Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | La vraie vie avec le Fipadoc de Biarritz

Fipa Doc Biarritz 2019 Georgel Camdessus

Créé en 1987, le Festival international des programmes audiovisuels qui se tient de ce mardi 22 janvier au samedi 27, amorce un virage important cette année en se recentrant désormais exclusivement sur la production documentaire. Abandonnant ainsi la Fiction. Ce n'est pas une désaffection du public qui en est la raison mais plutôt un tassement de la participation des professionnels indispensable à la pérennité d'un festival, on s'en doute. Un nouveau défi qu'ont pris en main Anne Georget présidente depuis l'an dernier et la déléguée générale Christine Camdessus. Avec quelques pépites.

"Quand Anne Georget, la présidente du festival (au centre sur notre photo) et Christine Camdessus, la nouvelle déléguée générale m'ont fait part de ce changement de formule, je dois dire que j'ai éprouvé quelques craintes", a exprimé le maire de Biarritz lors de la présentation de ce nouveau Festival international des programmes audiovisuels. Et puis je dois reconnaître qu'au fil des réunions des programmes proposés, j'ai été plutôt séduit. Ce genre est loin des ciné conférences popularisées par Connaissance du monde".

Ce Fipa 2019 qui devient Fipadoc s'est dégraissé en abandonnant la fiction pour se consacrer au fil documentaire "On ne rétrécit pas, on ouvre sur un autre genre, les histoires du réel, des histoires vraies", rassure Christine Camdesus. On est dans la première édition du Fipadoc après 31 éditions du Fipa, c'est un peu notre numéro zéro". Pourquoi avoir changé de cap alors que le public était présent -25 000 festivaliers l'an dernier —. À dire vrai, le secteur de la fiction et des séries télés certes très séduisantes devenait plutôt embouteillé dans l'Hexagone en raison de la multiplication de festivals qui lui étaient consacrés. Ce qu'Anne Georget avait constaté l'an dernier avec une participation des professionnels en légère régression. Cette dernière, véritable globe-trotter – Chine, États Unis, Canada est une professionnelle, une spécialiste reconnue du documentaire auquel elle se consacre depuis 1999. Ella a réalisé ou collaboré à une vingtaine d'œuvres particulièrement diffusées par Arte, un indiscutable label audiovisuel de référence.

La meilleure des preuves se retrouve dans le nombre d'œuvres présentées pour cette première expérimentale: mille deux cents envois pour une centaine de sélectionnés. Le genre est varié, du portrait à l'enquête, de la musique à l'actualité. Ainsi ce mardi, pour l'ouverture (à 19h30 à la Gare du Midi), le Fipadoc propose une première exclusivité, une pépite: "John and Yoko: above us only sky", du réalisateur Michael Epstien, qui, à partir de l'album sublime de l'ancien Beatle, "Imagine", sorti en 1971 relate la relation artistique fusionnelle entre l'ancien Beatles et sa muse.  Comme en témoignent certains rushes inédits réunis dans ce film.

Avant-premières et exclusivités, de John Lennon à Michaël Moore

Le film d'ouverture ne sera pas la seule exclusivité du Fipadoc. Michaël Moore, ça vous dit quelque chose? Derrière ses rondeurs bonhomme, il est un des réalisateurs de documentaires les plus féroces et engagé des États Unis qui s'est attaqué de front à Georges W. Bush qu'il pilonnera pendant quatre ans pour en sortir un brûlot; "Fahrenheit 9/11" en 2004. De quoi remporter la Palme d'Or du 57e Festival de Cannes en 2004, qui l'avait crédité d'un prix, deux ans auparavant, pour "Bowling for Colombine". Ce documentaire s'inspirait d'un fait divers: le massacre en 1999 de douze lycéens et d'un professeur par deux adolescents à la Columbine High School. Cette fois, sa dernière œuvre présentée à ce Fipadoc  "Fahrenheit 11/9"-clin d'oeil au précédent-  est une visite du "domaine" "Trumpland". Le personnage ne pouvait échapper au zoom du redoutable réalisateur du Michigan.

Deux autres avant-premières seront proposées: "L'Odysée du loup" de Vincente Steiger, par France Télévision, (Mercredi à 20 hures). Ce documentaire suit les traces d'un loup chassé par sa meute à travers l'Europe, de la Roumanie aux Pyrénées; et "Chabrol, l'anticonformiste", de Cécile Maistre-Chabrol, sa fille adoptive. (jeudi à 20 heures). Né en 1930 et mort en 2010, Claude Chabrol, ancien critique de cinéma des "Cahiers du cinéma" et membre revendiqué de la Nouvelle vague a donné naissance à quelques chefs d'oeuvre, comme "Le Boucher" avec Jean Yanne, "Poulet au vinaigre", "Le Beau Serge", etc..  Sa belle fille raconte sa  vie de "Bouddha gourmand, d’anarchiste sournois, de jouisseur impertinent…" qui aura réalisé 58 films en 50 ans et aura fait tourner des stars comme Isabelle Huppert, Phiippe Noiret, Poiret et Serrault et Jean-Paul Belmondo, etc...

 

 Rencontre avec Serge Viallet, le Sherlock Holmes de l'archive

Chaque anSerge Vialletnée, Anne Georget et Christine Camdessus mettront en lumière un réalisateur de documentaires. Pour cette première, elles font fort avec le directeur de la collection "Mystère d'archives" sur Arte, avec l'INA, Serge Viallet, surnommé, le Sherlock Holmes de l'archive dont il fait depuis trente ans la promotion et milite pour son utilisation vertueuse. Cet infatigable travail d'investigation de documentariste a été honoré en mai 2017 du Focal International Lifetime Achievement Award.

Du premier déplacement filmé d’un président français (Félix Faure en Vendée, en 1897) à l’enterrement du commandant Massoud (en 2001), en passant par les shows itinérants de Buffalo Bill (en 1910), l’attaque de Pearl Harbor (en 1941), le couronnement d’Elizabeth II (en 1953), celui de Bokassa Ier (en 1977) ou les manifestations de la place Tian’anmen (en 1989), le documentariste a décodé l'histoire. Il s'en entretiendra à la faveur d'une rencontre interactive et libre ce vendredi 25 janvier à 9h30 au Bellevue. Il expliquera à l'aide de courts extraits comment il a enquêté à travers des images qui révèlent parfois des histoires inattendues.

Focus sur l'Allemagne et l'incontournable Smart Fipadoc

Voilà c'est un pari que tente le duo  Anne Georget et Christine Camdessus avec ce Fipa nouvelle version. Qui ouvre, au-delà du rêve et de la fiction, une fenêtre sur la vraie vie. Celle que saisissent, parfois au péril de leur vie, des réalisateurs. L'actualité est là pour nous le rappeler aussi. Indispensable prisme pour saisir aujourd'hui le sens des réalités. Journalistiques évidemment. N'en déplaise à certains.

Contacts, renseignements, programmes, pass et billeterie : www.fipadoc.com

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Publié sur aqui.fr le 22/01/2019