Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Agriculture | Installation agricole. Les Pyrénées-Atlantiques gardent la dynamique

1

Ce début février, le comité d’orientation transmission installation de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques a donné les grandes tendances de l’installation agricole sur 2018. Avec 102 dossiers de demandes d’aides publiques à l’installation examinés par la DDTM, les Pyrénées-Atlantiques restent cette année encore sur le podium des départements qui installent le plus d’agriculteurs. Focus sur les chiffres de 2018.

Chaque début d’année, la chambre d’agriculture a pour coutume de brosser le bilan des installations agricoles en livrant les principales tendances des installations des nouveaux agriculteurs. 2018 est marquée par un léger recul par rapport à 2017 avec 102 dossiers de demandes d’aides publiques examinés par la DDTM au travers du CDOA. « Mais cela ne traduit pas une baisse de l’activité puisque cette année la cellule de pré-instruction de la chambre consulaire compte 143 dossiers soit 5 de plus que l’an passé », précise le communiqué.

L’installation dans le cadre familial reste majoritaire avec 74% des reprises, tandis que celles réalisées en hors cadre familial tendent à se stabiliser. 56% des chefs d’exploitation de moins de 40 ans s’installent avec la dotation jeune agriculteur (DJA) dans le département. En 2018, 81 chefs d’exploitations n’ont pas demandé la DJA. L’absence de diplôme agricole et la double activité sont les principales raisons invoquées. Avec 17 installations en Béarn et 7 au Pays-Basque, 23% des installations menées en 2018 ont concerné un projet en agriculture biologique.

81% des installations tournées vers l’élevage

Précisons que les jeunes installés sont plus nombreux en Pays Basque qu’en Béarn avec 54% d’installations en terres basques. Les deux tiers ont eu lieu en zone montagne. La prépondérance des installations tournées vers l’élevage reste un fait marquant en 2018. La filière ovine (notre photo) compte notamment 46 installations et occupe la première place du podium, devant les bovins allaitants (10), les bovins lait (7) et la filière palmipède qui compte trois nouveaux actifs dans ses rangs. Parmi les nouveautés, la filière caprine dénombre 7 nouveaux projets « grâce notamment aux nouvelles opportunités de débouchés et à la collecte de lait mise en place ».

Quand on se penche sur les 19 projets d’installations orientées productions végétales, on peut voir que 8 d’entre eux reposent sur le maraîchage et 5 sur l’activité viticole.

Autre tendance à noter en 2018, 19% des agriculteurs, qui se sont installés au cours de l'année précédente, ont engagé une transformation de leur production. Au total, ainsi, 39% des projets d'installations ont attrait au circuit court ou à la transformation. À ce sujet, la chambre d’agriculture rappelle « qu’il est important d’anticiper l’organisation du travail et de réaliser une bonne étude de marché avant de se lancer ».

Enfin, le dernier chiffre à retenir concerne la transmission, un dossier sur lequel depuis plusieurs années la chambre consulaire mène un travail de fond. En 2018, le point accueil information transmission a ainsi reçu 150 futurs cédants tandis que 31 fermes sont déjà inscrites au RDI (répertoire départ installation). En face des cédants, 110 candidats restent à la recherche d’exploitations.

Baptiste Nouet
Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Publié sur aqui.fr le 17/02/2019