces outils soient testés chez des personnes qui vont les utiliser dans la vie réelle. Cela permet de les adapter aux besoins de celles-ci parce que fabriquer des outils cela coûte très cher. S'ils n'étaient utilisés par personne cela serait un échec, à la fois pour l’entreprise, pour la région et pour les personnes.

@qui! -  : Vous parlez d'enjeux : ils sont très divers et importants : humains, économiques, sociaux, politique…

F.J : Tout à fait ! Nous avons deux types de tests d’usage possibles. Cela peut être des tests d’usage dans un laboratoire, ça ça va être la société Qualipsy, une association qui fait du test dans un grand laboratoire dans lequel on reproduit un domicile, où des caméras vont examiner les gens pendant qu’ils utilisent les produits. L’autre type d’usage c’est à domicile, et là, par exemple, on va placer un robot. Cela se fait aussi avec Autonom’Lab; on met l’outil au domicile de la personne et ensuite on examine comment elle s’en sert. Elle dira, elle, si c’est utile ou pas, si au bout de trois jours elle l'a mis dans un placard ou, au contraire, si elle s’en sert, de plus en plus. On le fait aussi avec le service de soins à domicile de Bagatelle.

C’est le métier de base d’Autonom’Lab de faire cela mais cela se fait ailleurs, dans beaucoup d’endroits. Dans le Sud Gironde, il y a un Autonom’Lab avec une application qui permet de mettre les gens en lien, les uns avec les autres, de sorte que lorsque quelque chose commence à aller moins bien, la personne, à son domicile, puisse prévenir sa famille, son aidant.

Nous avons besoin de réfléchir ensemble. Non seulement les usagers, et parmi eux il ne faut jamais oublier qu’il y a tous ceux qui avancent en âge, mais aussi leurs aidants à qui il faut penser à ce qui peut leur être utile. Et, bien sûr les entreprises, les universitaires ou les chercheurs, beaucoup d'ailleurs en sciences humaines et sociales, les collectivités locales qui vont financer les expérimentations. Il faut mettre tout ce monde là autour de la table et les différentes associations, les représentants des usagers.

Le projet d'un Gérontopôle...

@qui! - : A vous entendre, en effet, on comprend mieux que le mot structuration prend tout son sens. Et, en même temps, apparaît une autre dimension, l’idée que naisse un cluster dont parlait Alain Rousset lors du lancement de la feuille de route pour accompagner le développement, notamment des PME...

F.J : Il existe quasiment déjà. Des groupes de travail existaient en Aquitaine que nous étendons à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine; ils sont soutenus par un acteur incontournable qui est ADI ( Agence de Développement et d'Innovation) et des groupes de travail thématiques. Dans notre grande région nous avons la chance d’avoir des universitaires qui se sont penchés sur la question. Des universitaires mais aussi des médecins, que ce soit au CHU de Bordeaux, à l’Université de Bordeaux, à Limoges et à Poitiers...des professionnels de santé et des chercheurs de tous ordres.

Nous sommes en train, avec eux, de réfléchir à la création d’un Gérontopôle qui permettrait de rassembler le volet recherche, de la Silver Economie et du vieillissement. Nous avons un tel terreau que le Gérontopôle pourra effectivement être fédérateur.

Quant à l’appui aux entreprises, dès qu’on voit une entreprise qui fait de la « Silver Economie », elle est aidée dans le cadre des aides de la région. Le fait d’avoir organisé ce service dans la région, un service Santé et Silver Economie, facilite les prises en compte. Nous avons, ici, une particularité par rapport à d’autres régions; nous ne prenons pas la Silver Economie que dans le champ de la santé. Des tas d’entreprises sont tournées vers la santé mais il n’y a pas que cela. On l’envisage vraiment à la fois sur la question des transports, de l’aménagement des domiciles. Nous avons la chance d’avoir, en Limousin, le CNISAM (Centre National d'Innovation Silver Economie Autonomie et Métiers ). C’est un pôle national qui travaille beaucoup à la formation des artisans pour l’installation à domicile des solutions qui facilitent le bien vieillir : les fauteuils, les fauteuils qui peuvent monter les escaliers, des prises un peu particulières...

@qui! -  : En amont des réalisations, il faut prendre en compte toutes les dimensions ...

F.J : La dimension domicile va tout intégrer, c’est-à-dire comment est-ce qu’on aménage le domicile et il faut savoir le faire. Il n’y a pas qu’enlever les tapis ! Il y a aussi les transports. Comment est-ce qu’on fait pour que les gens soient moins isolés et qu’ils puissent être transportés ?... Qu'ils aient des loisirs et pas simplement que les personnes âgées doivent avoir accès à un professionnel de santé.

