Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Agriculture | Les maraichers de Marsac sur l'Isle vont pérenniser leur exploitation

Rémi Cornet et Thomas Degen, les maraîchers de Marsac ont bonne espoir de voir pérenniser leur exploitation

Il y a deux ans, la Communauté d'agglomération de Périgueux souhaitait réintroduire une agriculture de proximité. Elle a permis grâce à une mise à disposition de terres l'installation de deux jeunes maraîchers à Marsac sur l'Isle. Thomas Degen et Rémi Cornet commercialisent leurs légumes sur les marchés de Périgueux et de Coulounieix. Ils travaillent avec le groupe scolaire communale et une école voisine. En septembre prochain, ils ont l'espoir de voir pérenniser leur installation, grâce à l'association Terres de liens qui va acheter les terres grâce à une campagne de financement solidaire.

Mercredi soir, les deux jeunes maraîchers installés depuis 26 mois  au chambon à Marsac sur l'isle étaient à l'honneur. L'objectif de cette soirée, organisée par l'association Terres de liens et le Grand Périgueux, était de trouver des moyens pour les aider à développer leur entreprise et à la pérenniser.  
Thomas Degen et Rémi Cornet  sont arrivés en mars 2014, avec l'envie de créer un projet agricole autour du maraichage biologique. A l'époque, le Grand Périgueux ( qui s'appelait encore la Communauté d'agglomération périgourdine) souhaitait trouver des volontaires pour mener une expérience pour réindroduire une activité agricole, de maraichage, en zone périrurbaine. "En un peu plus de deux ans, nous sommes satisfaits. Notre développement d'activité est conforme à nos prévisions : nous commercialisations environ chaque semaine 500 kilos de légumes bio, sur place, et sur les marchés de Périgueux et de Coulounieix-Chamiers. Nous travaillons aussi  régulièrement avec la cantine de l'école de la commune et celle de Razac, mais nous avons un peu plus de difficultés à fournir en volumes, explique Thomas. Depuis cette année, Rémi et Thomas se sont lancés dans la production de fruits rouges, en débutant par les fraises et les framboises, mais les framboises, ce sera pour l'an prochain, indique Rémi. Les deux exploitants sont installés avec leur famille sur la commune de Marsac et sont bien décidés à rester. Ils s'y plaisent.  Ils ont opté pour des pratiques respectueuses de l'environnement et des sols et développent actuellement l'agro-foresterie.

Terres de liens les soutient"Leur arrivée s'est fait dans un cadre particulier, la volonté était de réintroduire une activité agricole en zone périurbaine, pour alimenter en légumes les cantines et crèches de l'agglomération. Pendant deux ans, les deux exploitants ont continué à percevoir des prestations sociales tout en développant leur projet agricole, rappelle Marie Moulènes, élue au Grand Périgueux. Aujourd'hui, Thomas et Rémi exploitent six hectares et le nombre de serres a considérablement grossi. " Pour s'installer en agriculture, le problème numéro 1, c'est l'accès au foncier, surtout lorsqu'on n'est pas du miiieu et qu'on s'installe en hors cadre familial. La prochaine échéance, c'est septembre. Les deux jeunes maraîchers ont la possibilité de pérenniser leur exploitation grâce à  l'association Terres de liens. Cette association aide les paysans à s'installer, grâce à de l'épargne solidaire, et oeuvre ainsi en faveur de l'économie locale. Les fonds sont directement affectés à l'achat de terres et de fermes pour y installer des jeunes producteurs en bio ayant fait le choix d'une agriculture de proximité et la vente en circuits courts. En septembre, le Grand Périgueux cèdera à Terres de liens les 6 hectares de terres du Chambon, les serres et le matériel d'irrigation pour un montant de 45 000 euros. La soirée de mercredi était destinée à lancer la campagne de financement. Quant à Rémi et Thomas, ils ont aujourd'hui très bon espoir de voir leur activité se pérenniser et enfin pouvoir se dégager deux  vrais salaires d'ici un an.

Contact : aquitaine@terredeliens.org  09 70 20 31 32

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Publié sur aqui.fr le 03/07/2016