Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Budget 2018 dans les Landes, entre fondamentaux, innovations et divergences politiques

Budget2018Landes

Après un hommage silencieux au courage du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, la session budgétaire du Conseil départemental des Landes a pu démarrer lundi matin par l'examen d'un volet essentiel, celui de la solidarité (55% du budget global, soit 262 millions d'euros) avec l'annonce d'un projet pour les adolescents autistes. Si l'opposition de droite et du centre a reconnu par la voix d'Alain Dudon « les efforts fournis en matière sociale », les divergences se sont logiquement poursuivies mardi avec la majorité socialiste sur le secteur économique. Parfois un peu tendu.

Le débat sur les orientations budgétaires début février avait déjà fait le tour des grands chiffres de ce budget 2018 de 478M€ alliant « maîtrise, ambition et innovation » comme l'a dit Xavier Fortinon, entre dépenses de fonctionnement contenues (368 M €, -1,2 %) et haut niveau d'investissement (110M€, =), notamment avec le premier Village Alzheimer en France dont la première pierre sera posée le 14 mai prochain à Dax. Il n'avait pas dévoilé la dernière innovation du département : le projet « Chacun sa vie, chacun sa réussite » destiné aux adolescents autistes, doit être un futur « lieu au carrefour des domaines éducatifs, pédagogiques, sociaux, médico-sociaux et sanitaires » pour stimuler les 15-25 ans avec hébergement possible en petites unités de vie de 3 à 5 places, structure d'accueil de jour et autres services (espace répit pour les familles, centre de santé...).

Logement social et maisons de retraites publiques« Nous avons bon espoir que ce projet soit repris dans le futur plan autisme porté par le gouvernement », s'est figuré le président de ce département qui scolarise 159 élèves à troubles autistiques. M. Fortinon n'avait en revanche pas de mots assez durs sur la future loi consacrée au logement social qui inquiète : « on ne comprend pas cette politique qui frappe toujours les pauvres pour financer les politiques au bénéfice des plus aisés », a-t-il critiqué, souhaitant « accentuer son soutien à la production de logements sociaux » (348 en construction et 144 en réhabilitation cette année) alors que ce n'est pas une compétence obligatoire du département.
Autre marqueur de la politique départementale, les maisons de retraites publiques. L'opposition ayant démarré sur le sujet avec les problèmes des Ehpad et la réforme de la tarification en cours, la sénatrice et conseillère départementale, Monique Lubin, s'est fait un point d'honneur de défendre ce service public landais, dénonçant « les taux de rentabilité des hébergements privés où on parle des retraités en placements financiers ».

Atlantisud et golf de TosseMais c'est sur les orientations économiques que les divergences ont été, à l'habitude, les plus marquées, avec un votre contre de l'opposition. Ainsi, Lionel Camblanne a notamment reproché que les Landes n'aient pas été présentes au salon mondial du tourisme contrairement à des départements voisins pour développer le tourisme d'affaires. Le maire de Seignosse a aussi dénoncé le projet de Zac Atlantisud à Saint-Geours-de-Maremne dont vient de se désengager le groupe Auchan ; « à ce rythme il faudra 21 ans pour finir la commercialisation du site ! », a abondé Matthieu Ara. « Il n'y a pas de péril sur l'équilibre économique de cette opération », a clos M. Fortinon. Mardi, au 2e jour de session, ce fut au tour des contrats d'agglomération d'être passés au crible par l'opposition, entre subventions aux stades Guy Boniface et Maurice Boyau... Débat achevé par un « ce n'est pas un derby Mont-de-Marsan-Dax ! » du président Fortinon. Enfin sur le projet de golf de Tosse, M. Camblanne s'est dit persuadé qu'il ne verrait jamais le jour, parlant de calculs fonciers erronés empêchant tout équilibre financier. Rappelant que ce projet privé serait financé par des recettes de cession de foncier, M. Fortinon a assuré que « l'appel public à la concurrence bientôt lancé serait le juge de paix par rapport à l'équilibre économique de l'opération », tout en rassurant son opposant sur l'intérêt des investisseurs : « votre partenaire au golf de Seignosse sera d'ailleurs candidat ! »

Julie Ducourau
Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Publié sur aqui.fr le 27/03/2018