Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Center Parcs en Lot-et-Garonne : la phase opérationnelle lancée

1

Début 2019, les premiers coups de pioche seront bel et bien donnés pour le projet Center Parcs en Lot-et-Garonne qui est rentré dans sa phase opérationnelle, le 19 octobre. Avec plus de 600 emplois à la clé et des retombées financières conséquences tant pour les entreprises que pour les collectivités, cet aménagement de 188 M€ se revendique à taille humaine. En effet, il possèdera 400 cottages, contre 800 habituellement, ne sera pas pourvu de sa traditionnelle bulle sur tous les équipements collectifs et s’étendra sur 48,8 ha des 85 ha de forêt que compte le site…

« Ca y est ! Nous sommes rentrés dans la phase opérationnelle du projet Center Parcs ! » Pierre Camani, président du Département, est très heureux, en ce vendredi 19 octobre, au cours d’une session spéciale Center Parcs à l’Hôtel du Département, de lancer officiellement cette nouvelle étape. « En clair, cela signifie que nous allons constituer la société d’économie mixte qui participera à l’aménagement et au développement équilibré du territoire et au renforcement de ses capacités touristiques à travers certaines actions, telles que l’acquisition d’équipements de loisirs et de services. » Un projet à taille humaine et soucieux de l’environnement Si dans les premiers plans de ce projet d’envergure la présence de la traditionnelle bulle recouvrant tout le site Center Parcs y figurait, aujourd’hui, elle a bel et bien disparu. « En effet, nous sommes dans le Sud-Ouest, donc nous n’avons pas besoin d’une bulle chauffante sur tous les équipements collectifs. Seule la piscine en sera pourvue. » Cet aménagement de loisirs possèdera 400 cottages « moitié moins que les Center Parcs habituels. Du coup, l’impact environnemental sera bien moindre. »

Center Parcs

Pour rappel, le 23 mars 2017, le Conseil national de protection de la nature avait émis un avis favorable au projet en soulignant que « la démarche ‘éviter, réduire, compenser’ était remarquablement menée. L’intérêt de la biodiversité et l’absence de contraintes environnementales fortes ont été un critère majeur. Aussi, le projet d’aménagement initialement de 87 ha a étéramené à 48,8 ha réellement aménagés en évitant les espaces d’espèces remarquables, conformément à la démarche ERC, ce qui réduit d’autant le besoin de compenser ».
Egalement, 34 ha situés au Sud du Center Parcs font l’objet d’un intérêt écologique, confirmé par un diagnostic réalisé par la SEPANLOG. Le Département a ainsi fait l’acquisition de cette emprise et validé la création d’un Espace Naturel Sensible à cet endroit pour « préserver la qualité du site, assurer la sauvegarde des habitats naturels et l’ouvrir au public dans le respect de la sensibilité des milieux. »

Center Parcs

Retombées économiques conséquences Ce site permettra l’embauche de 300 emplois directs pendant sa phase d’exploitation. Dans le détail : 63 % de temps complets et 85 % de CDI dont 60 % pour la restauration. Les dépenses des visiteurs généreront une création supplémentaire d’emplois de 12 équivalents temps plein (ETP) dans le 47 et de 23 en Région. Aussi, les travaux de construction du site seront bien entendu pourvoyeurs de main d’œuvre. Ainsi, 342 emplois ETP directs seront créés sur deux ans. Et un comité emploi verra le jour en 2019 pour aider à l’embauche de personnel. Du côté des entreprises, 77,5 % des marchés de travaux seront confiés à des entreprises régionales. La production générée par les entreprises sur la région s’élèvera à 214 M€, dont 130 M€ pour le Lot-et-Garonne. La phase de chantier devrait accroître le PIB de la région de 93 M€ et du département de 56 M€. Les dépenses des visiteurs hors du parc généreront 1,9 M€, dont 1,6 M€ pour le 47. Les recettes liées à la taxe d’aménagement devraient s’élever à 2 256 881 € dont 462 651 € pour le Département. Tous ces chiffres illustrant la retombée économique de ce projet sont le fruit d’une étude menée par un Cabinet indépendant missionné par le Département.
Une fois la Société d’économie mixte créée, la première phase de défrichage du site débutera à la fin de l’année. Les premiers coups de pioche seront ainsi donnés au cours du 1er trimestre 2019 pour une ouverture du site en mars 2021.

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : CabinetArchitectureArt'ur

Publié sur aqui.fr le 20/10/2018