Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Idées neuves en Nouvelle Aquitaine

Les dossiers d'Aqui

Idées neuves en Nouvelle Aquitaine : dernier article publié

Agriculture | Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

16/10/2017 | Avec l'élargissement du périmètre régional, la Parthenaise faisait dès l'an dernier ses premiers pas sur le ring central du Salon de l'Agriculture. Retour sur une présence remarquée

3 bovins de la race Parthenaise présentée pour la première fois à Bordeaux

En 2016, elle était LA « petite » nouvelle du Salon de l'Agriculture. Le symbole de l'avènement de la fusion régionale, entre Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Avec sa robe froment et ses yeux en amande maquillés de noir, la Parthenaise, tout droit venue de son berceau racial des Deux-Sèvres, se présentera donc cette année pour la deuxième fois aux visiteurs du Salon. L'occasion de redécouvrir une race désormais régionale, qui, après avoir frôlé la disparition, se félicite désormais, et à raison, d'un développement de 5% par an ! Rencontre avec Didier Dupuis, éleveur et Président de l'Organisme de Sélection (OS) de la race, et Lilian Babin, éleveur et propriétaire de 2 animaux présents sur le Salon.

Soucieux de se mettre en ordre de marche de la grande Région, le Salon de l'agriculture n'avait pas attendu l'existence formelle de la bien nommée « Nouvelle-Aquitaine » pour inviter dès l'an dernier la race Parthenaise à Bordeaux. « Une invitation que nous avons accepté avec plaisir !», lance Didier Dupuis, président de l'OS Parthenaise, éleveur avec son fils, d'un troupeau de 130 têtes. Pamis les dignes représentant de sa race présent sur la manifestation, le beau taureau Fanfaron et ses 1096 kg avait d'ailleurs fait bel impression sur Aquitanima, le Salon de la génétique bovine.
Et pour être régionale, la Parthenaise, et son nom ne la trahit pas, est régionale. Sur les 45 000 vaches que comptent la race, 25 000 sont toujours dans le berceau racial deux-sévriens. Un chiffre sur lequel on n'aurait pas parié 30 ans en arrière. « En 1985, il ne restait plus que 7 000 vaches, en 2016 le troupeau national est de 45 000 têtes, avec une progression de la race de 5% par an », commente pas peu fier le Président de l'OS. Au niveau national, la race compte désormais 1400 élevages.

Fanfaron, beau spécimen de la race parthenaise, nouvelle venue à Bordeaux

Des éleveurs "naisseurs-engraisseurs"Un développement qui s'est accompagné par le choix d'orienter cette race, à l'origine élevée tant pour ses caractéristiques lait que viande, dans une spécialité bovin viande. Là encore ce sont les années 80 qui ont été décisives dans cette stratégie, explique le Président de l'OS. « Les Parthenaise ont un rendement de viande de 65 à 70% ; et de la viande d'excellente qualité! » « Très persillée, goûteuse, avec très peu de gras », détaille Lilian Babin l'éleveur de Vernoux-en-Gatine . Une qualité qui bénéficie d'ailleurs d'un Label Rouge depuis 2006. « Nous avons plus de mille vaches par an qui passent au Label Rouge Parthenaise », complète-t-il. Il faut dire qu'une des spécificités de cette production, c'est que les éleveurs sont naisseurs-engraisseurs. « On vend très peu de broutards, on garde le veaux, jusqu'à la boucherie ». Conséquence « naturelle » en termes de débouchés commerciaux : « nous avons beaucoup de boucheries traditionnelles comme clients. Aussi des grandes et moyennes surfaces, mais seulement celles qui ont de véritables bouchers qui travaillent la viande, pas celles qui se contentent de vendre des barquettes en plastique... »

Si la race profite d'un beau renouveau au niveau national, l'export n'est pas en reste. Bien sûr, si on retrouve la Parthenaise surtout en Europe (et notamment en Irlande et aux Royaume-Unis), on peut la retrouver en Australie ou encore en Outre-Mer et un peu dans les pays orientaux. « Un bon argument de vente pour séduire les pays orientaux, c'est qu'elle a les extrémités noires... onglons, oreilles, contours de l'oeil, queue... Or le noir ça attire moins les moustiques ou autres parasites... ! »
Décidément la Parthenaise a tout pour plaire... jusqu'au bout des cornes!

