28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.


- Publicité -

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

proprietes-rurales.com
- Publicité -

Logo aqui.frLes choix d'Aqui

Politique

EDITORIAL Agir contre l'abstention, c'est maintenant

Carte électorale froissée

L'abstention, pour ceux qui votent, c'est énervant, agaçant, frustrant. Plein de « pourquoi » et surtout plein de « et si ». Et ça l'est d'autant plus quand le résultat final ne correspond pas aux souhaits du citoyen, comme si l'évidence voulait que ceux qui ne votent pas auraient, forcément, voté comme nous, si seulement ils s'en étaient donnés la peine. Un don de télépathie étrange, et faux. C'est bien tout le cri du silence de ceux qui ne votent pas, d'exprimer justement qu'ils ne souhaitent pas s'exprimer, pas de cette manière en tout cas.

A chaque élection pourtant le « bon » citoyen, celui qui voit dans le vote, à tort constitutionnellement parlant, « plus un devoir qu'un droit », garde au fond toujours un peu l'espoir, même mince, que cette-fois ci peut-être, ça ira mieux, ou à tout le moins, ça ne pourra pas être pire. Mais l'abstention, et son inéluctable avancée n'est pas, n'est jamais en réalité, une surprise. C'est bien une forme d'hypocrisie, de nos politiques en premier lieu (mais pourquoi pas aussi des médias, la preuve), que de se gargariser, la mine effondrée, sur le thème de l'abstention et de son danger pour la démocratie, une fois les élections passées.

 

La plus désespérante des abstentions est bien celle en vérité de l'inaction politique pour tenter d'y remédier. Combien de fois n'a-t-on lu ou entendu d'hommes et de femmes politiques, dire, depuis des décennies, cette même phrase exprimée notamment par Alain Rousset ce lundi, en séance plénière du Conseil régional : « la terrifiante abstention doit nous faire réfléchir ». L'intention est sans doute sincère, mais vite oubliée.


Ne peut-on pas estimer aujourd'hui, à 26 125 084 abstentions, que la phase de réflexion a assez duré ? A moins que l'on ne réfléchisse au mauvais sujet : plutôt que de s'arc-bouter (mais le fait-on vraiment?) sur l'abstention, pourquoi ne pas changer de lunettes et valoriser, plutôt, son extrême opposée : la participation. La participation au vote, et au-delà. Ces jeunes qui ne votent pas, cibles préférés des donneurs de leçon post élection, participent pour un bon nombre d'entre eux à la vie de la cité, voire de la planète. Ils s'engagent (et pas que les urbains), manifestent, font passer des messages, ont une conscience citoyenne. En vérité, beaucoup ne sont pas silencieux.

Le succès des budgets participatifs le montre aussi : de nombreux citoyens s'impliquent dans ces démarches. Au niveau des communes ou même des départements, à l'image de celui de la Gironde, les conseils citoyens, dont les noms parfois varient au gré de leurs domaines de compétence, trouvent toujours de nombreux volontaires pour y siéger.

 

Il y a donc bien quelque chose à faire, tant sur le fond, évidemment, que sur la forme, pour valoriser cette participation citoyenne en participation électorale. Sans doute expliquer mieux, dès l'école, les enjeux, les institutions, l'histoire peut-être, responsabiliser, ouvrir le débat, éclaircir les compétences et rôles des élus, imaginer d'autres formes de vote (électronique notamment), plus de consultations, de concertations... Donner des clés, en créer de nouvelles, tester, innover. Bref, oser agir pour que la source de la légitimité démocratique, le vote citoyen, pour lequel tant de peuples se battent encore à travers le monde, ne se tarisse dans notre pays par simple inattention et fatalisme.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Shutterstock _ RVillalon

Partager sur Facebook