Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Bayonne: le lycée de Seaska inauguré

Alain Rousset

Ce samedi 16 septembre restera comme un grand moment dans l'histoire de l'association Seaska qui, à côté de l'enseignement public et de l'enseignement privé confessionnel, prend une part importante à la sauvegarde et au renouveau de la langue basque. En effet, sur Les Hauts de Sainte-Croix à Bayonne, était inauguré le lycée "Bernat Etxepare" qui accueille, pour sa première rentrée 299 lycéens, dans un ensemble de qualité au financement duquel le Conseil régional, dont on rappelle qu'il dispose de la compétence "lycées", a pris une part essentielle.

Rien d'étonnant à ce que son président, Alain Rousset, soit venu participer à cette inauguration, aux côtés notamment de Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne et président de la Communauté d'agglomération du Pays Basque et en présence de la grande famille de Seaska et de son président Pascal Indo. Les trombes d'eau qui ont accompagné cette inauguration n'ont pas douché l'enthousiasme des participants dont nombre de parents et grands parents qui, pour la circonstance, ne pouvaient que parler l'euskara, heureux de mesurer le chemin parcouru depuis que Seaska, aujourd'hui fédération des trente quatre ikastolas du Pays Basque, a vu le jour en 1969. Une autre époque où l'enseignement de la langue basque, de surcroît en immersion, semblait plus qu'incongrue: un dangereux retour en arrière. Il faut se souvenir, aussi, du contexte politique de ces années, et de bien d'autres qui ont suivi, et savoir que Seaska devait beaucoup au soutien venu de l'autre rive de la Bidassoa.

Le nombre de locuteurs augmente

Ce lycée va donc prendre sa part au renouveau de la langue et former des bacheliers dont, évidemment, le souhait de beaucoup sera d'enseigner à leur tour. Et Pascal Indo de se projeter à son tour, en soulignant que les 330 enfants inscrits en petite section de maternelle lors de cette rentrée dans les ikastolas sont autant de collégiens et bacheliers futurs. Une évolution remarquable au sein d'un mouvement important dont M. Prévôt le principal du collège Marracq de Bayonne, qui a reçu Aqui ce samedi aussi, rappelle le rôle que l'Education nationale joue et est appelée à jouer dans cette évolution. Et le président du Conseil régional de placer, résolument, son propos à hauteur des enjeux majeurs à ses yeux pour l'avenir des jeunes et d'un territoire: " le plurilinguisme dès le départ des apprentissages est une chance intellectuelle, culturelle, donnée à nos enfants.

Le travail que nous menons ensemble - et de saluer au passage le rôle joué par Mathieu Bergé, conseiller régional et vice-président de l'Office public de la langue basque - et que vous avez initié ici est une vraie réussite; nous avons aujourd'hui un nombre de locuteurs qui réaugmente et pour moi qui suis un décentralisateur radical la langue fait partie de la décentralisation...La création de la collectivité d'agglomération va permettre, en outre, une solidarité entre toutes les communes, leurs richesses et leur développement." Des paroles qui ne pouvaient que résonner doucement à l'oreille de Jean-René Etchegaray, le président de la communauté pays basque, lequel en accueillant Alain Rousset avait rappelé que la création de ce lycée n'avait pas été "un long fleuve tranquille", depuis le projet initial envisagé à Biarritz jusqu'à cette implantation au coeur "du Bassin de vie", à deux pas du département des Landes mais aussi à proximité immédiate du noeud autoroutier de Bayonne et des transports urbains.

"La région a fait un effort considérable - apport de 7,2 millions d'euros - et il a fallu travailler dans l'urgence. Il y a trois ans ce n'était pas si facilement imaginable de pouvoir aboutir à la réalisation qui accueille maintenant ces 300 élèves - 400 pourront être scolarisés - qui disposent de conditions d'études idéales dans un lycée neuf et bien équipé." Des locaux, en effet, flambant neufs et conçus pour cet établissement, lycée général et professionnel. Des locaux complétés par un internat et un gymnase multisports, à faire bien des envieux, mais des murs et des salles qui s'agrémenteront de quelques équipements et couleurs bienvenus pour le finacement desquels Seaska poursuit sa campagne d'appels à dons de façon singulière, depuis l'automne passé, par l'invitation faite à acquérir un pommier, moyennant un don de 30, 50 ou 100 euros. Un arbre qui pourra être planté chez soi ou confié au "verger de l'euskara". Personne ne s'étonnera qu'à l'heure de fêter l'événement le jus de pomme et le cidre basque aient été de la partie.

Joël Aubert - Piotr Czarzasty
Joël Aubert - Piotr Czarzasty

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 17/09/2017