Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Conseil général de Gironde: Quand la réforme territoriale fait l'unanimité....

Séance plénière du Conseil général du 26 juin 2014

Ce jeudi 26 juin, l’hémicycle de l’hôtel du département recevait ses élus lors d’une séance plénière consacrée au vote du budget supplémentaire de 2014. Outre les 36 dossiers qui étaient à l’ordre du jour, une invitée non sans surprise s’est joint au débat : la réforme territoriale engagé par François Hollande.

Dès l’ouverture de la séance plénière, les propos de Philippe Madrelle à propos de la réforme territoriale, fusent de tout côté de l’hémicycle…Si le président du conseil général reconnait cette réforme comme étant courageuse en s’attaquant à « la résorption de la dette publique nationale, à laquelle personne jusque-là, n’avait osé s’affronter avec détermination », il ne supporte absolument pas la déclaration de Didier Migaud, président de la cour des comptes sur le fait qu’ « il y aurait trop de fonctionnaires territoriaux et qu’ils seraient pour partie responsables de la dette nationale. » 

« Ce ne sont ni eux, ni leurs collègues de tous les conseils généraux de France qui ont contribué à faire augmenter la dette publique, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, de 700 milliards d’euros » fustige-t-il. 

La réforme territoriale au devant des conflits partisans 

Si Philippe Madrelle sort de ses gonds en brave défenseur de son territoire, il n’est néanmoins pas le seul à appréhender cette réforme, qui apparemment est au cœur de toutes les préoccupations. Comme lui Alain David, conseiller général PS et maire de la ville de Cenon, reconnait le caractère « courageux » de ce dossier, mais pointe du doigt le manque de concertation. « Si l’immobilisme n’est pas une solution, l’empressement et le manque de concertation ne l’est pas non plus » lance t’il. Son collègue Jean-Marie Darmian, conseiller général PS du canton de Créon, n’a également pas été tendre sur cette réforme qu’il juge « inutile, improvisée, inéquitable, ou encore inopportune », tout en citant Clémenceau qui jadis disait : « il est plus facile de réformer autrui que soi-même. » Chose que les élus ont appliqué lorsqu’en fin de séance Philippe Madrelle leur a présenté une motion relative au projet de réforme territoriale. Les élus UMP, Communistes, Modem, ou divers gauche ont tous fait table rase des guéguerres partisanes, en votant ce texte à l’unanimité. « Une belle image, qui confirme le fait que nous sommes tous très attachés à la dimension locale » a commenté Philippe Madrelle, ravi que le conseil général soit soudé dans de telles circonstances.

A noter que le budget supplémentaire à la base de cette séance plénière a été voté à la majorité des présents avec 39 voix et 8 abstentions. Au total, les subventions d’investissement représenteront près de 93 millions d’euros en 2014. 

Lucy Moreau
Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Publié sur aqui.fr le 27/06/2014