Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | D'un livre, aux élections européennes, les ambitions de Delphine Batho

De gauche à droite : Pascale ROUX (Coordinatrice Gironde du Mouvement des Progressistes), Sylvie JUSTOME (Génération Ecologie), Stéphane MERIAU (Génération Ecologie), Gérard BUNEL (Génération Ecologie), Dominique BOURG (Tête de liste d'URGENCE ECOLOGIE),

Le jeudi 18 avril Delphine Batho était présente à Bordeaux. Accompagnée de Dominique Bourg et d'une partie du comité Urgence Écologie de Gironde, elle a pu présenter son livre "Écologie Intégrale le Manifeste", et faire part des ambitions européennes de la liste Urgence Écologie, menée par Dominique Bourg, philosophe et professeur ordinaire de l'Université de Lausanne.

Les premiers mots, mêmes ordinaires, sont tournés vers l'environnement. « Combien ils annonçaient sur Bordeaux pour aujourd'hui ? » interroge Delphine Batho . « 24 degrés ». Et dire que fut un temps, rappelle t-elle, on disait « en avril ne te découvre pas d'un fil ».

Mais le temps n'est plus à la nostalgie. C'est d'ailleurs le message que porte la liste Urgence Écologie, présentée aux élections européennes du 26 mai 2019. Agrégeant différentes formations politiques (Génération Écologie, le Mouvement Écologiste Indépendant, et le Mouvement des progressistes), l'organisation mettra en avant « une cause » « et des engagements » selon les mots de la députée et du philosophe.

Une liste "sérieuse sur la question de l'écologie"

L'intention est claire : présenter une liste sérieuse sur la question de l'écologie, face aux tenants d'autres listes, pour qui les problèmes écologiques ne seraient que mineurs et n'exigeraient aucun changement urgent. Comme si la communauté scientifique ne tirait pas la sonnette d'alarme depuis des années. « On n'en peut plus des apparences sur l'écologie » soupire Delphine Batho , habituée du champ politique et désabusée par le comportement de ses collègues. Pour elle, il en est fini d'opposer des discours à une absence d'engagement. Rejointe par Dominique Bourg, elle appelle à un vote nouveau : celui de l'urgence écologique avec des acteurs « qui ne sont pas ceux de l'ancien monde ».

Des députés de combat

À cette fin, Urgence Écologie fait le choix d'une liste nationale, rompant avec la traditionnelle liste territoriale: « la régionalisation du scrutin européen n'a pas rapproché les députés européens et les citoyens » argumente l'ancienne ministre, soulignant un autre échec de cet « ancien monde ». Leurs députés potentiels, les militants d'Urgence Écologie, les conçoivent comme des « députés de combat, et pas des technocrates supplémentaires ». Des députés de combat au Parlement Européen, pour déjouer les manœuvres des lobbie,s en s'appuyant sur les forces actives de la société civile et des territoires. Et surtout pour, enfin, prendre des mesures à effets immédiats: « on n'a plus le temps de perdre du temps avec des mesures qui ne sont pas claires sur le fond » explique la députée.

L’Écologie Intégrale, nouveau concept

Marquée par une filiation assumée avec la pensée de Bernard Charbonneau, Delphine Batho y expose sa quête à elle. Charbonneau, penseur politique écologiste personnaliste et auteur de "Tristes campagnes", qui avait la volonté de trouver une troisième voie. La troisième voie de Delphine Batho c'est celle d'une nouvelle politique. Une politique de l’Écologie intégrale, où celle-ci deviendrait le centre névralgique de la prise de décision politique. Au fil de ses mots engagés, elle prône, le respect des limites planétaires, le retour à de véritables liens avec la nature et le rejet du productivisme. Et là, entre les lignes, apparaît l'influence de Jacques Ellul, précurseur de la politique écologiste.

Destructeurs conscients contre Terriens: le clivage politique renouvelé

Des décisions à effets immédiats et un retour des liens avec la nature, autant de mesures présentées dans Écologie Intégrale le Manifeste, paru en janvier dernier aux éditions Du Rocher. Ce livre inspiré et inspirant, se veut un véritable programme politique « à défendre à chaque échéance démocratique ». L'auteure y défend la nécessité d'une rupture avec le système politique actuel et « l'obsolescence des partis traditionnels ». Des propos qui sous tendent l'ambition d'un nouveau clivage : destructeurs conscients contre terriens. Un clivage qui commence à se construire avec la jeunesse. Des enfants, appuyés par la communauté scientifique internationale, comme le fait remarquer Dominique Bourg professeur à l'Université de Lausanne. « Ils ont tout compris » s'enthousiasme la députée des Deux-Sèvres. Elle annonce d'ores et déjà sa présence parmi ces jeunes, dont l'appréhension globale et complète de la situation la ravit, le 24 mai prochain pour la Journée Mondiale de grève scolaire pour le climat.  

Anna Bonnemasou
Anna Bonnemasou

Crédit Photo : Anna Bonnemasou Carrere

Publié sur aqui.fr le 19/04/2019