Enregistrer

Enregistrer

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
27220
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !

Synergies@venir: Un exemple de développement de la silver économie

Jean-Paul Di Cristo, directeur général de "Synergies@venir"

Economie | 13/12/2017 Pousser la porte de "Synergies@venir dans le bel immeuble sis à deux pas de la "Table de Montesquieu" au coeur de La Brède, en Gironde, c'est entrer dans un lieu qui évoque d'emblée le service à la personne, le soin que l'on prend du genre humain qu'il s'agisse du salarié de l'entreprise ou de la personne âgée que l'on retrouvera une heure plus tard dans le cadre de " La Rose de Mons". Une résidence où l'attention portée aux personnes est synonyme de valeurs, un établissement où du studio au T2 chacun organise sa journée selon le rythme qu'il a choisi ou un certain André Détampes offre ses peintures au regard des visiteurs et des habitants du lieu.

La silver-économie au rythme creusois

Pôle Domotique Guéret

Société | 12/12/2017 En janvier dernier, l'ancienne secrétaire d'État chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Pascale Boistard, avait lancé en Nouvelle Aquitaine une déclinaison régionale de la "feuille de route silver-économie". Un marché qui se cherche toujours, même si on dénombrerait au moins 200 start-ups identifiés en France spécialisées dans le domaine. Au delà des chiffres annoncés (56 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2013, 300 000 emplois d'ici 2020), l'économie des seniors est plus que jamais un enjeu régional. En Creuse, où se prépare un "plan de redynamisation", de nouvelles initiatives voient le jour.

Interview - Françoise Jeanson: La Nouvelle Aquitaine face au grand chantier de la Silver Economie

Françoise Jeanson

Société | 10/12/2017 Au sein du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine Françoise Jeanson est déléguée à la Santé et à la Silver Economie. Une responsabilité de premier ordre dans un immense territoire où la population vieillit mais qui a la chance de bénéficier d'un potentiel de recherche important, de formations de qualité, d'entreprises de haut niveau et de PME innovantes. Au delà de la santé et du médico-social, appartiennent aussi à la silver économie, le maintien et l'autonomie à domicile, les transports et la mobilité, le bien-être, l'habitat adapté, les loisirs et le tourisme adaptés... Un véritable éco-système qu'il faut bien connaître pour prendre les bonnes décisions. Françoise Jeanson fait le point du travail en profondeur engagé depuis le début de l'année.

Le Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane, qu’es aquò ?

Ce mercredi 20 septembre, à Pau, la salle de l’Assemblée départementale a en entendu résonner l’occitan à l’occasion de la remise des diplômes du Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane.

Société | 21/09/2017 Ce mercredi, à Pau, la salle de l’Assemblée départementale a entendu résonner l’occitan à l’occasion de la remise des diplômes du Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane. Sur la photo des diplômés, petits et grands sont réunis. Mais, dans la grande famille des locuteurs de l’occitan, Aqui choisit aujourd’hui de faire le focus sur ces adultes qui retournent en cours pour apprendre ou réapprendre la langue occitane. Une démarche porteuse de (ré)appropriation culturelle, mais aussi souvent, d'opportunités professionnelles. Des cours et formations délivrés par le CFPOC, dont Marie-Hélène Villacampa, la directrice, nous a donné les clefs.

Bayonne: le lycée de Seaska inauguré

Alain Rousset

Société | 17/09/2017 Ce samedi 16 septembre restera comme un grand moment dans l'histoire de l'association Seaska qui, à côté de l'enseignement public et de l'enseignement privé confessionnel, prend une part importante à la sauvegarde et au renouveau de la langue basque. En effet, sur Les Hauts de Sainte-Croix à Bayonne, était inauguré le lycée "Bernat Etxepare" qui accueille, pour sa première rentrée 299 lycéens, dans un ensemble de qualité au financement duquel le Conseil régional, dont on rappelle qu'il dispose de la compétence "lycées", a pris une part essentielle.