Des référents dans les collectivités

@qui! -  : Donc ce qui a été dit au départ de ce « patrimoine » existant entre l’entreprise, la recherche est très favorable à ce qu’on crée quelque chose de très innovant...

F.J : Nous avons tout le patrimoine pour le faire. Le tout est d’arriver à mettre ensemble tous les acteurs : par exemple avec La Poste nous sommes en train de lancer un partenariat. Les facteurs peuvent maintenant, sur demande, aller rendre régulièrement des petits services à des personnes à domicile. L’un des enjeux est d’amener toutes ces innovations, un peu partout sur le territoire. Dans les groupes de travail que l’on avait lancés avec la feuille de route, il y a un certain nombre de sujets qui sont ressortis comme, par exemple, le fait d’avoir des référents « Silver Economie » dans les collectivités. On s’aperçoit qu’en fait les personnes qui avancent en âge, il faut très souvent attendre qu’il y ait un accident pour qu’elles adaptent leur domicile ou leur façon de vivre ; elles ne savent pas à qui s’adresser, elles ne savent pas ce qui existe, les prix, les aides. Nous avons un travail à faire pour que dans toutes les collectivités de la région, il y ait des référents qui soient en capacité d’orienter les personnes, de les aider. C’est une idée qui a émergé et qui est vraiment demandée fortement parce que la « Silver » c'est dans tous les villages, cela touche tout le monde. Nous sommes inclus, aussi, dans des projets européens au niveau des TIC notamment et travaillons avec plusieurs pays, en particulier le Portugal, le Pays Basque. Le fait aussi de travailler avec des régions dans toute l’Europe permet de faire naître des idées partout et, surtout, de confronter notre façon de voir avec l’avancée des autres pays.

@qui! - : Il y a des pays qui sont beaucoup moins avancés que nous dans ce secteur, comme la Chine, des pays qui ont tendance à vieillir. Des pays où des entreprises peuvent sans doute, demain, exporter des savoir-faire, des techniques, des outils.

F.J : Effectivement, les chinois sont venus il n'y a pas très longtemps, auxquels on a présenté des entreprises. Ils sont extrêmement intéressés ; ils souhaitent revenir très bientôt pour voir aussi comment nous travaillons la question de l’aide à domicile, comment nous formons les gens et, également, comment on les finance. L’enjeu pour nous, maintenant, c’est d'aider les entreprises à aller sur ces marchés internationaux. Cela nécessite une structuration spécifique et de voir entre la CCI et la Région comment on aide les entreprises ; en effet c’est aussi un volet important de notre politique industrielle.

1. pôle d’innovation  en santé et autonomie des personnes, destiné à favoriser l’émergence de projets et de solutions innovantes pour l’autonomie des personnes. Né sous forme associative en 2010 en Limousin, il a été structuré sous forme de Groupement d’Intérêt Public en 2015, avec un partenariat collaboratif des principaux acteurs du territoire Limousin.

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo : Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
24494
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !

Synergies@venir: Un exemple de développement de la silver économie

1

Economie | 13/12/2017 Pousser la porte de "Synergies@venir dans le bel immeuble sis à deux pas de la "Table de Montesquieu" au coeur de La Brède, en Gironde, c'est entrer dans un lieu qui évoque d'emblée le service à la personne, le soin que l'on prend du genre humain qu'il s'agisse du salarié de l'entreprise ou de la personne âgée que l'on retrouvera une heure plus tard dans le cadre de " La Rose de Mons". Une résidence où l'attention portée aux personnes est synonyme de valeurs, un établissement où du studio au T2 chacun organise sa journée selon le rythme qu'il a choisi ou un certain André Détampes offre ses peintures au regard des visiteurs et des habitants du lieu.

La silver-économie au rythme creusois

1

Société | 12/12/2017 En janvier dernier, l'ancienne secrétaire d'État chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Pascale Boistard, avait lancé en Nouvelle Aquitaine une déclinaison régionale de la "feuille de route silver-économie". Un marché qui se cherche toujours, même si on dénombrerait au moins 200 start-ups identifiés en France spécialisées dans le domaine. Au delà des chiffres annoncés (56 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2013, 300 000 emplois d'ici 2020), l'économie des seniors est plus que jamais un enjeu régional. En Creuse, où se prépare un "plan de redynamisation", de nouvelles initiatives voient le jour.

