Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Des Trophées Surf pour couronner un niveau

1

L’Ourson, la Première Etoile, la Flèche de Bronze… Toutes ces récompenses vous rappellent certainement quelques souvenirs... Ces grades valident un niveau d’apprentissage en ski. Mais pourquoi n’existeraient-ils pas en surf également ? C’est ce que se sont dits deux passionnées de la discipline, Cyril Blanckaert et Rémy Gendre, qui viennent de créer les Trophées Surf…

Avide de sensations fortes, Cyril Blanckaert, la petite trentaine, n’est pas du genre à rester les deux pieds dans le même sabot. Président de la société LowLife&Co, pilote de ligne et moniteur de surf, il vient de créer les Trophées Surf.  
« Lorsque j’ai passé mon monitorat, se souvient-il, je me suis aperçu qu’il manquait une récompense pour les apprenants. Certes, nous leur remettons un passeport faisant état de leur apprentissage, mais je trouvais qu’un petit objet symbolisant la validation d’un niveau, comme les étoiles en ski, serait pertinent. » C’est à partir de ce constat que l’idée du Trophée Surf a germé.

Trophées Surf
 

Une reconnaissance de la Fédé Accompagné de son fidèle acolyte et ami, Rémy Gendre, partie prenante dans l’aventure, ces deux passionnés se sont donc lancés dans ce projet. « Rémy a conçu de superbes visuels étant l’empreinte graphique et numérique de notre entreprise. »
Mais pour que ces Trophées soient valables, encore fallait-il qu’ils soient reconnus par la Fédération Française de Surf. Afin de défendre leur innovation, Cyril et Rémy ont déposé au siège de la FFS un dossier riche de contenus nourris de visuels pertinents. « Notre projet a tout de suite plu ! Nous avons été très bien accueillis ! » Aujourd’hui, un contrat lie la société LowLife&Co à la FFS. Ainsi, ces Trophées sont estampillés Fédération Française de Surf et une cote part des ventes est reversée à la Fédé. Des Trophées pour dynamiser un label Ces Trophées ont été lancés officiellement en juin 2017. Dès la première année, de la Bretagne au Pays Basque, une trentaine d’écoles de surf, possédant le label FFS, les vendait déjà. « Ce nombre ne cesse de croître aujourd’hui ». Concernant les tarifs, « les prix varient selon les écoles. Par exemple, à Seignosse ce Trophée est donné, aux Sables d’Olonne il est vendu 5,50 € tandis que dans d’autres structures il se monte à 8 €. » Et puis, pour les écoles ne possédant pas le label FFS « un infime pourcentage », LowLife&Co a dessiné une médaille spéciale. « Ce Trophée est un véritable catalyseur d’énergie. Il dynamise le label FFS, le fait connaître et ouvre un peu plus les portes des écoles de surf ».

Trophées Surf

Des Trophées solidaires Avec le souci constant de rendre le surf accessible à tous, Cyril et Rémy ont décidé de nouer un partenariat étroit avec l’association nationale Handi Surf. Ainsi, au-delà des activités proposées pour l’apprentissage de cette discipline, ces deux entrepreneurs reversent « une petite part » des ventes des Trophées à cette structure afin de l’aider dans ses actions. Egalement, le 2 juin prochain, sur la plage de La Salie, ils encadreront une soixantaine de personnes en situation de handicap et remettront à chacune d’entre elles un Trophée. Des Trophées, garantie d’un niveau Fabriqués en France par le Maître médailleur Martineau, basé à Saumur (49), ces Trophées sont matérialisés sous la forme d’un pin’s. « Nos Trophées sont Made in France et nous y tenons ! En effet, nous souhaitions avant tout privilégier le circuit court et peu importe si nous nous faisons moins de marge ! » Ainsi, quatre médailles correspondant à quatre niveaux en surf ont été fabriquées. Dans le détail : « Première Mousse » pour les niveaux 1 et 2, « Vague de Bronze » pour les niveaux 3 et 4, « Vague d’Argent » pour les niveaux 5 et 6 et « Vague d’Or » pour les niveaux 7 et 8. Et pour goûter à cette première mousse, dès 6 ans vous pouvez tenter l’aventure.
Plus d'infos : https://www.tropheesurf.fr/

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : Rémy Gendre / Alain Vacheron

Publié sur aqui.fr le 29/05/2018