Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Biarritz: la ministre n'a pas fait de vagues

Laura Flessel sur la plage de Biarritz

Les organisateurs de ces Mondiaux de surf, la Ville de Biarritz et la Fédération française de surf auront été heureux de combler ce jour sans vague grâce à la visite de la Ministre des Sports. Certes très médiatisée mais en phase avec l'esprit du surf. Décontractée, souriante, fort coopérative avec les médias et ravie d'être en adéquation avec ce sport hors du commun qui fera son entrée aux Jeux Olympiques de Tokyo. Bref en phase avec sa nouvelle mission.

Hier, en fin de matinée, en raison de la visite de la ministre des Sports Laura Flessel, le secteur de la grande plage de Biarritz était encadré de neuf camions de CRS. En cette station impériale de la Côte basque, se tiennent les Mondiaux de surf avec la participation de 47 nations et 250 compétiteurs qui se disputent jusqu'à dimanche. Une rencontre hautement symbolique dans la mesure où le surf est pour la première fois programmé aux prochains Jeux de Tokyo et s'associe également à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques. La rencontre de deux nouveautés donc avec cette championne olympique qui vient d'être nommée ministre des Sports, qui a rappelé qu'originaire de Guadeloupe, la glisse et son développement ne lui était pas étrangère et en a déjà profité pour glisser quelques messages: le sport plus encore lien social est un élément de santé indispensable, notamment dans la lutte contre l'obésité.  

A son arrivée, sous la conduite du président de la Fédération française de surf, Jean-Luc Arassus, elle a pu visiter le site réservé aux compétiteurs. Un site qui court le long du promenoir qui borde la Grande plage jusqu'à l'Hôtel du Palais ainsi que sur la terrasse du casino municipal où officient les juges et où sont installés les nombreux médias. Autant d'infrastructures qui l'ont impressionnée et montrent la maturité d'organisation de ce sport. 

Ensuite, l'équipe de France lui a été présentée, équipe qui avait déjà remporté un titre par équipe mais jamais en individuel. Avec cette fois  la martingale pour l'espoir français Jérémy Flores qui vit sa onzième saison chez les Pros! Sans titre? Que nenni!!  La championne Pauline Ado, originaire de la Côte basque a ouvert les hostilités lundi dernier et a été couronnée d'un premier titre mondial. La ministre aurait bien aimé féliciter la jeune femme mais celle ci s'est absentée dès le soir de sa victoire car elle disputait une compétition à Fidgi.

La ministre avec l'équipe de France

En guise de surf, du paddle-board

L'idéal eut été que la ministre participe ensuite à une des séries de la compétition. Mais dans cette discipline c'est la nature qui commande et en raison d'une absence totale de vagues, elle a donné le départ d'une manche qualificative de... paddle board, devenu très tendance ces dernières années et qui consiste à se déplacer, debout sur une planche et armé d'une rame. On était loin des vertiges de la vague voisine de Belharra, elle aussi en sommeil.
La ministre des Sports sera restée quatre heures en bordure de plage et aura pu constater que ce 25 mai, sous un soleil de 35° et une foule immense rassemblée sur la plage Biarritz vivait son célèbre 15 août.
Enfin, la ministre devait retrouver, avant son retour à Paris, un peu de fraicheur au jaï alaï d'Aguilera  où elle rencontrait de jeunes joueurs de pelote, le sport national du Pays basque, et  le champion légendaire de cesta punta Eric Irastorza...
Quant aux vagues afin de reprendre la compétition, elles étaient attendues en début de soirée... Ou alors le lendemain... En réalité, cette visite ministérielle très médiatisée a permis de sauver la journée dans la bonne humeur. Et de prendre date aussi. Car le président de la Fédé de surf, Jean-Luc Arassus qui a eu le courage de choisir Biarritz pour ces championnats du monde ISA quand la Fédération a son siège dans les Landes, comptait bien aussi faire prendre date à fleurets mouchetés à Laura Flessel, pour que Biarritz soit retenue si Paris remportait la timbale. La carte postale était si belle en ce jeudi après-midi.

Enregistrer

Enregistrer

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Publié sur aqui.fr le 26/05/2017