Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | En Dordogne, Jacques Mézard défend son action "coeur de ville"

Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion et des territoires a terminé sa visite par un tour du centre ville

"Action cœur de ville", c’est le nom du plan lancé par Jacques Mézard, ministre chargé de la cohésion des territoires. Objectif : revitaliser les centres urbains des villes moyennes, souvent en perte de vitesse. Parmi 222 villes françaises, Bergerac et de Périgueux ont été retenues. Le ministre était en visite en Dordogne vendredi matin pour rencontrer les élus des municipalités concernées. Ces derniers étaient dans l'attente de précisions des montants des enveloppes financières mais ils n'ont pas obtenu de vraies réponses. Après la Dordogne, Jacques Mézard a rejoint la Corrèze.

Ce vendredi matin, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard est venu présenter, à Périgueux, le plan Action cœur de ville destiné à "redonner attractivité et dynamisme aux centres des villes dites moyennes". 222 communes, dont Périgueux et Bergerac, ont été retenues pour bénéficier des mesures de ce programme, doté de plus de 5 milliards d’euros. Sur la durée du quinquennat, ce programme ambitionne  de donner une nouvelle place aux villes moyennes dans les priorités nationales . "Certains voulaient mettre des seuils de population. Je n'ai pas voulu, j'ai veillé à ce que les villes moyennes puissent s'y retrouver, sans seuil de population. Elles ont besoin d'être soutenues Ce serait criminel par rapport à la vie de la Nation. C'est ce que nous faisons avec ce dispositif, a précisé Jacques Mézard. Dans son discours de bienvenue, Antoine Audi, maire de Périgueux, a plusieurs fois répété, que " la fracture territoriale n'est pas une fatalité. Dans une France régionalisée et métropolisée, il ne peut y avoir une France à deux vitesses : celles des métropoles où l'on accède par LGV à 340 km / h et celle de l'intérieur, une diagonale aride où l'on n'aurait pas le droit de dépasser le 80 km /h. Nos villes moyennes sont le coeur et le poumon du mailage territorial."

Pas de précision sur les enveloppes financières

Les actions de ce programme peuvent concerner, la réhabilitation de l'habitat au coeur des villes, le développement des activités commerciales, résoudre les questions de mobilité ou des transports, la mise en valeur des espaces urbains. "Ce dispositif, c'est à vous de le construire, de monter votre projet, a-t-il rappelé aux élus  de Périgueux et de Bergerac, qui pour une fois étaient réunis sur un même dossier. L'Etat ne doit pas imposer un schéma tout fait aux collectivités. Je fais confiance à l'intelligence territoriale. Les élus sur le terrain, dans les territoires, savent ce que les administrés attendent, ce qui leur convient." En Dordogne, les villes de Bergerac et de Périgueux ont été retenues dans ce dispositif qui suscite beaucoup d'espoir. "La revitalisation des territoires passe par celle de sa ville centre, a souligné Frédéric Delmarès, président de la Communauté d'agglomération bergeracoise. L'objectif est d' attirer de nouveaux habitants et de nouvelles entreprises dans leur centre-ville. Les projets sont bien définis. La municipalité de Bergerac veut rénover certaines places, aménager l'espace public, investir dans la vélo route - voie verte, réaménager les halles, construire une médiathèque et faire venir de nouveaux commerces au sein des anciennes galeries.  A Périgueux, le pôle intermodal derrière la gare est en cours de réalisation et les travaux autour de l’îlot Montaigne vont débuter cet été, la future manufacture gourmande est sur les rails.
Par contre, le ministre n'a pas voulu se prononcer sur les montants des enveloppes financières pour les deux villes de Dordogne. L'enveloppe sera utilisée en fonction des projets qui seront mis au point. On ne va pas découper en 222 villes," explique le ministre. "L'Etat ne vient pas en disant vous allez faire ça ou ça. On ne va pas définir les enveloppes avant que les projets soient définis.
Le ministre a terminé sa visite en terre périgourdine par une promenade dans le centre ville, une balade agréable sous un magnifique soleil de printemps, touristique et gourmande à la rencontre des commercants dans les rues qui ont pourtant moins besoin de ce plan Action coeur de ville. Dans certaines rues à Périgueux, comme la rue Taillefer, plusieurs commerces ont fermé. Certains locaux sont vides faute de repreneurs, d'autres enseignes ont annoncé leur départ du centre ville. 

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Publié sur aqui.fr le 08/04/2018