Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | "Dans mes yeux" une expo photo immortalise le monde différent de résidents du SAMSAH-Intervalle Asperger

Vernissage exposition photo, journée autisme asperger

A l'occasion de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l'Autisme et après avoir été exposée pendant deux mois à la galerie Xhc place Stalingrad, l'exposition photographique "Dans mes yeux" prenait place ce mardi 2 avril et jusqu'à la fin du mois dans l'immeuble Egalité au sein des locaux du Conseil Départemental.

La tour Pey Berland et le miroir d'eau côtoient un pissenlit esseulé ou encore un distributeur de boisson. Les huit photos exposées sont le résultat d'un projet commun entre le Labo Photo et le SAMASH-Intervalle Asperger. Et c'est à l'initiative de Thomas, un des résidents, passionné de photo, que le partenariat voit le jour il y a quatre mois. Christophe Boery du Labo Photo se souvient du premier contact par les professionnels du SAMSAH.

 

"On a voulu les rendre acteurs de leur représentation. Pour se faire, on a commencé par choisir douze thèmes : trajectoire, ciel, reflet, monde végétal... Puis on leur a donné un appareil photo jetable et pour chaque thème, ils n'avaient seulement que deux photos, deux clics. Ils ont évolué sur le principe de marathon photo. Le Labo Photo a fait la récupération de celles-ci et le choix s'est fait autour de discussions. On a alors sélectionné tous ensemble deux photos par personne. Le premier vernissage a eu lieu à la galerie Xhc qui est spécialisée en art minimaliste et ouverte sur la rue. Les amener face aux autres et au monde, c'était ça le but. Et en plus de s'inscrire dans un projet commun, ils se sont exprimés, on a parlé d'eux, de leurs goûts et surtout, ils ont rencontré."

 

Décaler les codes, réinventer les objets et lieux du quotidien, se retrouver face à ses préférences en seulement deux clics, un défi pour les Asperger qui présentent des difficultés dans l’expression de leurs émotions.

A l’initiative du Département et de la Maison Départementales des Personnes Handicapées, le rapatriement dans leurs locaux et le vernissage de " Dans mes yeux " est une occasion particulière pour laquelle Gabriel, 32 ans, artiste et résident à l’AMSAH depuis 2011, a voulu écrire quelques mots, lus par Christophe et applaudis par les encadrants et les familles. Un panneau en direction de la gare Saint-Jean et la tour Pey Berland qui crève un ciel parfaitement bleu, il explique que son inspiration est venue d’elle-même : " j’aime les routes, c’est vraiment ma passion alors ça m’est venu tout seul. J’ai levé les yeux et en voyant ce panneau, bam ! " Gabriel connait le jour exact des dates d’anniversaires " 21 juin 1993 ? C’était un lundi ! " et après vérification, deux sourires partagés, et deux têtes pensives devant la photo d’un bâtiment connu de tous, mais regardé par un autre point de vue.

 

Vernissage exposition photo, journée autisme asperger

 

Réinventer les codes, les décaler et s’inscrire dans la vie de tous les jours avec leur vision propre, c’est le but que se fixent les éducateurs spécialisés et tous les encadrants qui gravitent autour des résidents du SAMSAH-Intervalle Asperger. Mathieu Jambrina-Penalba y est éducateur et a suivi chaque étape à leurs côtés. 

 

"Le projet a été animé par une demande, un partage d’un des jeunes. On y a réfléchi puis on s’est lancé. Lors des groupes d’adaptabilité sociale, les jeunes ont acquis des compétences et le projet était un prétexte à l’échange et à la rencontre, en mettant en pratique dans la « vraie vie » ce qu’ils ont appris lors des ateliers théoriques."

 

L’aboutissement : prendre part pleinement à ce monde qu’ils regardent avec des yeux différents. Une beauté autre que la vie extérieure. Le choix des bouteilles de soda s’est imposé d’office : c’est ce que l’artiste aime le plus au monde. Une rangée floue de voitures : le parking de l’aéroport où son camarade va en visite chaque semaine. Passionné par les avions, ce n’est pas un des appareils qu’il a décidé d’immortaliser, mais, en partant, le chemin du retour.

Les parents des quatre garçons redécouvrent ces œuvres photographiques d’André, Aymeric, Gabriel et les peintures de Charles. " Il ne nous en a pas du tout parlé pendant que le projet se faisait, c’était son petit jardin secret ". Mais ce soir, c’est eux qui sont au centre de l’univers. Charles s’arrête à chaque tête connue, Gabriel s’ouvre aux visiteurs comme le pissenlit de la photo, en arrière-plan. Une des mamans les prend tour à tour en photo, en mouvement. Partis à la rencontre du monde, le monde vient à eux ce soir, la boucle est bouclée grâce aux pellicules des argentiques.

 

 

Sabine Taverdet
Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Publié sur aqui.fr le 03/04/2019