Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | La 20e Gamers Assembly mène le jeu à Poitiers

Un gâteau d'anniversaire pour la 20e édition de la Gamers Assembly qui a les les 21-22-23 avril 2019

La 20e édition de la Gamers Assembly a débuté ce samedi 20 avril au parc des expositions de Poitiers. Avec 2 500 joueurs qui s’affrontent lors de 23 tournois de jeux vidéo, cet événement est le plus important en France. Pendant trois jours, le e-sport est à l’honneur. FuturoLan, l’association organisatrice de ce festival de jeu vidéo espère en accueillir 25 000, ce qui établirait un nouveau record de fréquentation pour cette GA qui en 19 ans a su trouver son public et s’installer dans le paysage français du Gaming.

C’est parti pour la 20e édition de la Gamers Assembly (GA). Ce samedi 20 avril à 11 heures a débuté une cérémonie d’ouverture, digne d’un grand show. Spectacle de lumière, fumée, paillettes, le tout retransmis en direct sur des écrans géants. Dans les gradins des Arènes de Poitiers. « C’est un moment unique. Il fait bon de se retrouver », lance Morgan, l’animateur du show. Avec beaucoup de second degré, les organisateurs se sont même filmés durant l’installation, histoire de montrer les coulisses du montage et de relâcher un peu la pression. 20e édition, un anniversaire à fêter et une rétrospective proposée par France 3 Poitou-Charentes et l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) sur les précédentes éditions de la Gamers Assembly. Un bref retour sur ce succès créé par l’association FuturoLAN. Eux qui ont commencé à 150 joueurs dans un gymnase de la commune de Smarves pour finir dans les 15 000 m2 du parc des expositions de Poitiers et y accueillir 2 500 joueurs, amateurs et professionnels.2 500 joueurs vont s'affronter dans 23 tournois de jeux vidéos lors de la Gamers Assembly 2019

Juste avant la cérémonie, il y a eu l’ouverture des portes du parc des Expositions avec une longue file d’attente, presque habituelle. Dès 9h30, elle débordait déjà le long de la route. Ils sont des centaines à attendre. Heureusement, certains ont déjà pris leur billets sur Internet. D’autres doivent encore passer par la caisses, avant de se faire contrôler et de pouvoir accéder à l’antre du jeu vidéo. Les deux halls du parc des Expositions sont consacrés aux tournois (au total, il y en a 23), aussi bien sur PC (pour les dieux tiers) que sur console (pour le dernier tiers). Chaque joueur ramène son matériel et s’est installé à une table. Tous sont ordonnés pour jouer le plus rapidement possible et tenter d’accéder aux finales. Au plafond sont indiqués sur des écriteaux les jeux sur lesquels s’affrontent les Gamers. Rambow Six, Counter Strike, Soul Calibur, Fifa 19, Track Mania, Fortnite, Clash of Clan, Dragon Ball, Rocket League, pour ne citer que les plus connues… des joueurs de tous âges (même mineurs), mais qui manquent parfois de féminité. 

Le e-sport au féminin 

Alors qu’en France, il semblerait que la moitié des joueurs de jeux vidéo soient des femmes, cela ne se traduit pas forcément en compétition où elles sont faiblement représentées. Il y a seulement 5% de femmes dans l’e-sport. Cependant, une association bouscule les préjugés et oeuvre pour la mixité dans l’industrie du jeu vidéo. Il s’agit de Women in Games. Elle recense 900 membres dont 75% sont des professionnelles du jeu vidéo. Grand Poitiers, qui se revendique comme capitale du e-sport, s’est logiquement engagée dans la signature d’une convention pour assurer la promotion des femmes dans ce domaine. « C’est significatif que cette signature se déroule lors de la 20e édition de la Gamers Assembly, reconnaît Alain Claeys, président de Grand Poitiers et maire de Poitiers. À travers la GA, on veut faire passer un message. C’est plus qu’une convention que nous signons, c’est un engagement du territoire ». Laure Valée, journaliste et animatrice dans l’e-sport, a présenté les actions de l’association Women in Games. « Depuis début 2019, l’association s’est dotée d’un incubateur pour les joueuses de jeux vidéo. Les premiers mois se passent bien. C’est encourageant ». Quant à la convention, elle va permettre de développer la mixité dans ce sport. Tout d’abord, au sein de la Gamers, un espace y est dédié. Lors des prochains événements de e-sport au sein de Grand Poitiers, la mixité devra être assurée. Autre objectif, proposer à des influenceuses de venir à la prochaine GA. Des matchs exhibition exclusivement féminins se feront également sur la scène principale. Preuve que le domaine du jeu vidéo peut également se conjuguer au féminin. « Nous comptons sur vous pour que nous parlions d’un autre chiffre lors de la prochaine édition, celui sur l’engagement des femmes dans le jeu vidéo », conclut Fabien Bonnet, le président de FuturoLan, association organisatrice de la Gamers Assembly. 

Les amateurs de cosplay attirent le regard des visiteurs et prennent la poseLe Cosplay : un autre monde

Un univers assez singulier est également visible au sein des allées de ce festival du jeu vidéo. Celui du Cosplay. Autrement dit un loisir qui consiste à jouer le rôle de ses personnages en imitant leur costume, leurs cheveux et leur maquillage. Cette année, plusieurs tournois sont organisés. À Poitiers avec, pour la première fois, une étape de la coupe de France de Cosplay et un concours général.« Chaque participant au concours est jugé par un jury. Il monte sur scène, communique, ajoute sa touche personnelle et rentre le rôle de son personnage », explique Samuel Berthou, président de l’association rocherais West Coastplay. D’ailleurs, lui même se déguise en Turalia, un personnage du jeu World of Warcraft. Simon Merlière est un autre Cosplay. Il a endossé le costume d’un de ses héros préférés, celui de Roxas, personnage du jeu Kingdom Hearts. Il a les accessoires et une cape noire à capuche ainsi qu’une perruque blonde orangée. Dans ses mains, il porte des épées en forme de clé, des keyblades. À 27 ans, ce développeur en informatique vient de découvrir cet univers. « C’est ma première année de cosplay. J’ai découvert cet univers grâce à une cousine éloignée. Je suis loin d’être le seul à être déguisé. Il y a de beaux costumes ». Simon a prévu de revenir durant les trois jours de la GA, et déguisé bien sûr. Même si selon lui, son costume n’est pas très élaboré, il fait très attention à bien respecter les détails du personnage qu’il incarne. Comme tous les adeptes du Cosplay. Certains mettent une heure pour se plonger complètement dans le rôle de leur personnage, pour s’habiller et se maquiller.  

La Gamers Assembly apparaît comme le rendez-vous des fans du jeu vidéo, aussi bien pour assister à de belles parties que pour plonger dans l’atmosphère de cet univers du gaming. Le tournoi se poursuit jusqu’au lundi 22 avril. Toutes les parties devraient finir vers 17 heures. Les organisateurs espèrent atteindre la barre symbolique des 25 000 visiteurs, et ainsi battre un nouveau record (l’année dernière il y en a eu environ 24 000), après celui du nombre de joueurs participant aux tournois de jeux vidéo. Une nouvelle fois, la Gamers Assembly renforcera sa place de premier tournoi français de jeu vidéo.

Julien Privat
Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 21/04/2019