Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Lauak, fierté de l'aéronautique basque

1

Il était une fois Jean-Marc Charritton, né près des grottes d'Isturits au Pays basque, fils d'un chaudronnier. Ce diplômé d'un bac agricole, au retour de son service miliaire effectue un stage à l'usine Dassault et constate que le célèbre avionneur commence à utiliser les services de sous-traitant. Il se perfectionne dans le métier à l'aide de son père et de son oncle et fonde alors à Ayherre en 1975, sa première entreprise Eskulanak, fabrique et fournit à Dassault des pièces de chaudronnerie. En quarante ans elle est une référence européenne des fournisseurs de pièces aéronautiques

Cela ne s'invente pas. Le ruisseau qui sépare les deux usines de la famille Charritton au Pays basque sert de frontière aussi aux villages d'Ayherre et Hasparren. Et s'appelle "La Joyeuse" comme l'épopée étonnante du fournisseur des plus grandes marques d'aéronautique Lauak (Quatre en euskara). En visite au Pays Basque la semaine dernière, le président Rousset, accompagné du président de l'agglomération Pays basque, Jean-René Etchegaray et Sylvie Durruty, vice président de cette agglomération, chargée de l'économie et des filières d'excellence, n'a pas résisté au plaisir d'y effectuer un détour. D'autant que la Région a toujours accompagné cette entreprise familiale qui a débuté depuis le pater familia dans la chaudronnerie pour devenir en quatre décennies à peine, Usine du futur. C'est pour accompagner Lauak dans l'exportation que la Région lui a récemment attribué un coup de pouce de 63 270 euros.

 C'est Mikel, le fils du créateur du groupe Jean-Marc Charritton qui en est devenu le directeur général qui a joué les guides

Lauak

dans ces deux usines. Lauak, comme les petits pains, s'est multiplié à Le Blanc, près de Chateauroux, dans la zone industrielle de l'aérodro- me; à L'Isle Jourdain, dans le Gers, parce que non loin de Toulouse siège de ses principaux clients Airbus et Airbus Helicopters mais aussi, depuis  2003, à Setubal au Portugal. Disposition qui à l'époque a man- qué de créer un malaise avec le Pays basque originel, qui pensait que les Charriton trahissait la devise Hitza Hitz, la parole donnée... au pays. Qui pouvait pourtant imaginer une seconde qu'ils quitteraient une partie de la terre de ses partenaires historiques Dassault Aviation ou la Secan.
Les trois maîtres mots de Lauak sont racines, valeurs (humilité, agilité, engagement),et fierté. "Notre fierté nous vient de la confiance renouve- lée de nos clients. Nous sommes fiers de leur offrir une prestation globa le qui leur permet de se consacrer à leur coeur de métier et de leur proposer dans le cadre de l'évolution de notre stratégie de jouer au- près d'eux un rôle d'intégrateur et de réaliser pour leur compte sous-ensembles et ensembles." Fierté discrète de faire travailler un effectif de 1200 salariés pour un chiffre d'affaire de 124M euros.

Et une appétence pour la prise de risque avec  l'acquisition de Nimitech un entreprise spécialisée en ingenierie de procédés composites. Comme elle va établir des relations avec les entreprises Pika à Bayonne et Somocap à Jatxou, toujours pour proposer des matériaux composites plus performants et par la même occasion investir dans la soudure par friction malaxage pour répondre aux nouveaux besoins d'Airbus.

L'usine du futur s'appellera Lauak 4.0

 

Alain Rousset à Lauak avec Mikel Charriton

Pour parvenir à l'excellence, Lauak a investi 12,4 millions d'euros, dont 10 en autofinancement et le dernier décollage de ce que Mikel Charriton appelle l'usine du futur et sera baptisée Lauak 4.0 demandera un investissement quasi identique. "Nous avons axé nos derniers investissements sur des technologies de niche permettant de compléter nos savoir-faire industriel: formage à chaud, cintrage et travail en bout de tube et usinages de métaux durs de grande dimensions. Nous poursuivons en parallèle nos réflexions sur la fabrication additive, explique Mikel Charriton. Pour atteindre cette excellence et améliorer notre compétitivité, nous avons décidé de faire évoluer notre organisation industrielle en lançant quatre projets majeurs et déterminants:

La création d'une ligne de production et l'acquisition de moyens d'assemblages automatisés; l'utilisation de la réalité augmentée dans les lignes d'assemblage; la création des centres d'excellence pour promouvoir et développer les conséquences et enfin la digitalisation de flux de production. Mais avant tout, nous souhaitons que nos salariés se sentent bien dans cette entreprise."

Pour le Béotien, la visite de l'une de ces usines ressemble à une vaste entreprise de legos de haut vol et à un orchestre symphonique dont chacun des exécutants interprète un partition redoutable de précision. Avec de constantes vérifications Pour résumer, sachez que quand vous montez dans un avion ou un hélicoptère, l'assemblage des échangeurs thermiques, les sous ensembles complexes, les tuyauteries les entrées d'air, des parties de voilure, l'aménagement du cockpit ou de la cabine sont signées Lauak. Sans parler de l'assemblage des structures, comme la partie centrale de l’Écureuil Daher, le Bec fixe du F5x de Dassault-Aviation, un  tronçon du Fgoo-F2000 de Dassault Aviation et bien d'autres encore, assemblées dans l'usine située de l'autre côté de la Joyeuse à Hasparren. Lauak du Pays basque qui accueille sa clientèle internationale au téléphone par "Agur Jaunak", ce chant  interprété par des chœurs basques pour les hôtes d'honneur. Quarante après sa création, "Racines, valeur, fierté...."demeurent chez les Charritton.

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Publié sur aqui.fr le 20/04/2018