Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -

Les services d'Aqui.fr

Voir les services d'AquiPresse
  • Agence éditoriale
  • Formation et conseil
  • Régie publicitaire

Les brèves d'Aqui

Société

Avec le froid, gare au monoxyde de carbone !

13/12/2019 | Alors que les températures baissent, l'Agence Santé publique France appelle à la vigilance quant au risque d'intoxication au monoxyde de carbone. En 2018, 83 épisodes d’intoxication ont été déclarés en Nouvelle-Aquitaine provoquant l'exposition de 258 personnes et l'intoxication de 183 personnes, dont 174 de manière certaine. Sur ces 83 épisodes d’intoxication, 87% sont survenus dans l’habitat, avec dans la moitié des cas, la chaudière comme source d'intoxication. Les documents sur les gestes de prévention sont à retrouvés sur le site Santé publique France.

Partager sur Facebook


Depuis le 18 mars, la Ville de Niort a mis à disposition des sans-abris 10 places d'hébergement d'urgence en lien avec la Croix-Rouge afin de lutter contre la propagation du Covid-19 et de protéger les plus vulnérables. Ce soir la ville va ouvrir 10 places supplémentaires dans un second lieu accompagnées cette fois par la Protection civile. Pour toute nécessité d’hébergement il est demandé de passer par le numéro du SAMU social au 115.



Un faux arrêté circule ces jours-ci sur l’île de Ré, demandant aux personnes non résidentes permanentes de justifier de la nécessité de leur séjour, et les exhortant à rejoindre leur habitation principale. Il s'agit d'un faux, prévient la préfecture, qui n'a jamais pris un tel arrêté. "Ceux qui ont choisi de se confiner dans leur résidence secondaire doivent y rester jusqu’à la fin du confinement, et sans nécessité de se justifier", rappelle le préfet, qui a saisi la gendarmerie et le procureur.



Les partenaires du Contrat de filière que sont la Région Nouvelle-Aquitaine, le CNM, l'État et le RIM ont décidé de maintenir leurs appels à projet sur le développement des coopérations professionnelles, le soutien aux projets culturels de proximité et la transition énergétique des festivals. La date limite de candidature a été portée au 15 juin. Le critères de jugement ont aussi été revus, privilégiant les projets de "reprise d’activités, de recherche de nouvelles solidarités et coopérations".



Depuis le 10 mars, Les Clowns Stéthoscopes -association qui aide les enfants à surmonter l’épreuve de la maladie par le rire et une présence bienveillante - sont absents de l'hôpital des enfants du CHU de Bordeaux et de 4 EHPAD de la Métropole dans lesquels ils interviennent quotidiennement. Mais, "pour les enfants, le personnel de santé, les parents, les résidents, toutes celles et ceux qui prennent des risques pour nous, nous sommes heureux, joyeux et émotionnés de vous annoncer le lancement mondial de notre chaîne YOUTUBE". https://www.youtube.com/channel/UCL1RxJyV5bd70Wanen96D7A?view_as=subscriber.



Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, incite chaque citoyen de bonne volonté ou association, à fabriquer artisanalement ou en série, des « masques barrières » en tissu, suivant le modèle agréé par l’AFNOR. La plateforme jeparticipe.bordeaux.fr mettra en relation des producteurs et des demandeurs.



La Région et l'Union européenne soutiennent respectivement à hauteur de 16 000 € et 14 000 € le projet « Ensemble pour l'égalité paysanne » portée par l'association Andere Nahia, basée à Espelette et dont l'objet est notamment d'aider et d'accompagner des femmes porteuses de projet de développement local. Le projet soutenu vise plus particulièrement à créer un collectif d'accompagnement des agricultrices du Pays Basque dans toutes les étapes de leur vie professionnelle (formation, installation, immatriculation, maternité, retraite, représentation...).



La commune de Lormont propose à ses citoyens de s'inscrire pour constituer un réseau personnes «référentes», chacune agissant sur un secteur (une rue, un immeuble). Le Grand Tressan, la Ramade, Carriet, les Akènes, Bois fleuri, Alpilles-Vincennes sont les secteurs où la mobilisation s’organise peu à peu. Un formulaire d'inscription est à télécharger en ligne : lormont.fr



Un premier centre d'hébergement temporaire spécialisé COVID-19 a été mis en place en Haute-Vienne. 30 personnes malades sans gravité, qui sont sans domicile ou hébergées dans un centre qui ne permettrait pas de respecter les mesures de confinement pourront ainsi être accueillies et suivies médicalement. L'ouverture de ce centre est le fruit d'une coopération entre les services de l'Etat, l'ARS et le centre hospitalier Esquirol, qui met ses locaux à disposition et fournit les repas.



Dans le contexte exceptionnel actuel, la Maison des Ados du Pays Basque, AdoEnia (structure du Centre Hospitalier de la Côte Basque), propose un service téléphonique et numérique minimum, pour les jeunes de 11 à 21 ans et leurs parents. Il leur suffit d’appeler le 05.59.64.22.52 de 14h et 17h. En dehors de ces horaires, ils peuvent également envoyer un mail avec leur prénom (ou un pseudo) et leur contact téléphonique ou numérique à l’adresse contact@adoenia.fr, ou contacter le promeneur du net 64 via Instagram : « gillespdn64adoEnia».



Depuis le confinement, près de 2 900 entreprises ont demandé à bénéficier du chômage partiel, sur les 17 000 de Charente-Maritime. Toutes les activités sont concernées, et majoritairement les activités de l'hôtellerie-restauration. La DGFIP a accordé 650 mesures d'étalements des charges et d'impôts directs. Après la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques, la Charente-Maritime est le 3e département de la région à enregistrer le plus de demandes de chômage partiel.