Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Thouars espère l’aide de la région pour son centre-ville

1

Martine Pinville, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine, était en visite à Thouars (Deux-Sèvres), ce jeudi 24 janvier, afin de présenter aux élus locaux les orientations de la région pour la redynamisation des centres-bourgs et des centres-villes. Elle a pu découvrir cette ville de plus de 14 000 habitants qui lutte contre la fermeture des commerces du coeur de la ville. Thouars a notamment fait appel à des bureaux d’études pour qu’ils dressent des diagnostics et des plans d’action dans ce sens. Le maire, ses adjoints et les élus, voient d’une manière positive un possible accompagnement de la région dans cette tâche de revitalisation de leur centre-ville.

Dans la salle des mariages de l’hôtel de ville de Thouars, une ancienne abbaye reconstruite au XVIe et XVIIe siècles, le maire s’active. « On n’a pas moins de douze sites classés dans notre ville », explique  Patrice Pineau. Il attend l’arrivée de Martine Pinville, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine. L’ex secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Économie sociale et solidaire, sous le gouvernement Valls II, est venue en terre thouarsaise pour présenter un plan de redynamisation des centres-villes et centres-bourgs mis en place par la région. Il sera présenté officiellement en séance plénière au début du mois de mars. 

Autour de la table : Martine Pinville (conseillère régionale), Patrice Pineau (mairie de Thouars), Emmanuel Charré (1er adjoint au maire, adjoint délégué à l'Urbanisme et Cadre de Vie, Environnement), Bernard Paineau (président de la communauté de communes du Thouarsais), Esther Mahier-Lucas (conseillère départementale). Le temps d’échange est programmé sur une heure  afin de présenter à Martine Pinvile la ville de Thouars, plus de 14 000 habitants, qui aimerait donc revitaliser son centre-ville. « Vu l’ampleur de la tâche, nous avons besoin d’être soutenus et accompagnés dans notre démarche ». Avec son équipe municipale, ils travaillent sur ce sujet depuis 2013 en essayant de lutter notamment contre la fermeture des commerces. « Nous avons mis en place des boutiques éphémères pour occuper les locaux laissés vacants. Nous avons demandé à des bureaux d’études des diagnostics et des plans d’action pour réfléchir à la pérennité du centre-ville ». Mais la lutte face aux commerces de périphérie paraît bien compliquée. « Il faut limiter voire interdire leur développement », explique le maire de Thouars en s’adressant à Martine Pinville. Autre point, celui de l’habitat. « Nous devons faire revenir des habitants en centre-ville » Beaucoup de logements sont inoccupés et il faut les réhabiliter.

Le conservatoire de musiques et danses de Thouars a été rénové récemment.

La région propose un dispositif de redynamisation

Une fois que les constats ont été dressés, la conseillère régionale a présenté le nouveau dispositif mis en place par la Nouvelle-Aquitaine. Il proposera de conforter les fonctions des centres en terme économique, patrimonial, d'habitat, de logement et de services (maison de santé, aménagement numérique…). « L’État propose pour les villes moyennes l’opération coeur de ville. Le positionnement de la région est d’aider les villes secondaires à revitaliser leur centre-ville. Souvent ces communes disposent de moins de moyens pour établir des diagnostics, des stratégies sur le long terme », explique Martine Pinville. Quant à l’enveloppe consacrée à cet accompagnement : « elle sera importante mais elle n’est pas encore votée et je n’ai pas de chiffres à vous communiquer », poursuit l’ex-secrétaire d’État. Beaucoup de projets seront étudiés au cas par cas. « La région souhaite répondre aux attentes et aux besoins. Ce dispositif va sans doute se déployer sur plusieurs années », précise-t-elle.

La réaction des élus et conseillers du Thouarsais est unanime. « Ce dispositif régional est le bienvenu, confie Patrice Pineau. L’attractivité du territoire dépend aussi de l’image que nous lui donnons. » Dans le Thouarsais, les entreprises proposent des emplois et éprouvent des difficultés à recruter, notamment des cadres. « Notre taux de chômage est faible, en dessous des 8%, précise Emmanuel Charré, premier adjoint au maire. Aujourd’hui je pense que les habitants de Thouars attendent les coups de pelleteuse. Il faut y aller et la région peut nous aider. » La Nouvelle-Aquitaine pourrait donc les accompagner et les aider à franchir un cap.

Martine Pinville découvre le centre de Thouars

Cet échange s’est conclu par une déambulation dans le centre-ville de Thouars. Ce qui saute aux yeux, ce sont les panneaux à vendre sur les devantures des magasins fermés. La rue Saint-Médard souffre de ce phénomène de rideaux baissés; témoins de la désertification voire de l’abandon des centres-villes. Pourtant, la place Saint-Médard a été refaite entièrement lors du précédent mandat. Restaurant, bar et autres boutiques l’animent. Sur un bâtiment à proximité de cette place, la mairie espère même y faire une médiathèque. Non loin de là, le conservatoire de musique et de danse du Thouarsais a été également rénové. En remontant un peu plus haut dans la ville, nous arrivons au square Franklin-Roosevelt. « Ici nous sommes en train de construire un cinéma avec 4 salles, lance Patrice Pineau en s’adressant à la conseillère régionale. Il y aura plus de 530 places. Cela va créer de l’animation en centre-ville ». Coût de l’investissement 6 millions d’euros. Un complexe qui sera géré par une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) Ciné-Thouars et qui proposera des tarifs abordables (le prix moyen du ticket sera de 5,80 € ; plein tarif à 8 € ; réductions à 5 € et 6,60 €). Ouverture prévue en 2020. Enfin trois îlots ont été identifiés pour être réhabilités en de nouveaux logements et c’est notamment pour cela que Patrice Pineau, ses adjoints, ses conseillers et tous les Thouarsais espèrent vraiment bénéficier d’un accompagnement de la part de la Nouvelle-Aquitaine. Car le centre-ville participe, selon eux, à l’attractivité de la ville.

Julien Privat
Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 26/01/2019