Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Hamon-Valls : des réactions en attendant dimanche

1

Au lendemain d'un premier tour qui a placé Benoît Hamon en tête et en position favorable pour le second quelques réactions d'élus sont révélatrices du débat qui s'annonce, assurément vif entre les deux hommes ce mercredi. Déjà Manuel Valls avait donné le ton dans un discours très offensif dimanche pointant "les promesses irréalisables et infinançables de son adversaire" et se posant, lui, en homme d'expérience pour être président. Benoît Hamon tiendra sûrement, comme il l'a fait jusque là, la ligne du renouvellement idéologique du PS. Car on l'a compris c'est aussi son avenir qui se joue dans cette primaire. Exemples de réactions d'élus socilalistes en Gironde.

Gilles Savary : député de la 9° Circonscription de la Gironde

"Le résultat de ce soir est l'aboutissement réussi de la feuille de route des « frondeurs », qui a consisté à brouiller le message gouvernemental, à mener une guérilla permanente contre la majorité parlementaire, à contraindre François HOLLANDE de se retirer, et si possible à éliminer Manuel VALLS du paysage politique.

"Benoît HAMON y a ajouté un détournement de Primaire en Congrès incontestablement attrayant et qui a joué avec succès sur la corde sensible des valeurs de gauche, en faisant l’impasse sur la rigueur d’un programme présidentiel crédible et applicable dès juin prochain. Ce faisant, comme Arnaud MONTEBOURG et la plupart de ses soutiens, il joue manifestement plus le contrôle du parti que la présidentielle. Ce sont donc deux gauches qui émergent de ce premier tour : une gauche de congrès et d’appareil, et une gauche gouvernementale.

"C’est ce dilemme qui se posera au second tour dimanche prochain. Il y a finalement deux enjeux à l’élection de dimanche prochain : Il décidera de la nature du Parti Socialiste, entre parti de protestation et d’opposition à vocation minoritaire, ou parti à vocation gouvernementale en continuité des Mitterrand, Jospin, Hollande. Mais la question essentielle sera de savoir si le Parti Socialiste et la Gauche sont disposés, pour des raisons stratégiques à prendre le moindre risque d'ouvrir la porte du second tour de l'élection présidentielle à Marine Le Pen et d'exposer la France à un accident de l'Histoire."
"

Michèle Delaunay députée de la 2° circonscription de la Gironde

"Le revenu universel, outil de clivage ou possibilité de se rapprocher? Benoît Hamon a remporté la première manche de nos primaires. Campagne claire autour d’une proposition phare, très discutée depuis plusieurs mois dans les médias et le public, voilà qui me confirme s’il en était besoin qu’il faut identifier un candidat à une proposition que tout le monde soit en capacité de nommer.

" En réalité le revenu universel est un concept à multiples dimensions comme à multiples entrées. Je dis tout de suite que je suis favorable à un revenu universel qui lisse les différentes allocations sociales, qui en simplifie la connaissance par le public et donc facilite l’accès aux droits dont nous savons qu’il est loin d’être satisfaisant.

" Je l’ai écrit dans un billet précédent : je suis au contraire très réservée sur un revenu universel qui porte en lui la résignation à la raréfaction du travail et donc à un chômage de masse. Bien davantage, je porte l’assurance que d’autres formes de travail se feront jour, et la volonté de voir d’autres secteurs s’ouvrir largement (silver économie dans son volet humain d’aide à la personne comme dans son volet entrepreneurial autour du du numérique, économie « verte », nouveaux modes de transport…).

"Réservée également car le revenu universel XXL ne favorisera pas le travail des femmes. Combien d’entre elles, qui ont de petits salaires, seront amenées à rester à la maison pour assurer le soin et la garde des enfants. Combien d’entre elles qui aujourd’hui trouvent une place valorisante (par exemple dans les hôpitaux où il n’existe ni racisme ni discrimination), n’auront plus les mêmes possibilités d’inclusion et de libre pratique de notre langue si elles restent chez elles ?)

"Réservée enfin, parce que je crois que cette valeur fondamentale de la gauche qui est l’émancipation par le travail y perd de sa force. De même, en marxisant un peu mon discours, nous y perdons le sens profond de la lutte du travail contre le capital."

Jean-Marie Darmian, Vice président du Conseil départemental

" En plaçant Benoît Hamon en tête du scrutin, avec 36% des suffrages exprimés, les électeurs des primaires ont adressé un message clair, le choix d'une gauche solide sur ses valeurs, lucide sur le défi social-écologique, porteuse d'une Europe refondée, et innovante sur ses solutions d'avenir.


"Nous nous réjouissons qu'Arnaud Montebourg, qui a porté des idées fortes et des réponses justes sur l'économie et la mondialisation, ait exprimé un choix clair en sa faveur. Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser nombreux pour lui donner, la force, demain, de rassembler les gauches que nous n'avons jamais cru irréconciliables -et les débats l'ont montré- et, après-demain, l'énergie pour conduire la France vers une société plus juste, plus forte et plus durable.
Dès lundi, personnellement, nous nous engageons, et appelons tous les socialistes, à se rassembler autour du candidat élu, et à s'ouvrir aux autres forces de gauche. "

Sandrine Doucet, députée de la 1° circonscription de la Gironde

« La gauche et tous les progressistes doivent choisir un Président pour les années à venir déclare Sandrine Doucet, députée de la 1° circonscription de la Gironde. " Celui qui conduira la destinée du pays devra affronter les enjeux politiques mondiaux, l’avenir de l’Europe, et oeuvrer pour la lutte contre les inégalités, dans un contexte difficile. C’est d’expérience qu’il faut parler. Viendra, pour nous les socialistes, le temps des congrès et des débats internes; nous en avons la pratique.

"C’est pourquoi, avec les Secrétaires de section du Parti Socialiste de la Première circonscription, j‘appelle à voter Manuel Valls, le 29 janvier, pour le second tour de la primaire de la gauche"

la rédaction
la rédaction

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 23/01/2017