A la Région, Sandrine Derville, ne fait pas de tourisme

Sandrine Derviçlle Conseil régional

Economie | 24/06/2017 Choisie comme vice-présidente chargée du tourisme il y a un an et demi par le président Alain Rousset,la jeune Angloye, ingénieure en informatique dans une grande entreprise française, ne cesse de sillonner la vaste Nouvelle Aquitaine. Chargée d'une lourde mission de confiance sur la deuxième activité économique de la région. Après avoir effectué un état des lieux en présence de tous les acteurs du secteur, elle s'attaque à un gros chantier, toujours en concertation avec eux, un schéma régional du développement touristique. Avec en matière d'emplois veiller au bien-être des nombreux saisonniers

Tourisme: Les premières fortes retombées de Lascaux IV

Lascaux a ouvert le 15 décembre 2016 et table sur 450000 entrées à l'issue de la première année

Economie | 23/06/2017 Six mois après sont ouverture, le centre international d'art pariétal a franchi le cap des 200 000 entrées. C'est au delà des prévisions et c'est de bon augure avant la période touristique haute. Si la clientèle française et notamment régionale répond représente 84 % des visiteurs, des efforts restent à développer vis à vis de la clientèle nord américaine et de l'Asie, férue de préhistoire et de culture. Pour ce tourisme, plutôt haut de gamme, la porte d'entrée, c'est naturellement Bordeaux. Des actions de promotion sont menés cette année par le Comité du tourisme avec la capitale régionale.

Bordeaux: La "Cité emblématique"

Philippe Massol, directeur général de la Cité du Vin

Culture | 23/06/2017 C'est une incontestable réussite au regard de la fréquentation enregistrée un an après son ouverture. La Cité du Vin ne se signale pas seulement par son dessein et son architecture uniques : désormais elle est emblématique de la ville, une manière de signature universelle pour Bordeaux, bien au-delà de la seule reconnaissance de l'Unesco et du patrimoine mondial. Sa conception en fait un véritable outil de culture, le sésame vers la découverte de la civilisation de la vigne et du vin. Philippe Massol, son directeur général le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée, en avant première à l'émission diffusée sous les couleurs d'Aqui et de Tv7 lundi 26 juin à 18h45. Il y insiste sur la volonté de la Fondation qui gère la Cité de trouver de nouveaux soutiens, en particulier pour développer le potentiel quelle recèle au sein de la Nouvelle Aquitaine.

Aqui/TV7 : Élevage : Trouver des arguments pour faire face aux critiques

Agriculture | 16/05/2017 En Dordogne, les projets d’élevage sont de plus en plus contestés. L’an passé, huit dossiers ont été débattu devant les tribunaux. Les éleveurs périgourdins ont organisé pour la première fois au mois d’avril à Périgueux une conférence autour des bienfaits ou non de l’élevage. Une centaine de personnes y a assisté mais pas les opposants qui étaient pourtant invités. Invité à cette conférence, Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique de l'INRA a mis en avant plusieurs atouts de l'élevage dont celui de favoriser la biodiversité.

Reportage Aqui-TV7: Ces belles races bovines de Nouvelle-Aquitaine

Des taureaux Blonds en concours

Agriculture | 12/05/2017 Entre l'élevage de bovins, canards gras ou poulets de chair, sans oublier les ovins, la production animale régionale se distingue par sa diversité et sa qualité. Dans ce large tableau, l'élevage de bovins viande est en première ligne, avec plus de la moitié des emplois agricoles liés à la viande dans la région. On compte 900 000 vaches nourricières fin 2015, soit 22 % du cheptel national. Du point de vue des races, la région est le berceau de deux races majeures que sont la Limousine (57 % des effectifs dans la région) et la Blonde d'Aquitaine (19 %). Mais, au-delà de ces deux poids lourds c'est tout un panel racial qui coexiste avec pour certaines, et malgré les difficultés de la filière, de belles dynamiques de développement que le passage à la Nouvelle Aquitaine va sans doute contribuer à maintenir voire à accroître. Un enrichissement à constater lors du Salon Aquitanima à l'occasion du Salon de l'Agriculture à Bordeaux.

