Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Nouvelle-Aquitaine: la région la plus agée de France

Avec 29% de sa population ayant passé le cap des 60 ans, la région Nouvelle-Aquitaine est la région française la plus âgée

Les enjeux autour de la dépendance et de la prise en charge des personnes âgées sont d'importance dans nos sociétés occidentales vieillissantes. Et ce n'est pas une surprise, la région Nouvelle-Aquitaine n'échappe pas à ce constat. Loin de là, avec 29% de sa population ayant passé le cap des 60 ans, elle est même la région française la plus âgée... C'est un des chiffres d'une étude réalisée par l'INSEE Nouvelle-Aquitaine publiée il y a quelques jours. Et les choses n'iront pas en s’arrangeant : à l’horizon 2050, la région compterait deux fois plus de personnes d’au moins 75 ans et donc un nombre de personnes dépendantes en hausse... Zoom sur la situation régionale actuelle.

Si notre région est bien la région la plus âgée de France (avec 1 692 000 personnes de 60 ans ou plus en 2014), la quasi-totalité de ces seniors ( 95,5 %) vivent à domicile Si cette part diminue avec l’âge, elle concerne encore 80 % des 85 ans ou plus. À ces âges, l’entrée en institution devient alors plus fréquente, constate l'Insee. Il faut dire que pour accueillir les personnes âgées dépendantes, la Nouvelle-Aquitaine offre en moyenne, comme au niveau national, 124 places pour 1 000 personnes de 75 ans ou plus.... A cela s'ajoute une perte d'autonomie, qui va naturellement croissante au fil de l'âge. Mais celle-ci, recouvre en réalité plusieurs formes.

Problème fonctionnel, restriction d'activités, perte d'autonomie
À domicile, un senior néo-aquitain sur sept se perçoit en mauvaise ou très mauvaise santé, ce qui est légèrement plus qu’en France métropolitaine, note l'institut statistique. Ils sont, en outre, deux fois plus nombreux à faire état de limitations fonctionnelles (27 %) qui concernent 65 % des 85 ans ou plus, contre 16 % des 60 à 74 ans. Les problèmes fonctionnels physiques sont les plus fréquents. Ainsi, un senior sur cinq exprime des difficultés motrices ( marcher, monter un escalier, se pencher, ou se servir de ses mains ou de ses doigts) quand un sur huit souligne des problèmes sensoriels (vue, audition) et un sur douze des problèmes cognitifs, (mémoire, concentration, de compréhension ou de capacité à résoudre des problèmes de la vie quotidienne).
Les problèmes fonctionnels s’accompagnent souvent de restrictions dans les activités quotidiennes les empêchant par exemple de se laver seul ou de peiner à sortir de chez eux... Cependant, même parmi les seniors n’ayant pas de problèmes fonctionnels, 20 % s’estiment gênés dans leurs activités. Globalement 36 % des seniors sont limités dans leur quotidien, dont 12 % fortement. Mais c'est bien le cumul de restrictions d’activités qui aboutit souvent à une perte d’autonomie. En Nouvelle-Aquitaine, cette dernière affecte 6,3 % des seniors vivant à domicile, soit environ 100 000 personnes. Elle concerne 27 % des seniors de 85 ans ou plus, soit 15 fois plus que les seniors de moins de 75 ans.

Les femmes davantage en institution que les hommes
Jusqu'à un certain âge, la différence de ressenti des seniors à domicile sur leur état de santé n'est pas flagrante entre hommes et femmes, toutefois, à partir de 85 ans, celles-ci se déclarent bien plus souvent affectées par un problème fonctionnel, notamment physique (59 % contre 48 % des hommes), par des restrictions d’activités (37 % contre 27 %) ou par la perte d’autonomie (31 % contre 20 %). Les femmes très âgées sont plus exposées à ces risques que les hommes, d'une part, elles atteignent plus souvent qu’eux les grands âges, où les problèmes de santé sont plus fréquents., et d’autre part, elles se retrouvent deux fois plus fréquemment seules dans leur logement que les hommes... souvent par veuvage. Ainsi, plus âgées, plus affectées et plus souvent seules, les femmes vivent aussi moins souvent à domicile (76 % des 85 ans ou plus, contre 87 % des hommes du même âge) et davantage en institution que les hommes. À domicile, les femmes d’au moins 85 ans ont plus souvent qu’eux recours aux aides, combinant notamment l’aide de l’entourage et l’aide professionnelle (aide-ùénagère, infirmier) ou technique (déambulateur, fauteuil roulant, aménagement du logement).

Si la majorité des seniors âgés de moins de 75 ans vivent à domicile sans aide, (8 % recourent uniquement à l’aide professionnelle ou technique), au-delà de 84 ans, seuls 18 % des seniors restent sans aide. L'aide mixte devient d'ailleurs dominante : 54 % conjuguent l’aide de proches avec une aide professionnelle ou technique. La perte d’autonomie, alors plus fréquente, nécessite un accompagnement renforcé que les proches aidants ne peuvent pas assumer seuls. Un senior de 60 ans ou plus sur cinq reçoit l’aide de l’entourage (associée ou non à d’autres aides), soit 350 000 personnes ; cette part quadruple lorsqu’ils sont en situation de perte d’autonomie (85 %).
Gardant à l'esprit l'échéance à 30 ans, de 900 000 seniors de plus en Nouvelle-Aquitaine, ces chiffres sont de précieux indicateurs pour les meilleures anticipations possibles, espérons-le, de la part des responsables et politiques publics en région, au-delà.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Stevepb - Pixabay

Publié sur aqui.fr le 22/06/2018