Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Succès en vue pour les Assises de la transition énergétique

1

La capitale régionale, est à l'image d'une bonne partie du reste du territoire français: touchée par un pic de pollution qui peine à se dissiper. Au point que la ville essuie d'ailleurs quelques mesures d'urgence liées à cette pollution : message de prévention et limitations de la vitesse abaissée de 20km/h, notamment sur la rocade qui l'encercle. Mais, dans la ville qui vise à être un des premiers territoires à énergie positive d'ici à 2050, comme l'a rappelé son Maire, il en a finalement été peu question lors de l'ouverture de ce grand rendez-vous organisé en partenariat avec l'ADEME et la Communauté urbaine de Dunkerque. Pour les 3 jours à venir, échanges, réflexions et discussions, semblent donc résolument placés sous le signe de l'optimisme autour du thème « Transitions : un champ des possibles pour les territoires ».

Quelle que soit la qualité de l'air bordelais, ou encore le climato-sceptissisme du tout nouveau Président de la première puissance mondiale, au sein du Palais des congrès les trois organisateurs des Assises étaient ravis. Alternativement organisées à Bordeaux ou à Dunkerque, la deuxième édition bordelaise des Assises a en effet, fait carton plein. 3400 visiteurs inscrits : un record. Record aussi du côté des contributions proposées pour faire partie du programme des ces 3 journées, note Anne Walryck, également satisfaite de voir « une audience beaucoup plus élargie, au regard du grand nombre de régions françaises et collectivités européennes représentées ».

Au total, durant ces 3 jours, plus d'une centaine de rendez-vous dont 15 plénières mais aussi des ateliers, des forums ou encore des visites de terrain rythmeront ces Assises bordelaises, tout en abordant les grandes tendances porteuses de transformations de la société et les enjeux rencontrés par les collectivités territoriales autour des ces questions énergétiques et des thématiques corollaires que sont les transports, l'urbanisme, l'économie, les nouvelles technologies, les nouvelles solidarités et coopérations, etc... Au total « une saine et amicale émulation », selon les mots de l'hôte de l'évènement Alain Juppé.

Les collectivités au premier rangOptimisme aussi car, il y a deux ans, c'est à l'occasion de ces Assises qu'avait été lancé « l'Appel de Bordeaux » portant la voix des collectivités en faveur de la signature du traité de Paris lors de la Cop 21. Un traité qui plus est « ratifié en un record historique de moins d'un an » a quant à lui souligné Bruno Lechevain, le Président de l'ADEME. « Un grand pas qui plus est confirmé par la Cop 22 », tenue pourtant après l'élection de Donald Trump, souligne Alain Juppé par ailleurs convaincu, avec les autres participants, que ce sont « les communautés de communes, les villes, les régions, les départements, les territoires qui sont en première ligne pour agir en matière de transition énergétique. Ce sont elles qui portent les mesures nouvelles, les expérimentions à grandes échelles, les innovations publiques ou privées »
Face à d'éventuels volte-face d'Etat(s) sur les engagements pris au niveau international, le Président de l'ADEME va plus loin encore dans l'expression de sa confiance dans ce mouvement vers un nouveau modèle énergétique. Selon lui : « la transition énergétique va se rendre irréversible de par la volonté de la société civile, une sorte de révolution douce, et par l'ensemble des collectivités qui l'imposeront à nos Etats. »

Une opportunité plutôt qu'une contrainteL'idée est donc belle et bien commune à l'Ademe, à Bordeaux et à Dunkerque que « la transition énergétique n'est pas une contrainte, mais une opportunité ». « Opportunité écologique, opportunité pour la santé mais aussi une opportunité pour l'économie et l'emploi, opportunité d'innovation financière » liste Alain Juppé, rappelant au passage que « les énergies renouvelables concernent 160 000 emplois en France, 350 000 en Allemagne, 8 millions sur la planète et 25 millions en 2030 si l'on poursuit ainsi ».
Un intérêt fort pour ce secteur d'ailleurs concrétisé ces jours-ci à Bordeaux, puisque le Carrefour des métiers de la transition énergétique organisé au sein des Assises, compte 1000 inscrits pour 200 offres d'emplois et de stages au sein d'une quinzaine d'entreprises, mais aussi une dizaine de tables rondes et ateliers d'information métier ou orientation sur ce large secteur.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 25/01/2017