Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | A Saint-Astier, 50 ans au service de la formation de la gendarmerie nationale

Le ministre de l'Intérieur a pu assister à un exercice de maintien de l'ordre

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur est arrivé ce vendredi à 10 heures au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint Astier. Sa venue marque les cérémonies du 50e anniversaire de ce site, où chaque élève gendarme, officier ou sous officier passe au moins une fois dans sa carrière. Ce centre a été créé au lendemain des événements de mai 68. Son histoire est intimement lié à cette petite ville de 5000 habitants. Le ministre s'est ensuite rendu au commissariat de Bergerac pour un temps d'échanges sur le thème de la police de sécurité du quotidien.

Depuis un demi siècle, Saint Astier, petite bourgade de 5000 habitants de la vallée de l'Isle, accueille sur le plateau Le Centre national d'entraînement des forces de la Gendarmerie Nationale, une cité dans la ville qui a son fonctionnement propre, avec ses personnels, civils et miitaires. Depuis 50 ans, c'est depuis ce site particulier, que l'on organise en France, les méthodes, les techniques, les innovations en matière de maintien de l'ordre au service de la République. "Depuis 1969, notre ville est liée à histoire du centre national d'entraînement des forces de gendarmerie. Les 200 officiers et leurs familles, et les 120 personnels civils qui y travaillent, tout particulièrement pour les activités de blanchisserie, de restauration, cuisine et service, contribuent à la notoriété de notre commune, au dynamisme de nos associations, de la vie locale, souligne la maire Elisabeth Marty. 

Chaque année, le centre accueille entre 13 0000 et 15 000 stagiaires. Saint Astier, c'est la maison mère des 109 escadrons de gendarmes mobiles. Elève, gendarme, sous officier, officier, il est extrêment rare qu'au cours de sa carrière, un gendarme n'y réalise pas un ou plusieurs stages, pour des formations ou du perfectionnement.  Ce centre a été créé au lendemain des événements de mai 1968, qui ont mis en lumière une grande disparité dans la préparation opérationnelle des unités de gendarmes mobiles. L'objectif est de permettre "aux unités de parfaire leur instruction et d'acquérir la cohésion nécessaire à l'exécution des missions de maintien de l'ordre." Au fil des années, le CNEFG a acquis un savoir-faire dans les techniques  de maintien et le rétablissement de l'ordre public, pour faire face à tous les types de trouble, et il est devenu un centre d'excellence de renommée internationale : le site accueille des gendarmes d'autres pays d'Europe, Suisse, Espagne, représentés à l'occasion de la cérémonie du 50e anniversaire de ce 15 mars. Le site fait office de laboratoire ; tous les matériels y sont testés avant que ne soit prise la décision d'équiper les unités. 

Programme chargé pour Christophe Castaner

Christophe Castaner, le ministre de l'intérieur s'est rendu à Saint-Astier le 15 mars, dans le cadre du 50e anniversaire du CNEFG de Saint AstierCette cérémonie des 50 ans a eu lieu ce vendredi 15 mars, où Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur avait un programme chargé :  accueil par la garde républicaine,  cérémonie militaire avec revue des troupes, remise de décorations et remise de brevets. "De Saint Astier, je veux retenir l'exigence, car chaque formation impose la plus grande concentration, une remise en question permanente, un effort physique et mental constant. Ici, c'est une histoire qui ne cesse de s'écrire. Du haut de cette place d'armes, 50 ans d’histoire nous observent. Dans ce centre, de nouvelles méthodes, techniques se sont développées, puis transmises au service du maintien de l'ordre et de la République.
Le ministre de l'intérieur accompagné de son secrétaire d'état Laurent Nunez, et des 5 parlementaires de la Dordogne ( les 4 députés et le sénateur Bernard Cazeau), ont assisté à une mise en situation d'un exercice de rétablissement de l'ordre avant un discours à l'attention des gendarmes. Devant les gendarmes, les compagnies républicaines de sécurité, après avoir rendu hommage à ses hommes et ses femmes mobilisés depuis de nombreuses semaines dans la crise des gilets jaunes. "Héros du quotidien, vous êtes ceux qui permettaient aux Français d'exprimer sereinement leur colère, et leurs revendications, et aux grands événements de se tenir."  Dans ses propos, il a aussi réaffirmé l'utilité du LBD comme "arme de défense ". Le Ministre a aussi défendu la loi anti casseurs devant les gendarmes : " une loi qui a fait couler beaucoup d'encre." ", soulignant que les exercices que nous avons vus ce matin c'est la violence que nous vivons depuis de trop longues semaines".
Christophe Castaner n'a pas  oublié le risque terroriste qui reste maximal dans  notre pays en réagissant aux attentats de la nuit passée en Nouvelle-Zélande : il  indique avoir renforcé  la sécurité autour des lieux de culte en France. Le ministre a aussi abordé le nouveau schéma national de maintien de l'ordre en cours d'élaboration, pour faire face aux évolutions des missions, dans lequel Saint-Astier, aura un rôle central et crucial. Ce schéma "devra répondre aux nouvelles formes de violence, porter des changements profonds dans la communication autour des manifestations, faire évoluer nos tactiques et modes d'actions. Il s'appuiera aussi sur l'innovation et les progrès technologiques", a précisé le ministre.

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Publié sur aqui.fr le 15/03/2019