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

1

Agriculture | 16/10/2017 En 2016, elle était LA « petite » nouvelle du Salon de l'Agriculture. Le symbole de l'avènement de la fusion régionale, entre Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Avec sa robe froment et ses yeux en amande maquillés de noir, la Parthenaise, tout droit venue de son berceau racial des Deux-Sèvres, se présentera donc cette année pour la deuxième fois aux visiteurs du Salon. L'occasion de redécouvrir une race désormais régionale, qui, après avoir frôlé la disparition, se félicite désormais, et à raison, d'un développement de 5% par an ! Rencontre avec Didier Dupuis, éleveur et Président de l'Organisme de Sélection (OS) de la race, et Lilian Babin, éleveur et propriétaire de 2 animaux présents sur le Salon.

Le Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane, qu’es aquò ?

1

Société | 21/09/2017 Ce mercredi, à Pau, la salle de l’Assemblée départementale a entendu résonner l’occitan à l’occasion de la remise des diplômes du Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane. Sur la photo des diplômés, petits et grands sont réunis. Mais, dans la grande famille des locuteurs de l’occitan, Aqui choisit aujourd’hui de faire le focus sur ces adultes qui retournent en cours pour apprendre ou réapprendre la langue occitane. Une démarche porteuse de (ré)appropriation culturelle, mais aussi souvent, d'opportunités professionnelles. Des cours et formations délivrés par le CFPOC, dont Marie-Hélène Villacampa, la directrice, nous a donné les clefs.

Bayonne: le lycée de Seaska inauguré

1

Société | 17/09/2017 Ce samedi 16 septembre restera comme un grand moment dans l'histoire de l'association Seaska qui, à côté de l'enseignement public et de l'enseignement privé confessionnel, prend une part importante à la sauvegarde et au renouveau de la langue basque. En effet, sur Les Hauts de Sainte-Croix à Bayonne, était inauguré le lycée "Bernat Etxepare" qui accueille, pour sa première rentrée 299 lycéens, dans un ensemble de qualité au financement duquel le Conseil régional, dont on rappelle qu'il dispose de la compétence "lycées", a pris une part essentielle.

A la Région, Sandrine Derville, ne fait pas de tourisme

1

Economie | 24/06/2017 Choisie comme vice-présidente chargée du tourisme il y a un an et demi par le président Alain Rousset,la jeune Angloye, ingénieure en informatique dans une grande entreprise française, ne cesse de sillonner la vaste Nouvelle Aquitaine. Chargée d'une lourde mission de confiance sur la deuxième activité économique de la région. Après avoir effectué un état des lieux en présence de tous les acteurs du secteur, elle s'attaque à un gros chantier, toujours en concertation avec eux, un schéma régional du développement touristique. Avec en matière d'emplois veiller au bien-être des nombreux saisonniers

Tourisme: Les premières fortes retombées de Lascaux IV

1

Economie | 23/06/2017 Six mois après sont ouverture, le centre international d'art pariétal a franchi le cap des 200 000 entrées. C'est au delà des prévisions et c'est de bon augure avant la période touristique haute. Si la clientèle française et notamment régionale répond représente 84 % des visiteurs, des efforts restent à développer vis à vis de la clientèle nord américaine et de l'Asie, férue de préhistoire et de culture. Pour ce tourisme, plutôt haut de gamme, la porte d'entrée, c'est naturellement Bordeaux. Des actions de promotion sont menés cette année par le Comité du tourisme avec la capitale régionale.

Bordeaux: La "Cité emblématique"

1

Culture | 23/06/2017 C'est une incontestable réussite au regard de la fréquentation enregistrée un an après son ouverture. La Cité du Vin ne se signale pas seulement par son dessein et son architecture uniques : désormais elle est emblématique de la ville, une manière de signature universelle pour Bordeaux, bien au-delà de la seule reconnaissance de l'Unesco et du patrimoine mondial. Sa conception en fait un véritable outil de culture, le sésame vers la découverte de la civilisation de la vigne et du vin. Philippe Massol, son directeur général le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée, en avant première à l'émission diffusée sous les couleurs d'Aqui et de Tv7 lundi 26 juin à 18h45. Il y insiste sur la volonté de la Fondation qui gère la Cité de trouver de nouveaux soutiens, en particulier pour développer le potentiel quelle recèle au sein de la Nouvelle Aquitaine.

Aqui/TV7 : Élevage : Trouver des arguments pour faire face aux critiques

1

Agriculture | 16/05/2017 En Dordogne, les projets d’élevage sont de plus en plus contestés. L’an passé, huit dossiers ont été débattu devant les tribunaux. Les éleveurs périgourdins ont organisé pour la première fois au mois d’avril à Périgueux une conférence autour des bienfaits ou non de l’élevage. Une centaine de personnes y a assisté mais pas les opposants qui étaient pourtant invités. Invité à cette conférence, Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique de l'INRA a mis en avant plusieurs atouts de l'élevage dont celui de favoriser la biodiversité.

