Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Environnement | Entre les lignes: Un Petit livre du climat pour préparer l'avenir

Frédéric Dufourg

Pourrons-nous vivre demain comme nous le faisons aujourd'hui ? La question fait peur, mais mérite d'être posée. Dans son Petit Livre du Climat (l'Esprit du temps, juin 2016) coécrit avec Patrice Martin, Frédéric Dufourg s'interroge sur l'imminence du changement climatique, et sur ses conséquences sur la vie humaine. Riche en idées innovantes, hostile à tout défaitisme, l'ouvrage relève le défi d'une écriture pédagogique. Objectif principal pour l'auteur : éveiller, expliquer, et préparer l'après.

« J'ai voulu faire un livre facile d'accès, un peu comme le petit livre rouge de Mao » commence Frédéric Dufourg, rieur, avant de tempérer : « Je ne suis pas maoïste. Mais je voulais faire un livre simple, usuel » Pour le Petit livre du climat, le journaliste et éditeur installé à Bazas a fait de la clarté sa priorité. Et pour cause : faire passer son message est pour lui indispensable. « Le changement climatique est un défi bien plus vital que les gens ne le croient » s'anime-t-il « On a tendance à le minimiser parce qu'il n'arrive pas immédiatement, là tout de suite. D'une certaine manière, les gens sont tenté de penser « C'est dans trente ans, on s'en fout » Mais il s'agit d'une étape cruciale, même si elle paraît lointaine ».

Comme beaucoup de scientifiques, Frédéric Dufourg ne pense plus aujourd'hui que le changement climatique puisse être évité. L'important est de s'y préparer – en cessant, si possible, de s'enferrer dans les mêmes erreurs. C'est en cela que le livre porte une mission : celle d'aider à comprendre le changement qui vient plutôt que de se réfugier dans la peur ; de montrer, aussi, qu'une autre vie est possible. C'est là l'épine dorsale de ce petit manuel, qui, chapitre après chapitre, analyse en détail les effets de cette métamorphose sur l'organisation humaine.

« Le progrès viendra du Tiers-monde »Tous les aspects de la vie quotidienne sont abordés. De l'écoconstruction à l'alimentation, touchée selon les auteurs par la « folie de la mondialisation », en passant par l'énergie et les transports, le livre propose un éventail de solutions alternatives. Avec, toujours, une idée directrice : revenir à un mode de vie simple, plus proche de nos besoins, n'a jamais été aussi nécessaire. Le propos se double d'une étude, chiffres du ministère de l'Environnement et du GIEC à l'appui, de l'histoire du changement climatique – amorcé au 19e siècle avec l'exploitation du charbon. Et se fait parfois politique.

« La France a souffert d'immobilisme. Dans bien des domaines, elle est en retard», souligne Frédéric Dufourg, pour qui les comparaisons européennes se font souvent à notre désavantage : l'Espagne nous devance sur la réhabilitation des logements, la Slovaquie se dote de champs éoliens colossaux, l'Allemagne exploite le transport fluvial alors que les canaux français restent, eux, relativement délaissés. Il diagnostique une réticence du pays, freiné à la fois par le poids de l'industrie en place et par son incapacité à prendre pleinement conscience des enjeux. « Nous sommes en train de nous faire doubler par le Tiers-monde. Ces pays innovent bien plus que nous aujourd'hui. C'est par eux que viendra le changement »

 Le ton n'est pas catastrophiste pour autant. Plutôt que de déclin, le livre parle de défi « Il vaut mieux préparer le jeune public » insiste Frédéric Dufourg. La portée du livre, il le revendique, est surtout éducative. Son passé enseignant et ses publications antérieures, toujours liées à la citoyenneté, qu'elles parlent d'Europe, de diplomatie ou d'hymnes nationaux, le confirment. « Je suis encore persuadé que si l'on veut améliorer le monde, ce sera par l'éducation » Bordeaux Métropole, qui a choisi de fournir son livre à ses enseignants dans le cadre de Juniors du Développement durable, semble l'avoir entendu.

Joséphine Duteuil
Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Frédéric Dufourg

Publié sur aqui.fr le 12/07/2016