Reportage Aqui!TV7: île de Ré, Grands travaux contre submersion

Tempête Xynthia

Environnement | 17/03/2017 Depuis que l' Aquitaine est devenue " Nouvelle" la Région s'est enrichie d'un département qui porte bien son nom, la Charente-maritime. Du coup, elle héritait par la grâce d'une côte, entre dunes et rochers, avec une rive du plus grand estuaire d'Europe et des îles magnifiques, d'un littoral, à la fois riche de paysages divers et de rivages submersibles. C'est le cas de l'île de Ré qui vit non seulement de l'ostréiculture, de la viticulture mais surtout d'un tourisme de masse qui multiplie par dix, l'été venu, la population de l'île. Autant dire que les enjeux de la protection du littoral sont considérables comme le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée Lionel Quillet, Président de la Communauté de Communes de l'île de Ré et Vice-Président d'un département qui sous sa houlette s'est engagé dans un programme de grands travaux.

Reportage Aqui!: Imaginer le littoral de demain

Dunes

Environnement | 06/03/2017 En ce début de semaine, la conjugaison de coefficients de marée au-dessus de 100, d'une forte houle et de coups de vent violent ont fait recouvrir d'eau la plage à Capbreton, l'écume venant jusqu'à envahir la promenade le long de la Centrale d'Hossegor. Scènes hivernales devenues presque ordinaires. Si le littoral landais a été plutôt épargné après cette nouvelle alerte orange aux vagues submersion, à chaque nouvelle tempête, un phénomène immuable ne fait que s'intensifier : le trait de côte recule.

Reportage Aqui!TV7 : Tous mobilisés pour défendre le littoral

Environnement | 03/03/2017 Défendre ses 720 kilomètres de côtes: c'est l'un des défis majeurs que la Nouvelle Aquitaine doit relever à la fois pour des raisons qui touchent à la sécurité des personnes et des biens mais aussi parce que le littoral et sa proximité sont de plus en plus attractifs. Et le lieu d'un tourisme qui est le poumon de l'économie. Qu'il s'agisse de la Charente-Maritime, de la Gironde avec son plus grand estuaire d'Europe, des côtes girondine, landaise et basque. La rédaction d'Aqui.fr a mené l'enquête, entre l'île de ré où les ravages de Xynthia en 2010 ont accéléré la prise de conscience de la nécessité d'agir vite et fort et la côte, de la Gironde à la frontière où le recul du trait de côte est spectaculaire. Et où en ces heures de février que ce soit à Lacanau, Biscarrosse, Mimizan ou Capbreton on s'affaire pour ramener sur les plages les mètres cube de sable rejetés au-delà de la dune sous les assauts conjugués de l'Océan et du vent. Un chantier à la Sisyphe qui désormais fait partie de la vie des communes et mobilise les collectivités. Ce grand reportage connaîtra un prolongement, forces images et témoignages, sur l'antenne de TV7. Ce sera le 22 mars à 18h15 avec Renaud Lagrave en invité.

Littoral : les solutions innovantes de La Rochelle contre les submersions

Projection virtuelle de la promenade du Gabut

Environnement | 02/02/2017 Alors que la première phase de travaux du plan digues, décidés après la tempête Xynthia, se poursuit pour la 6e année sur le littoral charentais-maritime, la ville de La Rochelle rentre à son tour dans une phase de chantiers. Mais il n’est point question ici de digue en béton ou de cordons d’enrochements, comme ont pu s’en pourvoir les autres cités balnéaires proches. Pour sa protection anti-submersion, La Rochelle a fait le choix du beau allié au pragmatisme, en adaptant les outils de protection au paysage urbain. Coût de l’opération : 8 millions d’euros.