Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Les Pyrénéens n’ont pas oublié le vol C Charlie

1

En juillet 1944, un avion de la Royal Air Force chargé de parachuter des armes destinées aux résistants des Hautes-Pyrénées se perd dans le brouillard, non loin du village de Nistos. Le Halifax finit par heurter l’une des pentes du pic du Douly. Six militaires anglais et le pilote canadien sont tués dans le crash. Le plus âgé avait 27 ans. Leurs corps sont enterrés par les maquisards qui décident d’entretenir leur mémoire. Cela dure toujours. Le lieu isolé dans lequel ces combattants de la liberté reposent est aujourd’hui "l’un des cimetières les plus petits et les plus hauts du Commonwealth". Un film-documentaire tourné par Françis Bianconi et coproduit par France Télévisions avec la société Tea&Coffee va être diffusé par France 3 pour rendre hommage à ces soldats que les montagnards n’ont pas oubliés.

« J’ai une grande admiration pour ces jeunes qui sont venus mourir chez nous parce qu’ils avaient décidé de nous aider ». Malgré son grand-âge, Janine Rumeau, la fille de l’ancien instituteur de Nistos qui était également le chef des FTP locaux, n’ai rien oublié. Et bien des souvenirs lui reviennent lorsqu’elle évoque devant la caméra l’accident dont les aviateurs du vol C Charlie ont été victimes. « Une petite histoire dans la grande Histoire » comme le rappelle le réalisateur Françis Bianconi, qui est allé la rencontrer, avec d’autres témoins, dans son village de montagne.

Ce modeste épisode de la lutte menée contre l’envahisseur nazi avait été découvert par le cinéaste grâce à un journaliste de Sud-Ouest, William Biard, à l’époque où celui-ci s’intéressait également  à un autre aspect peu connu de l’histoire locale : ces 10 000 soldats américains et canadiens qui avaient travaillé comme bucherons dans les Landes au cours de la première guerre mondiale.

Jamais sûrs de revenirPour Françis Bianconi, le tragique destin du vol C Charlie, illustre tout à fait l’abnégation et le courage dont ont fait preuve des combattants venus parfois des antipodes « pour sauver une notion fondamentale de nos démocraties occidentales : la liberté ». Mais aussi l’attachement que les populations locales ont su garder pour ces héros de l’ombre.

Parti de Blida, en Algérie, le vol C Charlie constituait l’une des nombreuses missions effectuées par  la 624e escadrille de la RAF afin d'expédier armes, hommes et matériel en France. Des opérations aussi spéciales que dangereuses à une époque le GPS n’existait pas, où il fallait voler très bas pour éviter les radars, puis repérer avec quelquefois une visibilité quasi-nulle les terrains de largage préparés par la Résistance. Tout en sachant que l’on pouvait fort bien ne pas s'en sortir. « Certains avions revenaient même avec des branches accrochées aux ailes ».

« Ils sont devenus des enfants de la vallée »Réaliste, mené à un bon rythme et laissant une large part à la dimension humaine de ces missions, le film « Morts pour la liberté » de Françis Bianconi, captive le spectateur. Tout en donnant largement la parole à la famille canadienne du pilote du Halifax, Leslie Arthur Peers, dont le fils a « explosé en larmes » lorsqu’il a découvert la tombe de son père en France.

Un Halifax semblable à celui qui s'est écrasé en 1944 dans les Hautes-Pyrénées

L’un des intérêts du documentaire, qui intègre des scènes de reconstitution, réside également dans l’attachement manifesté depuis plus de 70 ans par les gens du pays à la mémoire de ces jeunes militaires étrangers. Le cimetière dans lequel ces derniers sont inhumés a en effet été créé à l’initiative d’un résistant, puis entretenu et honoré au fil du temps.

« Si on vit et si on respire aujourd’hui, c’est grâce à des gens comme eux. Ils sont devenus des enfants de la vallée » affirme Denis Recurt, le maire de Nistos. Tandis qu’une autre personne remarque, quitte à prendre quelques risques,  que « c’est la première fois que l’on dit merci à la R.A.F. en France ».

« On croit que l’on connait tout de la seconde guerre mondiale. La preuve que non » commente pour sa part Carlos Belinchon, le délégué régional de France 3 Midi-Pyrénées. Avant de rappeler que le devoir de mémoire fait aussi partie de la mission de service public de la chaine, et de souhaiter que de nombreux jeunes verront le film. « Par les temps qui courent, il est important de leur rappeler ce que ces aviateurs et les gens de Nistos ont fait ».

« Morts pour la liberté, le tragique destin du vol C Charlie » sera diffusé le lundi 13 juin 2016 à 23h25 sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, ainsi que le vendredi 24 juin 2016 à 8h50 sur France 3 Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin, sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon et sur le site Internet midi-pyrenees.france3.fr

Jean-Jacques Nicomette
Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Publié sur aqui.fr le 07/06/2016