Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | "Signé Aquitaine", marque de belles perspectives pour les IAA d'Aquitaine

Table ronde lors de l'AG de l'ARDIA sur le thème de la marque collective ''Signé Aquitaine'', en présence de transformateurs et de metteurs en marché

C'est l'ARDIA, Association Régionale pour le Développement des Industries Alimentaires d'Aquitaine qui est à l'initiative de la marque collective « Signé Aquitaine ». Objectif affirmé : valoriser et promouvoir les savoir-faire des PME agroalimentaires du territoire en partenariat étroit avec les distributeurs. Une démarche qui a séduit au sein des adhérents de l'association puisqu'un an après son lancement celle-ci fédère 110 entreprises agroalimentaires et 5 partenaires enseignes. A l'occasion de l'Assemblée générale de l'ARDIA, experts, entrepreneurs et distributeurs, se sont retrouvés pour une table ronde afin d'évoquer les conditions de réussite des marques territoriales en général et de « Signé Aquitaine » en particulier.

« Signé Aquitaine », en tant que marque n'est pas, comme le serait un label, soumise à un cahier des charges contrôlés par un organisme indépendant. Cependant, pour les entreprises qui ont choisi de présenter leurs produits sous cette bannière, celle-ci, est « porteuse de valeurs territoriales et sociétales fortes », assure Laurent Dulau, Président de l'ARDIA. Les produits sont fabriqués par des entreprises membres de l'ARDIA, donc implantées, emplois compris, en Aquitaine. C'est d'ailleurs l'idée forte des logos et slogans de la marque : « Nos entreprises, vos emplois » ou encore « un achat bon pour vous, bon pour l'emploi ».

Théâtralisation de l'espace commercialUn message qui vise les consommateurs des grandes et moyennes surfaces, à travers l'organisation d'événements en magasins. La bannière, et les produits qu'elles portent y sont mis en avant par une théâtralisation de l'espace commercial, par le biais d'affiches, de kakémonos, têtes de gondoles ou autres habillages des rayons frais aux couleurs de la marque. Car en effet, en dehors de ces opérations en magasin, ne cherchez pas le logo de la marque sur les produits eux-mêmes, le choix a été fait, pour l'heure en tous cas, de ne pas le faire apparaître. Pour autant le témoignage de Benjamin Darres, Responsable Commerce pour Auchan Toulouse, lors de la table ronde, pourrait à terme plaider pour une évolution de cette stratégie. « Nous avons mené une opération en 2 phases. Une première en PLV (Publicité sur le lieu de vente via des tracts ou autre encart de communication) et une seconde avec PLV et 100 % des produits stickés. La deuxième fois nous avons doublé le chiffre d'affaires pour une surface de vente équivalente. » « Il faut dire confirme-t-il, une marque comme « Signé Aquitaine » permet de savoir rapidement d'où viennent les produits, ça leur donne une identité. C'est que les clients demandent. »

Profusion des marques territoriales En d'autres termes, la marque atteint bel et bien son objectif d'être au croisement des intérêts à la fois des entreprises, des metteurs en marchés et des consommateurs. Un triple bénéfice bien compris par les acteurs de la grande et moyenne distribution dès cette première année de lancement de la marque. En effet, au cours de l'année 2014, 56 entreprises ont pu bénéficier d'opérations commerciales dans 77 magasins des enseignes Auchan et Simply Market, à travers la France. Une dynamique commerciale qui dont il est prévu qu'elle se renforce au cours de l'année 2015, auprès d'autres grandes enseignes, telles que Casino, dès cet été ou encore Leclerc via des contatcs établis avec sa centrale d'achat SCASO.
Une première année au total de bon augure donc pour Signé Aquitaine. Pour autant, des facteurs de risques restent identifiés. La profusion des marques territoriales et des labels divers et variés, présente le risque de noyer le consommateur et brouillé le message initial. Si certaines de ces marques, telles que « Fabriqué en Bretagne », connaissent un franc succès depuis plus de 30 ans, d'autres meurent en quelques années à peine, rappelle, Camille Chamard Directeur de l'IAE Pau Bayonne. En Aquitaine notamment, existe une autre bannière pouvant a priori paraître concurrente, celle développé par l'AAPrA « Sud Ouest France », même si en pratique les conditions d'adhésion diffèrent... En outre, les présidents des deux structures assurent avoir travaillé "main dans la main" pour éviter ce genre de conséquence, pour le coup contre-productive.
Enfin, autre questionnement : comment inscrire « Signé Aquitaine », dans la future grande Région, qui, à compter du 1er janvier 2016, ne portera peut être plus le nom d'Aquitaine ?

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 25/06/2015