Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Des outils de développement pour la filière cuir en Nouvelle Aquitaine

Lors de l'inauguration de la 5e édition des Portes du cuir

Les Portes du cuir qui ont eu lieu, les 29, 30 septembre et 1er octobre représentent un temps fort de la filière cuir luxe textile, l'une des douze filières prioritaires dans la stratégie régionale en matière de développement économique. La Région apporte un soutien majeur aux entreprises du secteur qui représente 4800 emplois dans plus d'une centaine d'entreprises en Nouvelle Aquitaine. Lors de l'inauguration, Alain Rousset a annoncé aux professionnels la mise en place d’outils de financement en commun avec la banque publique d’investissement, en relation avec le Centre national du cuir.

Pendant trois jours, du 29 septembre au 1er octobre, les Portes du cuir ont accueili à Nontron, 70 stands présentant des entreprises du cuir et de luxe de renommée internationale, le savoir des artisans, des créations, et les centres de formations à ces métiers. On peut se former à Thiviers, à Clairvivre, à Eysines, à la Roche sur Yon. Ces métiers recrutent : l'industrie du cuir s'est complètement relancée depuis une petite vingtaine d'années avec un positionnement haut de gamme ou sur le luxe. Depuis plusieurs années, la Région, s'est mobiliséee autour des entreprises pour aider à la création d'un cluster cuir. Lors de l'ouverture des Portes du cuir, Laurent Duray,PDG de la Sellerie Nontronnaise CWD et à la tête de ce cluster appelé Réso'cuir a fait un premier point sur les effets de ce travail en commun de la filière.  " Nous regroupons actuellement cinquante entreprises, au terme de moins d'un an existence. Nous sommes dans une logique de travail en commun, de mutualisation sur plusieurs aspects, notamment la formation avec la création du pôle des métiers du cuir et du luxe à Thiviers, avec l'aide de la Région, les ressources humaines. Il y a déjà eu des effets positifs, par exemple la reprise de la mégisserie Colombier de Saint-Junien qui a permis de sauver vingt emplois." Ce cluster s'appuie sur trois axes : le pôle formation de Thiviers, le pôle d'excellence rural qui structure l'approvisionnement en matières premières et enfin la manifestation des Portes du cuir, qui se veut à la fois un rendez vous professionnel et grand public, destiné à la promotion des ces métiers et de ces savoir-faire. La région Nouvelle Aquitaine est la deuxième région française où l'on compte le plus d'entreprises du secteur, derrière l'Ile de France.  En France, la filière représente 9400 entreprises pour 130 000 emplois, 25 milliards d'euros de chiffre d'affaires dont 10 milliards à l'exportation, précise le président du Centre national du cuir.

Une superbe exposition sur la rencontre du bois et du cuir

"Les Pme manquent de fonds propres, c'est le rôle de la Région de les aider"

Alain Rousset, le président de la Région, a profité de sa venue à Nontron pour annoncer aux professionnels  du secteur quelques bonnes nouvelles. "Bien souvent, ces PME manquent de fonds propres dans des étapes clefs de leur vie d'entreprise, lors d'une phase de développement, lors de la préparation d'une transmission, c'est le rôle de la Région de les aider." Le rôle de la Région est double : accompagner les formations adaptées au secteur, et aider les entreprises à recruter et à faire reconnaître l'excellence de leur savoir-faire. Les solutions envisagées,  cela peut être de l'aide à l'investissement, à la recherche au développement, une avance remboursable. Considérant que la France a besoin d'une véritable stratégie industrielle,  Alain Rousset souhaite aller plus loin dans l'accompagnement des entreprises. "Ce sont des sources de développement économique, sources d'attractivité et surtout d'emplois non délocalisables,  ces emplois sont principalement situées dans le triangle magique Saint Junien- Nontron- Thiviers-Montron à cheval sur les trois anciennes régions." Il annoncé la mise en place d'outils de financement en commun avec la banque publique d'investissement, en relation avec le centre national du cuir. Cela se traduirait à terme par la création d'un fonds de 150 millions d'euros auquel participerait la BPI. Des annonces plus précises sont attendues d'ici la fin de l'année. 

 

 

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Publié sur aqui.fr le 04/10/2017