Reportage Aqui-TV7: Ces belles races bovines de Nouvelle-Aquitaine

1

Agriculture | 12/05/2017 Entre l'élevage de bovins, canards gras ou poulets de chair, sans oublier les ovins, la production animale régionale se distingue par sa diversité et sa qualité. Dans ce large tableau, l'élevage de bovins viande est en première ligne, avec plus de la moitié des emplois agricoles liés à la viande dans la région. On compte 900 000 vaches nourricières fin 2015, soit 22 % du cheptel national. Du point de vue des races, la région est le berceau de deux races majeures que sont la Limousine (57 % des effectifs dans la région) et la Blonde d'Aquitaine (19 %). Mais, au-delà de ces deux poids lourds c'est tout un panel racial qui coexiste avec pour certaines, et malgré les difficultés de la filière, de belles dynamiques de développement que le passage à la Nouvelle Aquitaine va sans doute contribuer à maintenir voire à accroître. Un enrichissement à constater lors du Salon Aquitanima à l'occasion du Salon de l'Agriculture à Bordeaux.

Reportage Aqui!TV7: île de Ré, Grands travaux contre submersion

1

Environnement | 17/03/2017 Depuis que l' Aquitaine est devenue " Nouvelle" la Région s'est enrichie d'un département qui porte bien son nom, la Charente-maritime. Du coup, elle héritait par la grâce d'une côte, entre dunes et rochers, avec une rive du plus grand estuaire d'Europe et des îles magnifiques, d'un littoral, à la fois riche de paysages divers et de rivages submersibles. C'est le cas de l'île de Ré qui vit non seulement de l'ostréiculture, de la viticulture mais surtout d'un tourisme de masse qui multiplie par dix, l'été venu, la population de l'île. Autant dire que les enjeux de la protection du littoral sont considérables comme le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée Lionel Quillet, Président de la Communauté de Communes de l'île de Ré et Vice-Président d'un département qui sous sa houlette s'est engagé dans un programme de grands travaux.

Reportage Aqui!: Imaginer le littoral de demain

1

Environnement | 06/03/2017 En ce début de semaine, la conjugaison de coefficients de marée au-dessus de 100, d'une forte houle et de coups de vent violent ont fait recouvrir d'eau la plage à Capbreton, l'écume venant jusqu'à envahir la promenade le long de la Centrale d'Hossegor. Scènes hivernales devenues presque ordinaires. Si le littoral landais a été plutôt épargné après cette nouvelle alerte orange aux vagues submersion, à chaque nouvelle tempête, un phénomène immuable ne fait que s'intensifier : le trait de côte recule.

Reportage Aqui!TV7 : Tous mobilisés pour défendre le littoral

1

Environnement | 03/03/2017 Défendre ses 720 kilomètres de côtes: c'est l'un des défis majeurs que la Nouvelle Aquitaine doit relever à la fois pour des raisons qui touchent à la sécurité des personnes et des biens mais aussi parce que le littoral et sa proximité sont de plus en plus attractifs. Et le lieu d'un tourisme qui est le poumon de l'économie. Qu'il s'agisse de la Charente-Maritime, de la Gironde avec son plus grand estuaire d'Europe, des côtes girondine, landaise et basque. La rédaction d'Aqui.fr a mené l'enquête, entre l'île de ré où les ravages de Xynthia en 2010 ont accéléré la prise de conscience de la nécessité d'agir vite et fort et la côte, de la Gironde à la frontière où le recul du trait de côte est spectaculaire. Et où en ces heures de février que ce soit à Lacanau, Biscarrosse, Mimizan ou Capbreton on s'affaire pour ramener sur les plages les mètres cube de sable rejetés au-delà de la dune sous les assauts conjugués de l'Océan et du vent. Un chantier à la Sisyphe qui désormais fait partie de la vie des communes et mobilise les collectivités. Ce grand reportage connaîtra un prolongement, forces images et témoignages, sur l'antenne de TV7. Ce sera le 22 mars à 18h15 avec Renaud Lagrave en invité.

Littoral : les solutions innovantes de La Rochelle contre les submersions

1

Environnement | 02/02/2017 Alors que la première phase de travaux du plan digues, décidés après la tempête Xynthia, se poursuit pour la 6e année sur le littoral charentais-maritime, la ville de La Rochelle rentre à son tour dans une phase de chantiers. Mais il n’est point question ici de digue en béton ou de cordons d’enrochements, comme ont pu s’en pourvoir les autres cités balnéaires proches. Pour sa protection anti-submersion, La Rochelle a fait le choix du beau allié au pragmatisme, en adaptant les outils de protection au paysage urbain. Coût de l’opération : 8 millions d’euros.