Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Agriculture | A Bellac (87), Tech-ovin se tourne vers l'avenir

Claude Souchaud, chemise blanche,éleveur et président de Tech-ovins

Chez les éleveurs de moutons de France et de Navarre, Tech-ovin organisé tous les deux ans à Bellac en Haute-Vienne, est devenu un rendez-vous professionnel incontournable. La 10e édition a lieu les 6 et 7 septembre. La filière ovine souhaite montrer à travers cette manifestation, qu'elle veut s'inscrire dans une dynamique et répondre aux attentes du consommateur tout en permettant aux éleveurs de vivre de leur métier. La manifestation se veut résolument tournée vers l'avenir, celui des générations futures. Entretien avec Claude Souchaud, président de la manifestation.

@qui.fr : Pouvez vous nous présenter en quelques mots la manifestation tech-ovin qui a lieu les 6 et 7 septembre à Bellac
Claude Souchaud, président de la manifestation : Il s'agit du plus important rendez-vous professionnel de la filière ovine en France, né il y a vingt ans. Tech-Ovin est organisé tous les deux ans et nous accueillons ici à Bellac, en Haute-Vienne, 15 000 personnes dont une grande majorité d'éleveurs et de techniciens de coopératives ou d'organismes. Notre manifestation est reconnue au niveau national et aussi international car nous accueillerons cette année une vingtaine de délégations. Notre nombre d'exposants est en progression pour cette dixième année. Pendant deux jours se succèderont des conférences, des rencontres, des animations autour de plusieurs thématiques que sont l'innovation, la recherche, la commercialisation avec comme fil rouge, le renouveau. 

@qui.fr : Comment se porte la filière ovine en Nouvelle-Aquitaine et quels en sont les principaux enjeux ?
Claude Souchaud :
En Nouvelle-Aquitaine, la filière ovine, c'est 5500 éleveurs de plus de 50 brebis, soit 1, 5 million de brebis. Le cheptel régional représente 26 % du troupeau ovin français. La production laitière représente 40 % de la production avec la fabrication de fromages, principalement en Pyrénées-Atlantiques et en Poitou-Charentes et 60 % concerne la production viande. A travers une telle manifestation, nous souhaitons montrer que la filière ovine souhaite s'inscrire dans une dynamique régionale, de la montagne aux régions de plaines. Dans une période, où de nombreuses productions agricoles sont en crise ou en difficulté nous souhaitons démontrer que cette filière a un avenir. Il y a un réel potentiel.  Bien sûr, nous devons faire face au premier des enjeux, celui du renouvellement des générations. C'est crucial. Nous accueillerons un millier de jeunes en formation agricole, issus des différents établissements de la Nouvelle-Aquitaine, mais aussi d'Occitanie avec le lycée agricole de Sainte-Afrique ou encore de la région Centre Val de Loire. Le deuxième enjeu est à la fois sociétal et économique. En Nouvelle Aquitaine, la filière ovine commercialise ses viandes ou ses fromages sous signes officiels de qualité : on peut citer l'agneau du Périgord, ou l'agneau de Pauillac. Il y a sans nul doute des complémentarités à créer. Dans un même temps, en tant qu'éleveurs, nous devons répondre aux attentes du consommateur, tout en obtenant la garantie d'un revenu décent. La filière ovine travaille sur son renouveau et présentera sur Tech Ovin les actions mises en oeuvre pour la mise en valeur de la viande d’agneau après du consommateur.

 @qui.fr : Quels seront les principaux temps forts de cette édition 2017 ?
Claude Souchaud :
Cette année, nous avons deux bonnes nouvelles, une hausse du nombre d'exposants, de l'ordre de 20 %, et un développement de l'international avec une vingtaine de délégations reçues. Parmi les temps forts, je citerai les sessions d'accueils d'actifs qui seront organisées pendant les deux jours. Les éleveurs qui souhaitent transmettre leur exploitation pourront rencontrer ceux qui ont un projet d'installation. On peut parler de speed dating de l'installation. Plus de 70 conférences sont programmées. Nous aborderons le mercredi après-midi, l'innovation territoriale au service du renouvellement des générations avec des exemples concrets. Parmi eux, celui de la création de la bergerie communautaire financée par les collectivités qui ont ainsi permis l'installation d'un jeune couple à Campagnac les Quercy en Périgord noir, au cours de l'été 2015. Le jeudi 7, nous proposerons un état des lieux  et des perspectives de développement pour les filières biologiques ovins viande et ovins lait en Nouvelle-Aquitaine. Même s'il s'agit d'un rendez-vous professionnel, nous n'oublions pas les animations. On peut citer par exemple, le pôle des métiers de la laine, celui des chiens de troupeau et bien sûr un concours de tonte de mouton qui réunira les meilleurs concurrents français et européens. 

Programme complet, renseignements et inscriptions sur http://www.techovin.fr/

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Tech-Ovins

Publié sur aqui.fr le 29/08/2017