Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | Le festival du Périgord noir, de belles promesses musicales

Camille et Julie Berthollet, le 25 juillet en ouverture du festival à Montignac

La 36e édition du Festival du Périgord noir réunit cette année des artistes célèbres ou en devenir au sein d'un programme plus diversifié que jamais. La programmation sur le "thème de la pensée invisible" offre des directions variées traversant l’univers du classique, du baroque et du jazz, sans oublier les deux Académies. Une quinzaine de lieux, Montignac, Saint-Amand-de-Coly, Ajat, Fanlac, Auriac du Périgord, la chartreuse des Fraux, le château de Sauveboeuf, Sarlat accueilleront concerts et académies de musique. Premier rendez-vous, le 25 juillet avec les soeurs Berthollet.

"Cette année, nous avons souhaité créer de nombreuses passerelles entre les arts, exemple entre l'oeuvre littéraire des Misérables de Victor Hugo, le cinéma et la musique le mardi 7 août au château de Sauveboeuf", souligne Jean-Luc Soulé, président du Festival, lors de la conférence de presse organisée mardi à Bordeaux en juin. La 36e édition du Festival du Périgord noir débute le mercredi 25 juillet à Montignac, dans le cadre d'une soirée originale montée en partenariat avec un autre festival trentenaire, cultures aux coeurs".  Invitées il y a deux ans, Julie et Camille Berthollet reviennent pour deux concerts dans le cadre de ce partenariat. Pour le premier concert, elles seront acompagnées par l'orchestre roumain Romanasul. 
Parmi les nouveautés, des liens se créent entre musique classique et jazz, deux journées, les 11 et 12 août, seront dédiées à cette musique à la chartreuse des Fraux, à La Bachellerie. Un week end  « Jazz a lieu la chartreuse des Fraux », un lieu nouveau du festival, avec le Gauthier Toux Trio & Quatuor, des élèves de la classe de jazz du Conservatoire de région de Bordeaux et le Jazz Orchestra de Lausanne (composé de jeunes artistes issus de la Haute Ecole de Musique de Lausanne).  Le 12 août, ils présenteront un moment musical autour de la vie de l’illustre écrivain et musicien Boris Vian. Le cinéma du compositeur Karol Beffa fera étape au château de Sauvebœuf, à Aubas, avec la première partie des « Misérables » d’Henri Fescourt, un film de six heures ; la seconde étant projetée le lendemain au cinéma Le Vox, à Montignac.

Donner leur chance à de jeunes artistes

Un des leitmotiv du festival est de donner sa chance à des artistes en devenir et de lancer leur carrière professionnelle. Pour le baroque, la jeune génération se lâche avec Justin Taylor (clavecin) et Fahmi Alqhai (viole de gambe), Johannes Pramsohler (violon) et l’Ensemble Diderot  seront les  têtes d’affiche. Par ailleurs, une soirée « carte blanche » sera consacrée aux lauréats du Concours de Genève avec, parmi eux, le Quatuor Hanson, Rémi Durupt, David Fischer et Lorenzo Soulès. Une autre sera dédiée aux lauréats de la Fondation Safran pour la musique, dont la pianiste Célia Oneto-Bensaïd et son Trio Märchen.  Par ailleurs, le dimanche 19 août,  une soirée « carte blanche » sera consacrée aux lauréats du Concours de Genève avec, parmi eux, le Quatuor Hanson, Rémi Durupt, David Fischer et Lorenzo Soulès. Une autre sera dédiée aux lauréats de la Fondation Safran pour la musique, dont la pianiste Célia Oneto-Bensaïd et son Trio Märchen.

17e Académie Baroque

Du 10 au 20 août, la 17ème Académie baroque internationale de l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly sera consacrée à l’oratorio Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de G.F. Haendel. La direction musicale est confiée à Iñaki Encina Oyón. L’équipe pédagogique est composée de Johannes Pramsohler (1er violon et responsable des cordes), Carlos Aransay (chef de chant et technique vocale), Francesco Corti (clavecin et basse continue) et Alison Mc Gillivray (violoncelle, musique de chambre et Feldenkreis).
Du 5 au 8 septembre, l’Académie d’orgue et de clavecin de Sarlat, dirigée par Michel Bouvard, professeur d’orgue au C.N.S.M. de Paris, mettra à l’honneur de jeunes talents dans une série de concerts et master classes, avec le concours de la claveciniste Yasuko Uyama-Bouvard. Elle fera résonner les grandes orgues Lépine de la cathédrale de la capitale du Périgord Noir. Une douzaine d'organistes du monde entier triés sur le volet viendra assister à cette master class. "La cathédrale de Sarlat, la Dordogne et la Nouvelle-Aquitaine sont repérés comme un des lieux pour l'orgue et pour l'enseignement de l'orgue de qualité, précise le président du festival.
L’ambition du Festival  demeure comme le souligne Jean-Luc Soulé, "de faire aimer et partager plus largement les diverses facettes de la musique classique ou du jazz, ici réinventés dans un univers patrimonial absolument unique". Cette nouvelle saison cherchera à être à la hauteur de cette ambition, afin de surprendre, distraire et émouvoir. 

Programme complet : www.festivalmusiqueperigordnoir.com. Tel 05 53 51 95 17

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Simon Fowler

Publié sur aqui.fr le 18/07/2018