Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Elections départementales : Quand le PS et EELV font front commun pour la gauche sur le canton Bègles- Villenave d'Ornon

Narcisse Kamayenwode, Martine Jardiné, Jacques Raynaud et Pauline Vert

Ce mardi 20 janvier, Martine Jardiné et Jacques Raynaud, socialistes, et leurs remplaçants, EELV, Pauline Vert et Narcisse Kamayenwode, ont inauguré leur local de campagne à Villenave d'Ornon. L'occasion de présenter leur quatuor original, en lice pour les élections cantonales sur le nouveau canton de Villenave d'Ornon. Un canton qui englobe désormais, réforme électorale oblige, une partie de l'ancien canton de Bègles. Au programme pour les quatre candidats, une volonté partagée et affirmée de défendre les valeurs de la gauche et le bilan de la majorité PS sortante du Conseil général, en mettant en exergue une campagne de proximité centrée sur les solidarités et la démocratie participative.

Le quatuor qui se présente sur le canton de Villenave d'Ornon est atypique. Sur le ticket des titulaires, il y a Martine Jardiné, conseillère générale sortante du canton de Villenave d'Ornon ancienne mouture, par ailleurs Vice Présidente du Département en charge du Logement, Habitat, Développement Social – Précarité, Insertion, et Jacques Raynaud, médecin, ancien élu PS de Bègles au côté de Noël Mamère. Une équipe municipale bèglaise à laquelle a d'ailleurs également appartenu Narcisse Kamayenwode, EELV, aujourd'hui remplaçant dans ce quatuor, au côté de Pauline Vert, elle aussi EELV, militante de tout poil sur Villenave d'Ornon.
Bref, deux femmes, deux hommes, deux communes et deux partis ; le principe de parité porté par la réforme, n'est décidément pas un vain mot sur cette candidature rose et verte; même si ici les représentants EELV ne sont « que » les remplaçants. Mais des remplaçants, dont le rôle «n'est pas faire de la figuration» insiste les quatre candidats. Un sentiment partagé qu'il ont mis par écrit dans une charte rédigée ensemble sur le rôle des remplaçants dans le travail du quotidien sur le canton. «Cette charte établie comment les décisions seront prises pour soutenir et accompagner les projets, comment se fera notre représentation sur le terrain, comment s'organiseront les permanences, mais aussi l'élaboration commune du programme de campagne... bref, comment nous travaillerons ensemble» énumère Martine Jardiné. Une organisation nécessaire sur un canton désormais plus grand et plus peuplé, où les futurs élus, quels qu'ils soient, ne seront sans doute pas trop de quatre pour accomplir leur mission.

"Une union pour maintenir le canton à gauche"Quant à l'alliance entre socialistes et verts, elle est issue d'un accord signé au niveau départemental, explique les candidats. Certains cantons ont choisi de proposer, dès le premier tour, un ticket mixte sur les candidats titulaires, comme à Créon ou Eysines par exemple, d'autres de mettre un seul remplaçant EELV dans l'équipe, d'autres enfin de présenter des candidatures séparéEs et donc concurrentes entre PS et EELV. Sur le canton de Villenave d'Ornon, c'est avec enthousiasme et conviction, que l'on défend cette alliance. S'il s'agit bien sûr d'abord d'une «union pour maintenir le canton à gauche au nom de valeurs de gauche partagées» face à la menace venue de la droite, Martine Jardiné admet volontiers que «le Département a tout à gagner à ce que EELV pointe son nez au Conseil général ; c'est une sensibilité essentielle de notre paysage girondin ».
De leur côté le duo des candidats remplaçants, et verts, défend avec tout autant de conviction le «bilan très positif » de Philippe Madrelle et plus particulièrement encore celui de Martine Jardiné en tant que vice présidente de la collectivité. « Nous voulons prendre part à un projet de société solidaire », insiste Narcisse Kamayenwode, et celui mis en place jusqu'ici par le Conseil général socialiste leur convient parfaitement. « S'il est vrai que nous avons parfois des réticences sur les politiques nationales, il s'agit ici de s'exprimer sur une élection de proximité, sur des valeurs sociétales que nous partageons et qui ont un effet direct sur tous les habitants: jeunes, handicapés, personnes âgées, personnes en situation de précarité,etc... Nous ne faisons tout simplement pas confiance à la droite pour avoir une politique de solidarité digne de ce nom» synthétise Pauline Vert, pendant que Martine Jardiné opine du chef.

L'abstention, le plus grand adversaireEt parmi les thématiques chères aux quatre candidats, ils énoncent la vie associative, la solidarité, la coopération internationale décentralisée, l'habitat social ou encore la démocratie participative. Un thème qui sera «un grand axe de notre campagne», souligne Jacques Raynaud. « Nous allons créer un espace cantonal de développement social qui sera à disposition des citoyens et où, à compter du 29 mars, (jour de l'élection, ndlr) nous discuterons de tous les projets que nous porterons au Conseil Départemental et sur le terrain ».
Quant à leur agenda à venir, et bien conscient que « le plus grand adversaire, c'est l’abstention », le lancement de la campagne se fera le 28 janvier prochain par une réunion pédagogique à Bègles ( bar le Penalty), sur cette élection renouvelée tant sur les cantons, que sur le mode de scrutin, ou encore les principales compétences du Département. «Il faut mobiliser autour de cette élection, et rappeler que c'est un enjeu de proximité. Il n'y a pas de confusion à faire avec le national», souligne les candidats. Viendront ensuite des réunions à thèmes auprès des citoyens et acteurs locaux qui viendront enrichir le programme, le tout sans oublier de nombreuses séances de portes à portes dans les quartiers de Villenave d'Ornon et de Bègles, à la rencontre des électeurs.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : DR

Publié sur aqui.fr le 21/01/2015