Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Valvital implante de nouveaux thermes à Saint-Jean d’Angély

1

Thonon, Aix-les-Bains, les Eaux-Bonnes… Saint-Jean d’Angély pourrait bientôt rejoindre la liste de ces stations thermales réputées. Fort de 12 sites thermaux, le groupe thermal Valvital a choisit de s’implanter à Saint-Jean d’Angély, en rachetant l’ancien caserne militaire Voyer le 1er février 2019. Spécialité ? Les pathologies rhumatismales. La société va investir un peu plus de 13 millions d’euros dans ce projet déjà soutenu à hauteur de 700 000 € par la Région.

Mais avant son ouverture espérée pour 2023, « le parcours sera encore long », prévient le PDG de Valvital Bernard Riac. Car si l’eau de Saint-Jean d’Angély est déjà reconnue comme « eau minérale », il reste encore à prouver ses vertus médicinales, dans le cadre d’un protocole scientifique. Ce qui va prendre quelques années. « Dans un première temps, nous allons créer un module expérimental, comme une mini station thermale, avec des patients volontaires pour tester nos protocoles », explique Bernard Riac, qui envisage d’ouvrir les portes de ce module aux habitants de Saint-Jean d’Angély le temps de l’expérimentation. Il restera également à obtenir les multiples autorisations encadrant l’ouverture d’une station thermale. Entre le temps de la recherche et le temps administratif, il devait s’écouler deux ans et demi avant de pouvoir commencer les travaux d’aménagement.

Trois espaces de soins sur un site patrimonial

Avec ses 2,5 hectares de site, la caserne Voyer offre de vastes possibilités d’aménagement. « Nous allons garder l’identité historique du bâtiment », assure Valvital. Au départ sceptique concernant les velléités de la Ville de Saint-Jean d’Angély à vouloir créer une station thermale dans cette zone rurale à une heure de La Rochelle, le PDG de Valvital avait finalement été séduit par le patrimoine de la ville, dont cet ancien casernement du XIXe siècle. Les murs seront donc conservés pour créer à la fois l’espace thermal et l’espace logement des curistes. « L’objectif est de créer un accès « peignoir », c’est-à-dire direct, entre leur chambre et leurs lieux soins », explique Bernard Riac. Les plans ne sont pas encore arrêtés, mais la station thermale devrait s’articuler autour de trois grands espaces de soins : balnéothérapie, étuves et soins secs (type enveloppements). Au moins deux piscines devraient être créées, une avec des jets à bulles et une autre pour la pratique d’activités, dont un couloir de marche en eau. Des locaux techniques pourraient être construits en extérieur, tandis que la partie vestiaire, buanderie, services administratifs et consultations médicales devraient rester dans le corps de bâtiment.

Désaffectée depuis le départ des troupes américaines au début des années 1960, la caserne a été revendue par la Ville à Valvital pour 155 000 €.

Désaffectée depuis le départ des troupes américaines au début des années 1960, la caserne a été revendue par la Ville à Valvital pour 155 000 €.

 

Un potentiel de belles retombées économiques pour la ville

Avec un potentiel de 5 000 curistes par an, de mars à novembre, les retombées économiques promettent d’être importantes pour la ville. La maire de Saint-Jean d’Angély a d’ailleurs prévu un programme d’aide à la réhabilitation des logements et des commerces. Les appartements de la future station thermale ne pouvant accueillir que la moitié de ses 500 curistes journaliers, les hôtels et meublés de tourisme devraient être très sollicités. Pour rendre la ville attractive, la municipalité prévoit de développer son offre d’activités de loisirs et de commerces, comme la construction d’un multiplexe juste en face de la future station thermale.

L’arrivée de Valvital devrait également bénéficier à l’emploi, avec la création de l’équivalent de 30 emplois à temps plein, pour une embauche concrète d’une cinquantaine de personnes sur des postes essentiellement saisonniers (8 mois par an). Les médecins assurant le suivi des patients resteront des intervenants extérieurs, de préférence installés en libéral dans la ville. Chiffre d'affaires prévisionnel : trois millions d'euros annuels.

L’acte de vente a été signé ce vendredi, entre le PDG de Valvital et la maire de Saint-Jean d’Angély Françoise Mesnard, en présence de la sous-préfète Laure Trottin.

 L’acte de vente a été signé le 1er février 2019 entre le PDG de Valvital et la maire de Saint Jean d’Angély, en présence de la sous-préfète Laure Trottin.

 

Pourquoi une spécialisation sur les pathologies rhumatismales ?

« 80% des sites thermaux proposent ce type de soins, car elle correspond également au trois quart de la demande des curistes. On observe également une hausse de 15% des prescriptions pour des soins rhumatismaux ces dernières années », explique Olivier Bruetz, directeur du développement chez Valvital. Les premiers tests ont montrés que l’eau de Saint-Jean avait les propriétés adéquates, reste maintenant à prouver son efficacité. Des études vont être lancées très prochainement. En cas de succès, Saint-Jean d’Angély deviendrait la 4e ville thermale de Charente-Maritime, après Rochefort, Saujon et Jonzac.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 02/02/2019