Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées


- Publicité -

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

- Publicité -

Logo aqui.frLes choix d'Aqui

Culture

"Audubon", une expo "d'intérêt national" à La Rochelle

Du 23/12/2017 au 25/03/2018

Portrait de JJ Audubon

Le muséum de La Rochelle accueille pour la première fois une exposition « reconnue d’intérêt national » par le ministère de la Culture. « Jean-Jacques Audubon, dessins de jeunesse » retrace le parcours du naturaliste français Audubon (1785-1851) à travers une série de 93 œuvres de différentes périodes de sa vie. Ce « Leonard Americain » du XIXe siècle est aussi méconnu en France qu’il est connu aux Etats-Unis, au même titre que de Gaulle ou La Fayette. Les Américains ont fait de cet aventurier du XIXe siècle un symbole du self made man, à une époque où le Nouveau Monde restait encore à conquérir. Les dessins de l’œuvre de sa vie (Birds of America – 1827) ont marqué les esprits de son époque. Pour les naturalistes, il représente surtout les débuts d’un changement de l’approche ornithologique et naturaliste. « La plupart des naturalistes avant lui se faisaient apporter des oiseaux morts par des chasseurs, puis les dessinaient. Audubon va sur le terrain, observe longuement les oiseaux avant de les tuer pour les dessiner, et surtout, rapporte dans un cahier ses observations et des anecdotes de la vie animale. C’est un vrai complément au dessin naturaliste », explique Lucille Bourroux, responsable de la bibliothèque scientifique du muséum. Il est également connu pour avoir inventé un système de fils de fer permettant de redonner à ses oiseaux des postures d’animaux vivants, pour rendre ses compositions au plus près de la réalité.

Sur sa route, Audubon fut fortement influencé par deux mentors : le naturaliste français Charles-Marie d’Orbigny et l’ornithologue américain Alexander Wilson. Le premier aurait influencé son dessin, qui évolue clairement après leur rencontre vers 1806 ; le deuxième aurait développé son approche du terrain… Et l’envie de faire du naturalisme animalier son métier. Car Audubon fut longtemps un naturaliste « amateur », avant de publier son « Birds of America », composé de 400 planches d’oiseaux nord-américains en format 1mx77cm. L’exposition retrace cette évolution, à travers des œuvres allant de sa prime jeunesse à son premier voyage aux Etats-Unis (1803-1805), jusqu’à sa rencontre avec Charles-Marie d’Orbigny (1805-1806). Quelques feuillets d’une édition originale de « Bird of America », réalisés lors de la deuxième partie de sa vie (à partir de 1810), sont également à observer.

L’exposition est exceptionnelle à plus d’un titre. Le muséum donne à voir des œuvres jusqu’à présent jamais montrées au public, exception faite pour quelques planches prêtées en 2012 pour une exposition au muséum de New York autour des naturalistes du Nouveau Monde. En dehors de quelques prêts des muséums et bibliothèques de Strasbourg, Besançon et Nantes, l’essentiel des œuvres provient des archives du musée rochelais, où elles dormaient depuis plus d’un siècle. Les dessins d’Audubon ont été redécouverts dans les années 1990, au milieu d’une collection de dessins laissés en dépôt par Charles d’Orbigny, co-fondateur du muséum de La Rochelle et de la Société des Sciences Naturelles de Charente-Maritime, toujours active aujourd’hui. Après un long travail d’identification de ses œuvres (certaines sont signées et numérotées), elles ont été expertisées pour authentification par le centre de recherche et de restauration des musées de France, basé au Louvre.

Cardinal rouge

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook