Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Beynac : la justice annule l'arrêté autorisant le chantier de la déviation

Les travaux du chantier de Beynac ont été suspendus le 28 décembre dernier et ne devraient pas reprendre

Pour le Conseil départemental, le porteur de projet, c'est une énorme surprise. Ce mardi, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac, en vallée de la Dordogne. Le chantier, suspendu par le Conseil d'état le 28 décembre dernier, ne peut reprendre et la justice ordonne également la remise en état du site. De plus, l’Etat et le Département devront payer 1200 euros solidairement aux associations d’opposants, la Sepanso et Sauvons la vallée Dordogne. Depuis cette annonce, les réactions se multiplient.

C'est un énième coup de théâtre dans le long feuilleton du contournement de Beynac, en vallée de la Dordogne. Ce mardi matin, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le projet du Conseil départemental de la Dordogne, qui consiste à créer une route de 3,2 km, doublée d'une véloroute, pour un coût estimé à 32 millions d'euros.  Les juges ont annulé l'arrêté préfectoral qui autorisait les travaux, qui étaient suspendus depuis la décision du Conseil d'état du 28 décembre.  Il est jugé que le projet du département de la Dordogne ne répond pas à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur. Il est, en outre, enjoint au Département de procéder à la démolition des éléments de construction déjà réalisés et à la remise en état des lieux. La décision complète est publiée par le tribunal administratif de Bordeaux, sur son site.
Cette décision est en tout cas une surprise car la rapporteure publique avait sévèrement critiqué les arguments des opposants le 29 mars dernier lors d'une audience marathon. Elle avait plaidé pour que l'arrêté de travaux ne soit pas annulé. Et l'avis du rapporteur public est très souvent suivi. En première instance, le tribunal administratif avait d'ailleurs rejeté le recours des opposants, estimant que le chantier pouvait se poursuivre. Même décision de la Cour administrative d'appel. Avant que le conseil d'Etat ne se prononce différemment. Ce qui veut dire que le tribunal administratif donne un jugement opposé à sa première décision, à quelques mois d'intervalle.

Les premières réactions
Le collectif "sauvons la vallée de la Dordogne salue 'cette décision qui préserve le patrimoine culturel et naturel de la Dordogne. Les juges du Tribunal administratif de Bordeaux se sont conformés à l’appréciation faite par le Conseil d’État dans sa décision du 28 décembre 2018 et ont jugé que « le projet ne saurait être regardé comme répondant à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur ». Ils ont donc annulé l’arrêté préfectoral qui autorisait des travaux dans une zone classée Natura 2000 et réserve de Biosphère par l’UNESCO. 

Pour Daniel Doublier, adjoint au maire de Beynac : « Ce jugement du Tribunal Administratif de Bordeaux fait preuve d'une grande sagesse. Ce projet à l'intérêt limité aurait défiguré à jamais la vallée. La décision des juges bordelais va permettre d'économiser beaucoup d'argent aux contribuables de Dordogne tout en préservant la richesse touristique du Périgord Noir».

L'animateur Stéphane Bern, et le "Monsieur Patrimoine du gouvernement, qui s'est toujours opposé au projet a réagi sur twitter, dès l'annonce de la décision du tribunal : "Le tribunal administratif de Bordeaux annule l’arrêté @Prefet24 du contournement de #Beynac et suit l’avis du @Conseil_Etat. Il reste à espérer que @germinalpeiro@BenjaminDelrieu respecteront enfin la loi républicaine pour cesser le massacre du patrimoine @Sauvonslavallee".

Pour EELV d'Aquitaine : A travers un communiqué,  EELV Aquitaine exprime sa très grande satisfaction après la décision du Tribunal Administratif de Bordeaux.  "Ainsi le droit l’emporte, et les multiples manipulations, intoxications et autres manifestations dites populaires financées par le Conseil Départemental, n’ont pas suffi à imposer ce projet inutile et destructeur d’un site patrimonial. EELV Aquitaine salue cette victoire qui est celle de l’écologie de terrain et aussi celle de la détermination des riverains, des habitants et des associations qui ont poursuivi le combat alors que celui-ci semblait perdu. Reste que le site est profondément abimé puisque cette décision intervient alors que le président du Conseil départemental a fait mener les travaux à marche forcée pendant plusieurs mois. Aujourd’hui, c’est la nature qui paie au prix fort l’entêtement d’un homme."

Pour Jacqueline Dubois, députée LREM du Sarladais : "Cette décision confirme la nécessité de prendre en compte les travaux de sécurisation et d'élargissement réalisés par la commune de Beynac pour la traversée du bourg. Ignorer cet élément nouveau et majeur ne permet pas d’avoir une vision juste et complète. Depuis deux ans, sa réalisation a transformé la perception des aménagements nécessaires pour fluidifier la circulation dans le village, très améliorée durant la haute saison touristique, avec une vitesse réduite contribuant à la sécurité. Je salue le travail mené par les associations en partenariat avec les élus de Beynac pour faire entendre cet argument par les tribunaux." (....) Fidèle à mes positions, exprimées en tant que citoyenne puis en tant que députée, je reste opposée à ce contournement en raison de son coût trop élevé au regard de son utilité « relative ». La préservation du précieux patrimoine architectural et naturel de cette vallée reste également une de mes grandes préoccupations. D’autres équipements routiers structurants sont cependant attendus pour faciliter les déplacements et augmenter la sécurité. C’est par exemple le cas à Sarlat et plus encore à Périgueux où les ralentissements aux heures de pointe, tous les jours de l’année, pénalisent l’activité et le développement de la ville-préfecture.

Le Conseil départemental fait appel

Le Conseil départemental de la Dordogne annonce qu'il va faire appel de cette décision "pour démontrer une nouvelle fois que le projet, qui n’est pas remis en cause, répond bien à une raison impérative d’intérêt public présentant un caractère majeur. Le Département, fort de sa légitimité démocratique et du soutien massif des habitants, rappelle que ce projet a reçu toutes les autorisations légales, qu’il a été validé par l’ensemble des commissions appelées à se prononcer sur sa pertinence et qu’il a respecté l’ensemble des procédures réglementaires. La volonté de la majorité départementale de mener à bien ce projet reste intacte car il s’agit d’un aménagement à la fois indispensable à la sécurité des usagers de la route, à la protection du patrimoine de Beynac et de l’environnement, utile aux Périgourdins et à l’attractivité économique et touristique de la Dordogne.
Ce long feuilleton du contournement de Beynac ne semble pas prêt de s'achever mais à quelques jours du lancement de la saison touristique, on peut légitiment s'interroger sur l'image que le département va donner aux nombreux touristes qui visitent la vallée de la Dordogne.  

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Publié sur aqui.fr le 09/04/2019