Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Entre tradition et ouverture, le Carnaval Biarnés garde son extravagance !

Le Roi Sent Pençard et son épouse Carronha - Festival Biarnés

On ne voudrait pas gâcher le suspens, mais à la fin, le roi Sent Pançard, accusé d'avoir causé tous les malheurs de l'année, finit comme toujours, au bûcher. Sur les marches du tribunal, ses juges partiaux et corrompus décideront d'appliquer sur le champ leur sentence. Mais avant ça, le Roi du carnaval béarnais, en aura sacrément bien profité, et les palois avec lui. Sent Pençard, collier de saucisses autour du cou et adorateur du Dieu des porcs, c'est la débauche, les vices, la moquerie, la dénonciation, le grotesque, mais aussi la rébellion contre toutes formes d'autorité. Avec Sent Pençard comme Roi, le Carnaval Biarnés est le lieu de tous les possibles, avec pour mot d'ordre cette année, « Cridar ». Crier les joies, les peines, les révoltes, les plaisirs et les espoirs. Et vu le programme concocté par l'association Carnaval Pantalonada, les visiteurs pourront s'en donner à cœur joie !

Exilé en Aragon, « Sant Pançard est bientôt de retour !», le bruit court déjà dans toute la capitale béarnaise. Il s'est mis en route le 20 janvier depuis Anso dans le Haut Aragon où un groupe d'éclaireurs béarnais était parti le chercher. D'autres iront à sa rencontre le 26 janvier à Accous, en Vallée d'Aspes...
Les festivités vont alors pouvoir bientôt commencer à Pau avec leurs rendez-vous traditionnels, mais pas immuables, qui mettent à l'honneur toute la clique excentirque de personnages qui entourent le Roi tant attendu. Nouveauté cette année, c'est le quartier du Hédas qui sera le royaume privilégié de Sent Pançard et de sa cour. Un quartier mis en scène, en lumières et en projections par les créateurs bricoleurs et rêveurs de La Rotule dans une ambiance « féerique et festive ».

La tradition du Carnaval ne se conserve pas au formol
Dans ce décor revisité, la sombre Carronha, l'épouse du Roi toute de noire vêtue, organisera sa soirée le vendredi 9 février, entourée d'une troupe éphémère d'artistes de rue, mais aussi des concerts avec pour invités de marque La Caravane Passe et La Dame Blanche, preuve que patrimoine et modernité vont de paire au Festival Biarnés !

La veille, déjà dans les rues du Hédas, aura été célébrée comme il se doit, la Nueit de l'Ors (Nuit de l'ours). Comme chaque année, avec le retour annoncé du printemps, les Ours sauvages et brutaux, et portant hauts et fiers leur virilité, se sont réveillés. Les chasseurs et les Rosetas entreront en jeu à 20h30 pour se lancer dans une chasse à l'ours dans les rues du quartier. Autant d'acteurs, chanteurs, et danseurs d'un soir accompagnés dans la mise en scène, par la compagnie Jour de fête, qui apporte son regard professionnel sur les événements et créations théâtrales de ce carnaval 2018.
Preuve encore que la tradition du carnaval biarnés ne se conserve pas au formol, en lieu et place d'un conteur, c'est cette fois un slameur, Bruno Viougeas, qui interviendra en pleine chasse à l'ours pour interpeller acteurs et public. Une soirée très animées pour laquelle les organisateurs promettent aussi « une surprise lugubre et sauvage ». Le programme d'ailleurs précise « soirée réservées aux adultes consentants »... L'esprit débauché de Sent Pançard sera bien là...

Le ping-pong bal édition 2017


Roi rôti en place publique et "ping pong bal"
Samedi 10 février, viendra ensuite « la Sega » ou l'épisode des barricades montées par les notables (derrière l'Eglise Saint-Martin, boulevard des pyrénées) qui refusent le retour de Sent Pançard dans son royaume. Vain combat pour ceux-là, déjà le Roi et sa garde rapprochées de « Palhassas », Paillards très enrobés sous un chapeau de paille, poursuivent leur route conquérante dans un grand défilé, grotesque et spectaculaire, jusqu'à la Mairie pour en récupérer les clefs. Mais déjà l'ombre des juges, partiaux, corrompus et un brin expéditifs, grandit; la procession païenne et colorée se dirige place de la Libération où s'organisera le Procès du roi (17h30), en occitan forcément, retransmis et traduit en direct sur les réseaux sociaux (modernité quand tu nous tient !), quand, sur place, une diffusion du texte en bilingue sur des panneaux lumineux permettra de suivre les dialogues. La crémation, aura lieu une heure plus tard, place Récaborde, aux Hédas... Un feu pour le plus grand plaisir du personnage blême et puritain, Quarèsma, qui voit ainsi venir avec bonheur le Carême, sans viande et sans vin, bien loin des outrecuidances du Roi rôti en place publique.
Pour autant pas de tristesse pour ses fidèles sujets et serviteurs ; ils savent bien qu'il reviendra l'année prochaine ! Alors, dès le samedi soir, place au Grand bal de Carnaval, qui réunnira sous des chaptieaux chauffés place Récaborde, des musiques à danser d'ici et d'ailleurs. Au programme un "ping-pong bal" entre 4 musiciens de 4 cultures différentes, suivi de deux concerts, faits aussi pour danser.  La fête se poursuivra le dimanche 11 janvier au rythme d'un marché des producteurs, de contes racontés, d'un bal gascon, puis d'un dernier bal « gasconcubin » par le groupe Le peuple de l'étincelle.

La friperie du Carnaval
A noter, Carnaval Pantalonada qui organise le festival prévoit le 3 février, une friperie du Carnaval (place du Foirail), pour pouvoir se déguiser à moindre frais, ou échanger ses anciens costumes, le tout bien sûr dans une ambiance de musique et de danse. Quant aux plus jeunes, Le carnaval des écoles se tient le 1er février, avec comme les grands, un défilé, une remise des clefs, un procès écrit et joué par les élèves des collèges de Calendreta et de Pierre Emmanuel, et forcément le bûcher qui l'accompagne. Deux procès et deux bûchers pour un même roi, Sent Pançard aura bien de quoi crier !

Evènement entièrement gratuit

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : unuaiga

Publié sur aqui.fr le 24/01/2018