Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Les adieux d’Alain Juppé aux Bordelais

Les adieux d'Alain Juppé

Ils étaient des centaines de Bordelais réunis dans la cour de l’Hôtel de Ville ce jeudi 7 mars, en fin d’après-midi, pour l’ultime discours de l’historique maire de Bordeaux. Applaudi par ses administrés, Alain Juppé a salué une ville dont il croit en l’avenir et qu'il laisse entre les mains de Nicolas Florian, élu quelques heures plus tôt par le conseil municipal.

Les adieux d’Alain Juppé ont débuté par une voix nouvelle, celle de Nicolas Florian. Élu le matin même nouveau maire de Bordeaux, le tout jeune premier édile a confié ressentir « beaucoup d’émotion, deux fois dans la même journée ». « Le passage de témoin a eu lieu dans le cœur il y a quelques jours, et aujourd’hui, voilà que c’est officiel », a-t-il poursuivi. Aux côtés des deux hommes, Isabelle Juppé, chaleureusement elle aussi applaudie par l’assistance.

Les adieux d'Alain Juppé

Le préambule de Nicolas Florian a rapidement laissé place au discours tant attendu. Alain Juppé a tout d’abord fait remarquer que son départ avait lieu un 7 mars, 104 ans jour pour jour après la naissance de son illustre prédécesseur, Jacques Chaban-Delmas. Il s’est dit « confiant pour l’avenir » de la ville. Une ville « que nous avons réveillée » déclare-t-il.

Les adieux d'Alain Juppé

Il a également pris le temps de saluer son successeur. « Je l’ai formé. Il a appris. Mais c’est avant tout un ami ». Soupir de soulagement parmi les Bordelais lorsqu’Alain Juppé précise, en ultime déclaration qu’il ne va « pas abandonner Bordeaux ». Il sera ainsi toujours temps de le croiser « sur les quais ou dans le tram », avec son « dictionnaire amoureux sous le bras ». Il a ensuite profité une dernière fois d’un bain de foule dans la cour du Palais Rohan, avant de se retirer du débat public, devoir de réserve oblige.

Les adieux d'Alain Juppé Bain de foule

Les adieux d'Alain Juppé

 

Marianne Chenou
Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Publié sur aqui.fr le 08/03/2019