Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | LGV Tours-Bordeaux: à Ambarès, les travaux de raccordements avancent

Visite de chantier du raccordement de la LGV SEA à Ambarès et Lagrave

Ce 22 juillet, Lisea, la société concessionnaire pour RFF de la future LGV entre Tours et Bordeaux a organisé à Ambares-et-Lagrave une visite du chantier du raccordement entre la future LGV SEA et la ligne classique Paris-Bordeaux. L'occasion aussi pour les responsables de faire le point avec le préfet Michel Delpuech, et les représentants des collectivités partenaires, dont Philippe Madrelle, Président du Conseil général de Gironde, Bernard Uthurry, Vice président du Conseil régional d'Aquitaine en charge des infrastructures et du transport, et de Michel Héritié, Maire d'Ambarès, sur l'avancement des nombreux travaux réalisés depuis deux ans dans la commune en conséquence directe de l'arrivée de la LGV.

S'il y a une commune en Gironde qui n'est pas épargnée par l'arrivée de la LGV SEA Tours-Bordeaux, c'est bien Ambares-et-Lagrave. Et le trajet en bus effectué par le cortège en visite, de la base de vie des travaux jusqu'au site du raccordement, en témoigne; à aucun moment, le bus ne quitte les quartiers résidentiels. La ville est en effet traversée par 3,4 km de LGV, et a vu la construction d'une dizaine de ponts pour permettre le franchissement des voies ferrées et des voies de circulation.
D'ailleurs, tout au long de la visite, les responsables du concessionnaire insistent à plusieurs reprises sur les protections phoniques qui sont en cours de réalisation le long de la nouvelle infrastructure ainsi que sur les voies déjà existantes. Au total ce sont «9,2 km de protections acoustiques qui sont en train d'être installées», conformément à la volonté exprimée par le Maire de la commune dès le démarrage des échanges avec RFF et son concessionnaire. «9,2 km, c'est 30 000 m2 d'écrans acoustiques pour lesquels il a été fait appel à deux entreprises différentes afin de pouvoir livrer l'ensemble en temps et en heure», explique le guide du convoi.

"Plus qu'une halte, un pôle d'échanges mutimodal"Si la fin de la gêne liée au travaux est estimée à fin 2015 pour les habitants, toutes les voiries sont à ce jour rétablies dans leur configuration définitive. Certaines circulations ont en effet été modifiées par la création de giratoires afin «de supprimer des carrefours à feu et fluidifier le trafic» explique-t-on du côté de LISEA. C'est notamment le cas aux abords de la halte TER de la Gorp qui a été totalement rénovée et dont le financement, dans le cadre des nombreux aménagements liés à la LGV sur la commune, a pu être intégré dans le protocole d'accord signé en 2013 par les collectivités, RFF, Lisea, Cosea et l'Etat. Ainsi reconstruite, «elle sera accessible aux personnes à mobilité réduite et pourra accueillir les nouveaux TER» se réjouit Michel Héritié. Ce dernier soutenu par la CUB a bien l'intention d'en faire plus qu'une halte, un véritable pôle d'échanges multimodal.
«Située à seulement 12 minutes de la Gare Saint-Jean et 8 minutes de Cenon Pont Rouge, cette halte est un point d'accès important au niveau de la CUB pour le développement des transports collectifs en direction de la presqu'île d'Ambes...». Un enjeu pour le Maire qui précise tout de même «qu'il faut pour cela que la Région accepte la mise en place d'un cadencement de 30 minutes des TER». Une décision qui presse puisque la mise en service de la nouvelle voie TER et l'ouverture de la halte rénovée sont prévues à fin novembre 2014.

Un saut de moutonAprès le constat de l'avancement des travaux sur la halte, le deuxième arrêt du cortège s'est fait à proximité d'un des ouvrages majeurs de la LGV SEA réalisés sur la commune: «un saut de mouton» permettant l'insertion de la voie LGV au côté de la ligne existante Paris-Bordeaux subissant elle-même une déviation sur une section de voie. A cet endroit, les officiels ont ainsi pu constater que les premiers rails de cette déviation ont commencé à être posés. A compter de novembre 2014, les trains de la ligne Paris Bordeaux existante rouleront sur les nouveaux rails. A compter du 31 juillet 2017, les TGV prendront l'aiguillage pour être orienté sur la LGV alors achevée et seuls les trains de marchandises emprunteront la ligne Bordeaux Paris que l'on connaît actuellement. Les TGV pourront alors progressivement augmenter leur vitesse, et relier Bordeaux à Paris en à peine plus de 2 heures.
Au total les deux ouvrages visités ce mardi représentent un investissement de 9,7 M €, supporté par le Fonds de Solidarité des Territoires et inclus dans le contrat de plan Etat-Région.
La prochaine visite de chantiers aura lieu sur le Viaduc de la Dordogne qui avec ses 1,3 km est le plus long des viaducs construit sur l'ensemble de la ligne LGV SEA. Le tablier du viaduc devrait être achevé mi-août. Une inauguration officielle par une balade à pied symbolique d'une rive à l'autre est prévue pour célébrer l'évènement.

Pour une vision plus précise de ces travaux de raccordement, Lisea propose une vidéo aérienne 3D de la LGV SEA d'Ambarès-et-Lagrave à Saint-André-de-Cubzac :

 

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 22/07/2014