Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | 2018 : regain de ventes de foie gras

Foie gras

« C’est un véritable plébiscite ! » Telle est la réaction à chaud du Landais Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d’agriculture, au regard des derniers chiffres qui viennent de tomber sur les ventes de foie gras. En effet, selon les premières estimations de l’institut IRI, les ventes ont progressé de +2,6 % en volume et de +7,5 % en valeur sur un an, de janvier 2018 à janvier 2019, pour atteindre un chiffre d’affaires de près de 324 millions d’euros en grandes et moyennes surfaces…

« Ces chiffres montrent bien l’attachement des Français à la filière et à ce produit d’excellence qu’est le foie gras », pour Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d’agriculture. En effet, selon une enquête de l’IRI, les ventes ont progressé de +2,6 % en volume et de +7,5 % en valeur en 2018. Neuf Français sur dix déclarent, d’ailleurs, en consommer et 75% le jugent incontournable au moment des repas de fêtes de fin d’année. Et justement, c’est à cette période que le foie gras a réalisé ses meilleures performances en gagnant +7 % en volume et + 9% en valeur. Concernant l’international, la tendance est la même. Une hausse des exportations de +4 % en volume et de +7 % en valeur sur les onze premiers mois de l’année 2018 par rapport à la même période de 2017 a été enregistrée. Cependant, Dominique Graciet émet un bémol à cette reprise. « Certes, cette donnée est une excellente nouvelle pour la filière, mais nous aurions pu espérer une plus grande progression des ventes. Le mouvement des gilets jaunes de cette fin d’année a concouru à freiner la consommation dans les lieux de restauration. » Des soins accrus pour éviter de futures crises sanitairesAprès deux années de crise sanitaire qui ont fortement impacté les ventes et la production de ce produit d’excellence, « un travail énorme a été mené afin de sécuriser le risque sanitaire avec notamment la création le 24 mai 2017 du cluster Biosécurité. » Ce cluster a vu le jour sous l’impulsion de la Région Nouvelle-Aquitaine, en collaboration avec l'Etat, les collectivités départementales et la Région Occitanie. « Son objectif était d'identifier les maillons à risque de la filière et de développer des méthodes et des équipements répondant à des exigences sanitaires nouvelles ». Des actions ont ainsi pu être menées sur les procédures de nettoyage et de désinfection, les investissements en élevage, l'optimisation de la logistique, la formation, l'état sanitaire et la stratégie vaccinale. « A présent, nous apportons beaucoup de soin, de vigilance et de précaution à cette faune sauvage. Surveillance qui évitera ainsi les catastrophes que nous avons connues ». Le foie gras, un produit présent en quantité et en qualité Malgré ces deux années noires marquées par une terrible épidémie « les consommateurs maintiennent leur confiance », selon Dominique Graciet. En effet, d’après le CIFOG, le Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras, reconnu par les pouvoirs publics depuis 1987, et qui réunit l'ensemble des acteurs professionnels de la filière des palmipèdes Gras, « les Français accordent une grande confiance au foie gras, que ce soit en matière de sécurité alimentaire (84%), de traçabilité (78%) ou de qualités gustatives (88%). Aussi, 71 % attestent que le foie gras est forcément issu d’un animal en bonne santé. » Cette année 2018 fut donc pour la filière une année de nette reprise et de regain de confiance, « elle marque même le grand retour du foie gras sur le devant de la scène, pour Michel Fruchet, le président du CIFOG. C’est une véritable satisfaction pour l’ensemble des professionnels qui ont travaillé conjointement pour retrouver la dynamique de croissance sur des bases saines et solides et ainsi rendre le foie gras français bien présent, tant en quantité qu’en qualité. Et les consommateurs nous ont prouvé qu’ils étaient au rendez-vous ! », conclut ce dernier.

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : CIFOG / Asset / Adocom

Publié sur aqui.fr le 21/02/2019